Morrissey

Ringleader Of The Tormentors

Ringleader Of The Tormentors

 Label :     Attack 
 Sortie :    mardi 04 avril 2006 
 Format :  Album / CD   

Revoilà le Moz, deux ans après son retour triomphal aux affaires avec You Are The Quarry. Ringleader Of The Tormentors voit un Morrissey une nouvelle fois en exil - à Rome cette fois-ci - et plutôt heureux de l'être. Le Mancunien s'adjoint même les services d'Ennio Morricone le temps d'un "Dear God Please Help Me" de très haute volée.

Plusieurs constats s'imposent: Morrissey a toujours eu des rapports conflictuels avec ses maisons de disque, ce qui ne semble plus le cas avec Attack records - le soin apporté à la pochette en témoigne (beau livret, le Moz en violoniste appliqué sur la photo de l'album, le tout faisant penser à un cd de la Deutsch Grammophon). Ensuite, un rapide coup d'oeil à ce même livret permet de se rendre compte que le Moz s'est aussi adjoint un nouveau guitariste en la personne de Jesse Tobias (qui ?) à propos duquel il ne tarit pas d'éloges dans les diverses interviews qu'il a accordées. Tobias est par ailleurs crédité pour l'écriture de cinq des douze morceaux de l'album: autant dire qu'il a été adoubé par le maître en personne. Et surtout, Morrissey a beau changer de guitariste, s'exiler à Los Angeles, ou encore à Rome, il sera toujours "un petit mancunien fan de musique" comme il le dit lui-même. Donc Ringleader Of The Tormentors reprend les choses là où le Moz les avait laissées.

Tout commence avec "I Will See You In Far Off Places", morceau puissant avec une basse entêtante et un final orientalisant à couper le souffle. Puis arrive l'un des sommets de l'album: "Dear God Please Help Me", bouleversant tout simplement. La voix de Morrissey est douce et appliquée et les violons de Morricone parachève le tout. Suit "You Have Killed Me" qui est diablement efficace et est un très bon choix de single. L'utilisation d'une chorale d'enfants sur deux titres est parfaite et rappelle les "hang the dj hang the dj" des smiths. Un autre sommet du disque "Life Is A Pigsty" renvoie aussi au Smiths période Meat Is Murder ce qui n'est pas pour me déplaire. Tout au long du disque Morrissey s'autorise des acrobaties vocales comme sur "I'll Never Be Anybody's Hero Now et il chante toujours aussi bien avec cette voix de crooner unique.

Sensiblement meilleur que You Are The Quarry, Ringleader Of The Tormentors confirme le retour au premier plan de Morrissey et n'est pas près de quitter ma platine. Viva estéban !


Excellent !   18/20
par Ben kenobi


Proposez votre chronique !







Recherche avancée
En ligne
102 invités et 0 membre
Au hasard Balthazar
Sondages
Dans quelle tranche d'âge vous situez-vous ?