Morrissey

Vauxhall And I

Vauxhall And I

 Label :     Parlophone 
 Sortie :    lundi 14 mars 1994 
 Format :  Album / CD  Vinyle  K7 Audio   

Pas totalement remis du split douloureux des Smiths, Morrissey, après quelques albums solos moyens comme Viva Hate, Kill Uncle, et Your Arsenal, semble lessivé. Son groupe n'est pas à la hauteur, et son dernier album, s'il contenait quelques grands morceaux comme le somptueux "Seasick, Yet Still Docked" et rappelait qu'il pouvait être encore capable d'insuffler danger et beauté dans ses morceaux, n'atteignait toutefois jamais la splendeur des Smiths d'antan.

Et surtout, ce disque et la tournée qui suivit allaient marquer la fin de l'idylle entre le chanteur et la presse. Avec des morceaux comme "The National Front Disco" ou "We'll Let You Know", Morrissey faisait preuve de maladresses étonnantes, quand on connaît l'attention qu'il porte à ses textes habituellement.
Ajoutez à cela un comportement scénique douteux (il s'enveloppera dans l'Union Jack), et vous obtenez le plus invraisemblable, le plus improbable des scénarios : autrefois vénéré par la presse, Morrissey se voit accusé de racisme. Le chanteur, humilié et blessé, se retire, et beaucoup y voit une fin de règne pathétique. Suivent deux ans de purgatoire, certainement les plus douloureux de sa carrière.

Mais ces deux années de frustration vont donner lieu à une réaction incroyable du Moz. Persuadé que le prochain album qu'il enregistrera sera le dernier, Morrissey veut se retirer de la manière la plus flamboyante qui soit, lavant l'affront qu'il a subit. Vauxhall And I, sorti en 1994, sera la réponse la plus fantastique lancée à ses détracteurs, et la critique ne pourra que s'incliner respectueusement une nouvelle fois devant lui.
Tout commence par "Now My Heart Is Full" et par un son de guitare venu de nulle part, elliptique et enveloppant, qui crée une tension incroyable. Impossible dès lors d'écouter distraitement l'album, tant cette introduction est prenante. Le décor est planté en quelques secondes : l'heure est grave, et Morrissey a décidé de frapper très fort.
Deuxième choc : la voix. Jamais il n'avait chanté comme ça, et force est de constater qu'il n'a plus chanté comme ça depuis.
Les premiers mots de l'album sont révélateurs de son état d'esprit à l'époque : "There's gonna be some trouble, a whole house will need re-building" ; la voix est profonde, appliquée, la tension est insoutenable et éclate au refrain "Now my heart is full and i just can't explain". Le morceau est d'une force incroyable, les guitares sont puissantes, soutenues par une rythmique impeccable. Même la batterie est littéralement bouleversante, Woody Taylor cognant sur ses fûts comme un possédé.
Morrissey, après avoir psalmodié une dernière fois "so, so...", cède la place à ses musiciens, en état de grâce (ce qui ne s'est produit que sur Vauxhall And I, l'inspiration et la classe de Morrissey ayant réellement déteint sur eux). Le tout laisse pantelant, euphorique, avec une seule envie : réécouter au plus vite ce sommet ! Après une telle claque, je me suis demandé s'il serait capable de tenir ce niveau tout le long de l'album, le reste du disque balaiera évidemment le moindre doute.
La basse sèche et angoissante du morceau suivant "Spring Heeled Jim" instaure un climat d'une noirceur absolue, on est bien loin de l'ironie mordante des Smiths. Morrissey a tombé le masque, la guitare sautillante du génial Johnny Marr n'est plus et les vaines tentatives de ses guitaristes de sonner comme lui n'ont plus cours.
Les sons se font donc menaçants, à l'image de cette guitare lancinante à la limite du larsen qui sous-tend tout le morceau. "Billy Budd" enfonce le clou avec son riff teigneux, terriblement efficace et addictif. Les guitares se déchaînent, la basse est énorme et en deux minutes et des broutilles la messe est dite. Mais comme d'habitude chez Morrissey, la violence reste d'une classe absolue, le chant se gardant bien de virer dans le démonstratif. "Hold On To Your Friends" rétablit le calme après la tempête. Cependant celui-ci n'est qu'apparent. On ressent clairement le malaise du Moz. Les paroles sont moins sibyllines qu'avant, elles sont même franchement directes et montrent Morrissey en pleine résignation, comme fatigué de lutter : "My patience is stretched, my loyalty vexed". On retrouve cette impression de gravité tout au long du disque, qu'il croyait être son chant du cygne.
Le single "The More You Ignore Me, The Closer I Get" avec ses guitares qui se superposent (on en dénombre cinq au bas mot), met en lumière le travail incroyable de production de Steve Lillywhite et l'inventivité permanente des musiciens. Tout comme "Now My Heart Is Full", la première écoute de ce morceau est renversante, les inflexions de voix de Morrissey sont phénoménales. Il en profite d'ailleurs pour régler quelques comptes avec ses anciens collègues des Smiths avec lesquels il fut en procès : "Beware ! I bear more grudges, than lonely high court judges".

