Pavement

Brighten The Corners

Brighten The Corners

 Label :     Matador 
 Sortie :    mardi 11 février 1997 
 Format :  Album / CD  Vinyle   

Parfait ! C'est très certainement le meilleur terme pour décrire le quatrième album de Pavement. Et pourtant celui-ci n'a ni l'énergie de Slanted & Enchanted, ni la classe folle de Crooked Rain et moins encore la magie de Wowee Zowee . Alors pourquoi cet opus serait-il, à l'instar de ses prédécesseurs, ultime ?
Sûrement grâce à la maîtrise exemplaire du groupe. Malgré un son bien plus propre et plus doux (à l'exception de trois titres: les excellents "Stereo" et "Embassy Row" ainsi que le sympa "Date With Ikea" ) Malkmus et ses potes conservent leurs valeurs. Nous avons donc droit à un album aussi imprévisible que malin et cynique. Ce qui ne l'empêche pas d'être plus accessible que ses ancêtres. N'empèche, les compositions de Malkmus sont toujours aussi incroyables et ce dernier, à l'aide de son chant magnifique (car unique en son genre, alliant douceur et assurance), enchante sans cesse.

Oui, Brighten The Corners est moins innovant que ses glorieux aînés. Mais c'est finalement pas très grave au vu de la qualité de l'ensemble. Rien à dire, Pavement ça fait que dans le tout bon !


Parfait   17/20
par Gary Appleseed


 Moyenne 18.33/20 

Proposez votre chronique !



Posté le 02 avril 2006 à 11 h 43

Ah, Pavement !!! Toute une époque, les années 90, peuvent être résumées à travers l'histoire de ce groupe hors norme, décalé et génialissime.

En 1997, la bande à Stephen Malkmus sort un quatrième album de toute beauté, tantôt joyeux ("Stereo", "We Are Underused"), tantôt mélancolique ("Shadi Lane", "Starlings On The Slipstream").

On peut encore entendre ce qui a fait la légende du groupe comme ces sons distendus de guitares, cette basse foutraque, ce chant décalé. L'expérimentation au service de la bonne humeur. Bref, toute la philosophie du groupe se trouve à nouveau respectée dans cet opus : s'amuser et ne jamais se prendre au sérieux. Antithèse absolue des Smashing Pumpkins (autre 'monument' des 90's) et cousin joyeux de Sonic Youth, Pavement réalise un album antidépresseur que la Sécu se devrait de rembourser !!!
Intemporel ! ! !   20/20



Posté le 10 juillet 2009 à 17 h 02

Brighten The Corners commence par "Stereo", les guitares stridentes suivent la basse introductive et ça part... Une voix familière de branleur Californien vient se poser sur une musique bancale, et oui notre cher Stephen Malkmus à la voix éraillée et faussement juste, est de retour avec son groupe de zigotos fraichement décontracté. Un pont puis le refrain "hey listen to the stereo stereo ho". "Shady Lane", leur tube selon moi est très bien faite, une harmonie à tout casser, et une basse simple pour une base simple.
Le refrain est tout à fait Pavementien, dissonant et agréable à entendre. Rien à voir avec The Fall. Non, Pavement n´en est pas le plagiat, n´en déplaise aux défendeurs de cette théorie.
Le groupe de Stockton signe là un excellent album où les chansons s´enchainent telles des perles sur un collier de surfer... "Surfin USA" je connais quelqu'un qui m'a dit un jour qu´ils sont la succession des Beach Boys, je rigole et en même temps je comprends. A la différence que Pavement dans ce merveilleux album ne cherche pas les accords faciles (je parle de la première partie des Beach Boys et omet les Pets Sounds, Smiley Smile et Friends)... et dérangent un peu pour mieux nous émerveiller. "Transport Is Arranged", une guitare reverb qui suit la voix de Malkmus sur le final, ce ne serait pas par hasard comme un bon choeur ajouté sur la voix de Brian Wilson. Oui je sais cela peut choquer mais il faut comprendre que ma comparaison prend en compte le fait que le pays honey and smile à changé.
L'album se termine par "FIN", dont un live magistral est à portée d´oreille sur youtube, un solo qui laisse perplexe, planant, nerveusement excitant, mais surtout que seuls nos chers branleurs, qui nous on fait tant attendre entre chaque album, qui sont chacun une perle grunge LO FI, rock Indé US (laissons de côté les étiquettes), savent faire.
Brighten The Corners donc, pour moi est le meilleur, légèrement au dessus de leur discographie, car plus accessible, cool, tout en gardant les éléments qui ont fait de Pavement LE groupe Indé de la décennie 90.
Excellent !   18/20







Recherche avancée
En ligne
264 invités et 1 membre :
BloodInMyEyes
Au hasard Balthazar
Sondages
Combien dépensez vous par mois pour vos disques