The Hellacopters

Payin' The Dues

Payin' The Dues

 Label :     White Jazz 
 Sortie :    1997 
 Format :  Album / CD  Vinyle   

Payin' The Dues est le deuxième album de The Hellacopters, après un Supershitty To The Max bruitiste et pas super convaincant. Le groupe garde la même orientation musicale, mais cette fois en beaucoup mieux. Et le résultat fait mal, très mal.

Payin' The Dues, c'est un tank qui détruit tout sur son passage. Le groupe officie dans un rock&roll hardcore très rentre-dedans. Le disque démarre à fond les ballons et ne semble jamais pouvoir s'arrêter, tel un missile qui fonce droit sur sa cible. Et ça va vite, très vite. On se le prend en pleine face sans vraiment avoir le temps de comprendre et le groupe ne s'en excuse pas. Urgence maximale. Le son est direct, live. La musique se compose d'un mur de guitares, d'une rythmique implacable et de soli dévastateurs, sur lesquels se pose une voix qui se mue en aboiements saturés, pour un résultat monstrueusement efficace.

Bref, ça dépote. Pour ce qui est des titres en eux-mêmes, le groupe aligne les tueries. Si vous chercher quelque chose de mélodique, alors il faut songer à aller voir ailleurs. Les Hellacopters nous en donnent le minimum syndical, ils en saupoudrent juste un peu les refrains, mais globalement ça ne donne pas dans la dentelle. Les morceaux préférés du jukebox seront probablement "Hey", "City Slang" (véritable démonstration, reprise du Sonic's Rendez-Vous Band), "Soulseller" (une bombe, aucun survivant) et "Where The Action Is" (idem).

En résumé, Payin' The Dues est un disque de rock qui déménage sévère et qui est, surtout, sacrément réussi. Il s'agit assurément du meilleur disque des Hellacopters, je vous le garanti, on le sent passer. Un grand moment de rock & roll.


Excellent !   18/20
par Mathieu


  Album réédité en 1999 sur Sub Pop avec neuf titres live en bonus.


Proposez votre chronique !







Recherche avancée
En ligne
238 invités et 0 membre
Au hasard Balthazar
Sondages
Selon vous, quel intérêt les side-projects offrent-ils au rock indé ?