Wilco

Wilco (The Album)

Wilco (The Album)

 Label :     Nonesuch 
 Sortie :    mardi 30 juin 2009 
 Format :  Album / CD  Vinyle   

Wilco est un groupe appréciable. Des gueules sympas de mecs normaux, humbles, ne se foutant pas de la gueule de leurs fans. Wilco livre depuis 16 ans des albums de haute volée, ambitieux sans être péteux ou grandiloquent. Un seul objectif pour le groupe : faire des chansons. De belles chansons. Et c'est pour cette raison que le groupe réussit à s'attirer autant de sympathies d'à peu près toute personne posant une oreille sur leurs albums (à moins d'abhorrer totalement l'Americana, j'en conviens).
Et si les chef-d'oeuvres de Wilco sont probablement déjà passés, rien ne nous empêche de nous délecter de chaque nouvelle fournée livrée par un groupe en pleine possession de tous ses moyens. Wilco (The Album) est, sans aucune surprise, très délectable.

Possiblement le moins ambitieux de leurs albums récents en ce qui concerne l'arrangement, la structure des morceaux, les effets utilisés, l'album est un véritable recueil de petites perles pop du meilleur effet. Beaucoup moins tristounet que sur les albums précédents, l'album rayonne à l'image de la pochette bien plus chaleureuse qu'à l'habitude pour le groupe. Optimiste, heureux, cet album est l'oeuvre d'un groupe qui n'a pas peur de faire ce qui lui plait, gardant une indépendance totale vis à vis d'une scène généralement assez étriquée, comme le montre l'invitation de Feist sur la fantastique ballade "You and I". Mais aussi une indépendance vis à vis du grand mainstream, Feist n'étant quand même pas un featuring de Rihanna sur un album d'un groupe autrefois respectable ... C'est gratuit, je le reconnais.
Cet album est solaire. Respirant la joie de vivre, Tweedy partage son bonheur pudiquement et très agréablement. On a l'habitude de dire que les artistes heureux sont moins intéressants, Wilco nous prouve le contraire. "You Never Know", "Wilco (The Song)", "Country Disappeared" ... Si ces chansons ne sont pas un miracle dans un paysage musical trop souvent tourné vers l'auto-apitoiement, je ne sais plus ce que je dis. "Country Disappeared" est probablement une des plus belles chansons d'amour qu'il m'ait été donné d'entendre ces dernières années, portée par la voix d'un Tweedy en excellente forme.

Au niveau des paroles, Tweedy affiche une forme toujours aussi olympique. Oui, ça parle globalement d'amour, mais la maturité affichée par Tweedy est excellente. Tandis que certains quarantenaire ne savent toujours pas parler d'amour, l'auteur vise juste. Certains appellerons cela de la mièvrerie. Moi j'appelle cela du talent romantique. Et même lorsque les paroles sont réduites à une simple répétition comme sur "I'll Fight" ("I'll die, I'll die ..."), la mélodie se suffit à elle-même. C'est là où réside le talent de Wilco. Ne jamais trop en faire et toujours donner satisfaction sans jamais se répéter.
Et même quand Wilco fait un faux pas comme sur le trop conventionnel "Sonny Feeling", ce n'est que pour mieux se rattraper sur un final glorieux et génial. "Everlasting Everything", au piano sautillant, aux arrangements glorieux et discrets, porté par un Tweedy étincelant à la voix toujours aussi râpeuse et douce à la fois ...

Beau. Simple. Honnête. Wilco. L'album, la chanson. Le groupe.


Parfait   17/20
par Bona


Proposez votre chronique !







Recherche avancée
En ligne
181 invités et 2 membres
Business401k
EmixaM
Au hasard Balthazar
Sondages
Dans la série "C'est (devenu) trop chiant, ne me parlez plus d'eux!", vous désignez:


The Arcade Fire
Arctic Monkeys
Baby Shambles
Clap Your Hands Say Yeah !
Dionysos
I Am X
Interpol
Mogwai
Placebo
Radiohead