Sigur Rós

Paris [Le Grand Rex] - vendredi 29 septembre 2017

Peut-on en toute honnêteté considérer comme excellent un concert durant lequel on a connu plusieurs phases de somnolence ? C'est la question qui me travaille au moment d'écrire cette chronique. Certes, il y a un contexte : un lever à 5h30 le matin même, un aller-retour au fin fond de la banlieue d'Orléans pour le boulot, une arrivée à 19h34 à Austerlitz et à 20h05 au Grand Rex avec un pauvre sandwich au thon dans l'estomac, et même pas le temps de choper une petite bière pour le faire descendre. La première partie de ce show de Sigur Ros s'est donc transformée pour moi en phase de décompression, ponctuée de moments de décrochage pendant certains morceaux un tantinet monotones.

Et pourtant, j'ai réussi à profiter de ce concert. De ce groupe, j'étais resté sur une prestation mémorable dans une Route du Rock qui ne l'était pas niveau concerts : une sorte de barnum folklorique et féerique accompagné d'une musique enchanteresse. Cette fois, le dispositif scénique évoque plutôt un spectacle de danse ou de théâtre contemporain : des images et des lumières projetées sur un grillage qui coupe la scène en deux, et qui pixellise tous ces effets visuels. Devant, trois amplis, et sur le côté, une batterie et un clavier. La formation est réduite par rapport à celle que j'avais vu neuf ans auparavant : Jonsi, avec sa voix extra-terrestre, sa vieille Les Paul et ses archets - acoustique et électronique - pour la faire gémir et vrombir. Il est encadré par un bassiste barbu qu'on croirait débauché de Mogwai et par un batteur-clavier plus échevelé.

J'ai un peu de mal à rentrer dans les premiers morceaux. Et puis au milieu du troisième, le concert décolle et moi aussi : les images s'animent, la batterie se détache, la guitare se déchaîne et j'ai envie de me lever de mon fauteuil vintage, propulsé par une sorte de pulsion que connaissent tous les gens qui ont déjà pris leur pied en écoutant Mogwai, Explosions in the Sky ou... Sigur Ros. La tension retombe ensuite, malgré quelques montées, et au bout d'une heure, les trois musiciens sortent de scène sans un mot et les lumières se rallument. Entracte. Tout cela est déroutant pour un habitué des concerts de rock : un seul groupe, tout le monde assis et un entracte. Je ne parle même pas des ouvreuses payées au pourboire. Mais le cadre en vaut la peine : le décor kitschissime de ce vieux cinéma ajoute à l'étrangeté des images numériques, qui collent bien à mon fantasme de l'Islande : des îles en noir et blanc, de la lave, des explosions, des structures austères, des figures divines et des constellations dans un ciel sombre.

La reprise surprend tout le monde : les trois musiciens sont passés derrière le grillage où sont installés des synthés. Puis la musique redevient plus intense, le grillage se lève et les musiciens retrouvent leurs places et enchaînent une série de morceaux plus rock. Le climax est atteint lors de la montée de "Festival" : une partie de la salle se lève et se précipite au premier rang, où ils passeront le reste du concert au grand dam des ouvreurs un peu dépassés. Encore deux morceaux et le trio sort de scène. Il reviendra saluer plusieurs fois devant une standing ovation de plusieurs minutes, toujours sans prononcer le moindre mot. Pas de rappel, on n'est définitivement pas dans un concert de rock. Ça n'en reste pas moins un spectacle ébouriffant et peu commun.


Excellent !   18/20
par Myfriendgoo


Proposez votre chronique !





Recherche avancée
En ligne
175 invités et 2 membres
Griot
Shiboome
Au hasard Balthazar
Sondages
Dans la série "C'est (devenu) trop chiant, ne me parlez plus d'eux!", vous désignez:


The Arcade Fire
Arctic Monkeys
Baby Shambles
Clap Your Hands Say Yeah !
Dionysos
I Am X
Interpol
Mogwai
Placebo
Radiohead