Magma

Mythes Et Légendes / Vol.3

Mythes Et Légendes / Vol.3

 Label :     Seventh 
 Sortie :    jeudi 14 juin 2007 
 Format :  Live / DVD   

Puisque du II je n'avais gardé en copie que Wurdah Itah & Mekanik Destruktïv Kommandöh (pour Jannick Top sur sa basse, l'invité sur ces concerts), celui-là, le troisième épisode, je l'attendais avec impatience et c'est le plus mieux de la série, à mon humble avis.
Spectacle pour tout public !
Premier constat : l'image (nette amélioration) et le son sont au top et Vander se la donne sévère, ce qui n'est pas peu dire... On appelle ça faire chanter une batterie.
Ici l'invité c'est Benoit Wideman, au Moog.
Vous êtes prêts, les doigts à la machine à écrire et les yeux rivés à l'écran.
Raisons de cette attente :
-d'abord, filmée ici pour la première fois, pour la fabuleuse interprétation de Kohntarkosz, toute de tension, de retenue jusqu'à l'explosion finale, qui au bout des 33 minutes que dure l'épreuve nous laisse sur le cul devant la puissance vocale et instrumentale du groupe/horrifiés face à tout ce délire/parfaitement blasés puisque après tout ce n'est que du Magma sonore (rayer les mentions inutiles).
- ensuite parce que c'est là un peu le célèbre double album Magma Live de 1975 mis en images : "Lihns" une merveille chantée par Vander lui-même, puis "Emehnteht-Re Part I", "Rindoh", "Emehnteht-Re Part II" vont être enchaînés comme si c'était une seule et même petite chose, pour débouler sans l'ombre d'une hésitation, sans une seule seconde de répit, sur une version magistrale de "Hhaï" (16mn !!!) où Vander nous l'introduit à la voix et cette basse qui frelonne sur le charley, petite partie de fesses entre clavier-guitare et LE contre-chant décolle (je suis scotché)... étonnant le public applaudit, moi je serais monté sur scène leur baiser les pieds !
(Raoul mon bon Raoul calme-toi tu vas nous faire une attaque - faut dire que je la fais in situ cette putain de chro - tes petits camarades du bac à sable vont vouloir, une fois de plus, te faire INTERNER)
Et c'est reparti, toujours sans interruption (ces gens sont fous), sur un "Zombies", tiré du Udu Wudu, qui tourne qui tourne, j'en suis tout retourné, j'ai perdu l'écran...
Là, petite pause, j'en profite pour me faire un café-Tranxène vite fait.
-et enfin grâce aux 2 morceaux d'Attahk, disque qui à l'époque m'avait déçu, - où étaient mes cathédrales sonores ?... quoi des morceaux courts ?... - ce n'est que dernièrement que je me le suis repris en travers de la tronche (le SON de la grosse caisse ! Et la VOIX du Maître qui nous la joue Castafiore sous LSD).
Re-start sur "Nono", magistrale performance d'Antoine Paganotti à la lead voice, une fois de plus, dire que ce garçon est en plus pianiste ET batteur c'est à vous dégoûter de la zic tant de talent.
Al dente, "The Last Seven Minutes" démarre avec les 2 basses, James Mac Gaw à l'aide de Bussonnet, et ça démarre vite, très vite, à croire qu'ils ont des problèmes de métronome, et tout le monde s'accroche à ce train d'enfer pour 700 secondes d'une cavalcade effrénée qui clôt cette petite chose ronde en fanfare.
Stop.
Mais comment noter ça ? Sans entrer dans un discours dithyrambique qui serait mal venu ici, ce spectacle qui pourra faire la joie des petits et grands de 7 à 77 ans mérite bien un Exceptionnel, c'est le terme exceptionnel.


Exceptionnel ! !   19/20
par Raoul vigil


Proposez votre chronique !







Recherche avancée
En ligne
146 invités et 3 membres
Maxomatoz
X_Plock
Fenouil
Au hasard Balthazar
Sondages
Fermez les yeux, je vous dis "Musique", vous voyez :