La mélancolie s'installe avec "Why Don't You Find Out For Yourself" et ses chœurs déchirants. Et se prolonge avec "I Am Hated For Loving", qui évoque ce que Morrissey a subit : "Anonymous call, poison pen" pour finir par cette déclaration au combien typique du Mancunien : "I still don't belong to anyone, i'm mine".
Les clarinettes de "Lifeguard Sleeping, Girl Drowning" créent la surprise et drapent le morceau d'un voile mortifère. Morrissey retrouve ici son cynisme hautain, et se plaît à faire mourir la fille de la chanson. Le maître-nageur, lui, se réveillera trop tard, inconscient du drame qui s'est joué en son absence : "When he awoke, the sea was calm, and another day passes like a dream". La fin du morceau, avec sa harpe lointaine, donne l'impression d'émerger d'un rêve.
Dans "Used To Be A Sweet Boy", Morrissey évoque son enfance avec pudeur. Là encore, l'atmosphère reste tendue, troublante. Comme il le chante dans le morceau, quelque chose a déraillé, "Something Went Wrong".
On approche de la fin du disque et le niveau ne faiblit pas, bien au contraire. "Lazy Sunbathers" et sa montée finale annonce le dernier grand moment de l'album, "Speedway". L'heure est au règlement de compte, et la tronçonneuse qu'on peut entendre au début du morceau ne laisse pas de doute à ce sujet. Morrissey s'en prend violemment à ses détracteurs : "All of the rumours keeping me grounded", avant d'ajouter un troublant "I never say that they were completely unfounded". La fin du morceau est phénoménale, un orgue démoniaque fait son entrée, la batterie va droit à l'essentiel. C'est d'ailleurs sur un coup de caisse claire sec et définitif que s'achève l'album, ultime pied de nez d'un Morrissey conscient d'avoir enfin sous la main un album digne de ce nom.

Vous l'aurez compris, Vauxhall And I m'a bouleversé. La première écoute a été un choc déterminant pour moi. Et depuis, à chaque fois que je sors un disque de son boîtier pour la première fois, je recherche ce même sentiment. J'ai passé le cap du millier d'écoutes depuis longtemps déjà, et à chaque fois l'album gagne en profondeur, en tension, en beauté. Et toujours impossible de l'écouter en dilettante, il ne peut s'apprécier que du début à la fin, tant l'ensemble est homogène.
Avec Vauxhall And I, Morrissey signait un retour magistral et l'album le plus abouti de sa carrière (celle des Smiths y compris). Un chef-d'œuvre. Son chef-d'œuvre.


Intemporel ! ! !   20/20
par Ben kenobi


 Moyenne 18.75/20 

Proposez votre chronique !



Posté le 05 avril 2006 à 22 h 16

Bien.
Que dire après une telle chronique....
Que cet album est fortement associé à Londres, où je l'ai acheté et où je vivais à l'époque.
J'ai marché des heures dans cette ville en écoutant Vauxhall And I.
Que cet album est pour moi le symbole de la remise en question.
Qu'il s'en dégage quelque chose de brumeux, d'indécis, de troublant.

Les textes de Morrissey ont gardé ce coté absurde que j'aime mais gagnent en profondeur. "Lifeguard Sleeping, Girl Drowning" est très symbolique du genre de petite nouvelle absudre à laquelle chacun peut donner sa propre identité. "When he awoke, the sea was calm, and another day passes like a dream". Une perle...

Musicalement Vauxhall And I s'avère à mon gout beaucoup plus riche que ce que le Moz a pu produire avant. Les couches se supperposent. En finesse.

"Speedway" nous crache à la gueule les rancoeurs de Morrisey pour cloturer ce disque en gueulant "Vous ne m'aurez pas". Le fait de répliquer est preuve de bonne santé et typique du personnage.

