Ministry

The Mind Is A Terrible Thing To Taste

The Mind Is A Terrible Thing To Taste

 Label :     Sire 
 Sortie :    novembre 1989 
 Format :  Album / CD  Vinyle  K7 Audio   

Après deux albums assez cold-wave, Al Jourgensen et sa clique sortent cet album violent, condensé de férocité indus-métal aux vocaux surpuissants.
"Thieves" met en scène un riff indus puissant allié à une batterie lourde et à la voix démente de Jourgensen, le tempo s'accélérant subitement, suivi par Al et quelques samples indus.
"Burning Inside" démarre pareillement, aussi percutant, le riff aussi tranchant que celui de "Thieves" formant avec le chant et la batterie un édifice sonique impressionnant.
"Never Believe" ferme la boucle, dernier volet d'une trilogie indus-métal d'une intensité époustouflante.
Avec "Cannibal Song", on explore des territoires déja défrichés par Killing Joke, basse en avant et chant illuminé étant de mise sur ce morceau plus orienté cold-wave, avant que "Breathe" ne revienne à des sonorités proches des trois premiers morceaux.
"So What" démarre plutôt paisiblement, basse et samples de voix, avant que le rythme ne s'emballe et que le sieur Jourgensen ne se mette à chanter de manière haineuse, le morceau jouant sur cette oposition jusqu'à son terme.
"Test" emprunte à la techno sur son rythme lourd et appuyé par de grosses guitares, "The Grand Wizard", alias K.Lite, y allant de sa voix au débit hip-hop.
"Faith Collapsing" au rythme également pesant, se base sur des samples vocaux et des bruitages indus , puis "Dream Song" mélange ambiance arabisante et percus indus de façon répétitive et obsédante.
Un album dévastateur, varié et rempli de bonnes idées et de petites trouvailles sonores signées Al et Paul Barker.


Excellent !   18/20
par Thurstonwill


 Moyenne 18.00/20 

Proposez votre chronique !



Posté le 07 août 2008 à 18 h 27

Violent, aux batteries martiales. Ecrasant, à la répétitivité lancinante. Génial, à l'indus parfait. The Mind Is A Terrible Thing To Taste est tout cela. Parmi les titres les plus emblématiques, citons "Breathe" et son refrain dévastateur que Jourgensen nous hurle : "Breathe ! Breathe, you, fucker !". Avec la majeure partie du disque (notamment "So What"), "Breathe" constitue le summum du metal industriel de l'époque. Ça va droit au but, ça casse les dents et ça fait très mal aux oreilles même si on ne veut absolument pas retirer le casque.
D'autres titres apportent cependant un peu de variété bienvenue : "Cannibal Song", avec sa basse inoubliable et des vocaux... démoniaques, délirants, effrayants, tout ce que vous voulez ! "Test" est plus électro et expérimental, assez étonnant. "Dream Song" est excellente en fin d'album, avec ce son arabisant. Quant à "Faith Collapsing" et son refrain chanté à plusieurs... On a pas mal critiqué la fin de cet album, qui pourtant signe un sans-faute.
Un excellent album.
Excellent !   18/20







Recherche avancée
En ligne
126 invités et 0 membre
Au hasard Balthazar
Sondages
Tu as le droit d'effectuer un seul voyage spatio-temporel, où est-ce que tu vas ?