Nirvana

Nevermind [Coffret Super Deluxe]

Nevermind [Coffret Super Deluxe]

 Label :     Geffen 
 Sortie :    samedi 24 septembre 2011 
 Format :  Compilation d'inédits / CD  Vinyle   

20 ans déjà ! Pfiouuuu... pour fêter l'anniversaire de ce Nevermind, on nous en met plein la gueule, édition spéciale, deluxe, super deluxe, dvd, etc.

Intéressons nous ici à la version 'Super Deluxe', à savoir celle qui contient 4 disques.

On va s'les faire un par un, ce sera bien plus simple n'est ce pas ?

Disque 1 : Remastered, Bsides & Live

On y retrouve l'album originel, une bien belle copie, dont le remastering ne s'entend pas vraiment (c'est d'ailleurs ce qu'on lui demande la majeure partie du temps non?) il a d'ailleurs été tellement travaillé à l'époque qu'on peut se demander l'intérêt, mais la question n'est pas là. L'intérêt principal est qu'il ne faut plus se taper les quelques minutes de blanc après "Something In The Way" pour écouter la fameuse ghost song, "Endless, Nameless" a le droit à sa piste particulière (l'avance rapide de la télécommande à l'époque, ah merde trop loin, reviens on a raté le début, non, avance, ya bien quarante secondes encore). Oui je sais, c'est pas grand chose, c'est dire comme cette réédition est indispensable...
En guise de faces B, on nous remet quelques titres déjà dispos dans les coffrets précédents, voire même sur Incesticide (le fabuleux "Aneurysm" notamment).
Pour finir, cinq titres live, (dont une énergique version de "D-7" des Wipers) c'est toujours bon à prendre Nirvana en live, n'est ce pas ?

Disque 2 : Rehearsal & BBC Live

Comme on a déjà pu le remarquer sur les coffrets précédents, Nirvana est souvent meilleur avec des prises de son quasi brutes, sans fioritures ni overdubs, on en a une belle preuve ici.
Deux sessions différentes, 16 morceaux à écouter sans bouder son plaisir (mention spécial à "Breed", "Sappy", "Verse Chorus Verse" & "Territorial Pissing"). La qualité est indéniablement là, mais encore une fois, l'impression de réécouter les versions studios de With The Lights Out ne lâche pas (Attention particulière à l'entrée de Dave Grohl sur "Smells Like Teen Spirit", là on comprend (et maudit par la même occasion) le boulot fait en studio sur l'album ... ) On finit avec la suite de la BBC Session entamée à la fin du premier disque, avec "Drain You" & "Something In The Way".

Disque 3 : The Devonshire Mixes

Pendant des années, j'ai lu ou entendu un peu partout que Butch Vig était responsable du massacre en studio de Nevermind, et là, on nous dit qu'en fait c'est Andy Wallace qui a tout salopé ! (Andy, qui a produit entre autre le Dirty de Sonic Youth ou même le tube "Walk This Way de Run DMC Vs. Aerosmith). Bref, on est censé retrouvé sur ce disque la quintessence du groupe, le son virginal de Nevermind... Mouais.

Effectivement, le volume est moins élevé, les aigus peut être moins aigus, "Territorial Pissing" n'a plus son "Come on people now smile on your brother everybody get together, try to love one another right now" en intro, juste un bourdonnement d'ampli annonçant la tempête, "Polly" a été tout bonnement supprimé (ce qui rend un peu plus cohérent le passage de Lithium à "Territorial Pissing" justement) au même titre qu''Endless, Nameless".
Mais sinon... Juste l'impression d'entendre le premier disque une nouvelle fois, on débande vite....

Disque 4 : Live at Paramount Theatre

...Pour mieux durcir sur cette galette ! Même s'il était déjà disponible sur le coffret de Bootlegs Into The Black (nommé en référence au Loner et sa chanson "Hey Hey My My"), il n'est disponible que maintenant en version officielle. Ce live est une merveille. Groupe en forme & visiblement surmotivé, set list géniale, débutant par "Jesus Don't Want For Me For A Sunbeam" des Vaselines joué avec les amplis à 11, s'en suit des titres piochés dans Nevermind & Bleach -il est enregistré le soir d'Halloween 91- aucun temps mort, si ce n'est "Polly" en milieu de set, un concert tout en hargne, en violence, qui gagne forcément a être écouté avec les yeux (tout comme celui de Reading en 92 sorti quelques mois plus tôt) ; ça tombe bien, le dvd est compris dans le menu maxi best of plus! ils font bien les choses chez Geffen...

Voilà, le tour est fait, et le bilan est plus que mitigé...
Pour celui qui a déjà The Chosen Rejects, Into The Black et With The Lights Out, ce coffret n'a aucun intérêt. Mis à part le dernier disque. Le live est certes de meilleure qualité mais il ne justifie pas les trois autres, le dvd peut se trouver en parallèle, les seules versions inédites sont celles de la BBC Session, mais ces trois morceaux ne sont pas meilleurs (ni moins bons) que les autres versions en concert..
Pour celui qui s'est limité aux albums studios, il est préférable d'acquérir With The Lights Out", ne serait ce que pour les vidéos contenus sur le dernier disque (le concert-répéte dans l'appartement, avec Kurt qui chante la tête collé conte le mur, les potes par terre...)

Mais bon, ce n'est que mon humble avis...

Bleach avait été réédité lui aussi avec un excellent live de l'époque, In Utero devrait logiquement subir le même sort, et là ça pourrait devenir intéressant. Mais ne trouons pas nos jeans avant de les avoir enfilés....


Correct   12/20
par X_Lok


Proposez votre chronique !







Recherche avancée
En ligne
188 invités et 1 membre :
Vamos
Au hasard Balthazar
Sondages
Dans la série "C'est (devenu) trop chiant, ne me parlez plus d'eux!", vous désignez:


The Arcade Fire
Arctic Monkeys
Baby Shambles
Clap Your Hands Say Yeah !
Dionysos
I Am X
Interpol
Mogwai
Placebo
Radiohead