Vauxhall And I est un album profondement touchant et sincérement beau.
Finit le grand show. Morrisey ici tombe le masque pour le meilleur.
Excellent !   18/20



Posté le 06 juillet 2007 à 01 h 47

Qu'ajouter à cette excellente chronique de Ben Kenobi ?
Vauxhall And I est sans nulle doute le meilleur album du grand Morrissey, tant sur le plan du chant et des paroles que sur celui de la musique.
Après plusieurs années où il se cherchait, plombé par le départ de son alter ego Johnny Marr, guitariste et compositeur de génie, Morrissey trouve enfin un groupe à sa mesure. Car, contrairement à l'album précédent, les guitaristes ne jouent pas avec des moufles, leur jeu est fin et riche, allant jusqu'à rappeler celui de Johnny Marr –sans l'égaler cependant.
Difficile de mettre en avant tel ou tel morceau de l'album tant ils sont tous excellents. Je retiendrais cependant "Spring-Heeled Jim", "Hold On To Your Friends", "The More You Ignore Me The Closer I Get" (toujours cet humour so british de Morrissey), "Why Don't You Find Out For Yourself" et "Speedway".
Du grand art !
Excellent !   18/20



Posté le 10 mai 2010 à 16 h 02

Jusqu'à aujourd'hui, je n'avais jamais écouté ce disque dans son intégralité. Je n'avais d'oreilles que pour "Now My Heart Is Full", que je repassais en boucle, pour réchauffer mon petit coeur, les soirs d'hiver. C'est une chanson tellement belle, qui quand elle monte en puissance, avec la voix qui prend de grands airs frondeurs, ne peux vous empêcher d'avoir vous aussi, le coeur rempli. Alors je la repassais, je la repassais, je n'allais pas voir plus loin, ça me suffisait.

Pour être franc, je ne connais pas grand-chose de Morrissey. D'habitude quand je découvre un artiste, je me documente, je cherche à tout savoir sur sa vie, sa discographie, ses trésors et ses faux pas. Mais là, à l'image de cette chanson que je me repasse en boucle, je me contente de la pochette de l'album, de cette tronche de pilier de pub mystérieux, l'air malicieux, de ce nom qui évoque un inconscient. Les Smiths, l'aspect snob de la pop, la brume anglaise, un mythe. Je garde tout ça intact dans ma tête et ça me va, je ne veux pas en savoir plus ou rentrer dans un quelconque débat autour de Morrissey. Juste écouter ses chansons, ou tout du moins, cette chanson.

Pourquoi Vauxhall And I ? C'est le premier sur lequel je suis tombé, au disquaire du coin. C'est aussi bête et idiot que ça. Mais j'ai de la chance, car je ne m'attendais pas, en oubliant d'appuyer sur la touche "répéter" lors de la première chanson, à découvrir un tel monument. Un nouveau petit chef d'oeuvre caché dans ma discographie sans que je m'en aperçoive.

Jusqu'à aujourd'hui, donc. Une journée pluvieuse, une journée de merde. Des révisions hier, un examen foiré aujourd'hui, un enterrement demain. Et que la musique pour oublier et faire l'autruche enfoui dans son casque. Après un "Now My Heart is Full" que j'ai gueulé à gorge déployé, je me laisse emporter par la suite. "Spring Heeled Jim" et cette voix féminine qui murmure dans un coin, au fond. "Billy Bud" et sa guitare qui tourbillonne comme un crachat breton sous la pluie. Et voilà que débarque "Hold On To Your Friends", qui fait encore plus fort que le titre inaugural dans le genre torrent de mélancolie beau à pleurer. Ca me parle beaucoup, je suis ému. La voix y est pour beaucoup, cette voix inexplicable, aussi délicate que grossière, raffinée et brutale.

"The More You Ignore Me The Closer I Get", je la repasse celle-là aussi. Beaucoup, en pensant à pleins d'histoires de filles, en m'imaginant des films. Des lettres d'amour, des poèmes. Toujours sous mon casque, les titres défilent, aucun ne déçoit, tous ravivent la flamme allumé par le premier, et m'emportent dans un océan de tristesse. Jusqu'à "Speedway", et sa scie sauteuse qui me ramène à la réalité.

Après cette belle expérience, que j'espère renouveler, je ne pense pas chercher à en savoir plus sur Morrissey. Je ne pense même pas écouter un autre de ses albums pour le moment. Juste passer du temps avec celui-ci, en attendant une éclaircie.
Exceptionnel ! !   19/20







Recherche avancée
En ligne
163 invités et 1 membre :
EmixaM
Au hasard Balthazar
Sondages
Slammez-vous pendant les concerts ?