Magma

Magma Live

Magma Live

 Label :     Charly 
 Sortie :    juillet 1975 
 Format :  Album / CD  Vinyle   

Cela a été enregistré à La Taverne de l'Olympia en France les 1er et 5 juin 1975.
On parle bien sûr de l'édition originale sans les rajouts, disque culte de la sphère Zeulh que ce Magma Live. Rétablissons la vérité vraie et ceci est un scoop : "Kobah", c'est enregistré en repet' et non pas en public, comme "Lïhns" est un enregistrement studio. En 75 paf ! Dans les dents, nos petits français pondent une tuerie sans égale dans l'exsanguone, que proposer en face de ça, y'a quelqu'un ? Non, y'a personne.
Personne de cette trempe-là en tout cas, alors... Et vous pouvez foutre les BBC ou autre Bobino à la corbeille parce que d'abord dans ce disque y'a LE SON, tout passe nickel et velu, du boum de la grosse caisse Gretsch en 18 pouces jusqu'au frémissement de l'âme du violon du boutonneux, le Didier Lockwood qui débarque sur la scène camembert du haut de ses 19 balais.
Et puis d'abord dans ce disque y'a "Hhaï", le "Hhaï", le vrai, le seul, imparable, c'est leur "Satisfaction" à eux, ça, faites écoutez ça à votre grand-mère, ELLE DANSE, et oui... Et puis d'abord dans ce disque y'a Paga à la basse qui supplante largement Top au panthéon des 4 cordes de la chose (ceux que ça intéresse je vous conseille vivement de vous pencher sur le Paga de Paganotti, disque fort rare mais fort cher à mon cœur, qui est écoutable et passionnant même si vous n'en avez rien à battre de Magma). Paga, Widemann & Federow c'est la base du pilier, la quadrature du cercle. Faudrait expliquer les 19mn de "Mëkanïk Zaïn" : juste un extrait tiré du morceau MDK, pilonnage de basse, le violoniste qui nous la joue solo, se croyant dans Mahavishnu Orchestra, qui fait brûler les cordes de sa viole électrique avant que les voix à un train d'enfer nous tirent vers la fin du titre.
Et puis d'abord, j'allais oublier, y'a "Köhntarkösz"... Et puis d'abord voilà, on a fait le tour des rondelles du groupe, les officielles tout du moins et j'en suis fort aise : "...un des plus grands albums live de tous les temps..." écriront certains...

NB : Cette formation : Christian Vander (batterie), Klaus Blasquiz (chant), Stella Vander (chant), Bernard Paganotti (basse électrique), Gabriel Federow (guitare), Didier Lockwood (violon électrique), Benoît Widemann (claviers) n'a jamais enregistré en studio mais va hanter les scènes de l'époque et sera remonté pour fêter les 10 ans du groupe en Juin 80 à l'Olympia, voir les Retrospektïw 1 et 2 avec Theusz Hamtaahk & Mëkanïk Destruktïw Kommandöh.


Excellent !   18/20
par Raoul vigil


Proposez votre chronique !







Recherche avancée
En ligne
265 invités et 1 membre :
Pab
Au hasard Balthazar
Sondages
Dans l'idée d'une playlist thématique mais néanmoins hebdomadaire, vous préférez :