Pavement

Slanted & Enchanted

Slanted & Enchanted

 Label :     Matador 
 Sortie :    1992 
 Format :  Album / CD  Vinyle   

Ce premier album de Pavement est une merveille de fraîcheur et jeta à l'époque un pavé dans la mare du rock. En effet, on y rencontrait un groupe qui jouait sans complexe, de façon maladroite et avec un son sans effet de production, des chansons pop rock aux mélodies imparables. "Slanted And Enchanted" est rempli de trésors joués avec des guitares dissonantes. "Summer Babe" aurait pu être le tube de l'été 92, "Conduit For Sale" est une merveille punk, "Here" et sa batterie à côté est une ballade émouvante, "Loretta's Scars" et "In The Mouth A Desert" sont des joyaux pops inégalés dans la suite des aventures de ces joyeux Pavement... Ce disque donne envie de prendre une guitare et de jouer une musique pop et sale sans se soucier des règles musicales dominantes...


Parfait   17/20
par X_Elmo


 Moyenne 19.00/20 

Proposez votre chronique !



Posté le 13 mai 2002 à 14 h 54

Commencer sa carrière par un album exceptionnel laissait-il présager un avenir aussi radieux ? Ce premier opus de Pavement annonce la couleur : du sale son herité de l'épopée punk des annés 80, une voix à faire frémir la plus jeune des midinettes de la côte ouest, et une absence de prise de tête totale. "Loretta's Scars" montre toute la punk attitude du groupe (que l'on retrouvera dans la fabuleux "Serpentine Pad"), tandis que "Here", une mélodieuse ballade, reste accrochée dans un coin de votre mémoire pendant des heures, voire des jours. La suite de la carrière sera dans un premier temps du même acabit... Pour cela chroniquons la suite !
Exceptionnel ! !   19/20



Posté le 03 août 2005 à 23 h 03

C'est amusant, les courants grunge et lo-fi semblent s'être chevauchés au début de ces années 90, tant et si bien que parfois, on ne savait même plus où ranger certains groupes.
Ce "Slanted And Enchanted", lui, ne pose pas ce problème tant le son volontairement brouillon des guitares et la voix nonchalante et traînante de Stephen Malkmus, sont caractéristiques de ce style. Ça commence avec "Summer Babe" pour nous entraîner, pendant quatorze titres, dans les méandres de leur mélange rock-folk expérimental et noisy, sans véritable équivalent si ce n'est peut-être le Sebadoh du génial Lou Barlow.

Un monument de ce style, par un groupe malheureusement trop peu reconnu, en tout cas certainement pas à sa juste valeur.
Très bon   16/20



Posté le 24 août 2005 à 14 h 17

On peut tomber amoureux d'un disque comme d'une personne. En me réveillant un matin, j'ai trouvé le Slanted & Enchanted de Pavement dans mon lit. La soirée n'était déjà plus qu'un vague souvenir, mais mes fringues avaient le parfum des trottoirs de la ville. Ce disque était là, c'est tout. Depuis, il ne m'a pas quitté. Oh, ce n'est pas qu'il soit séduisant. La pochette est laide, le son est approximatif. La voix est indolente. Et pourtant ! Je l'écoute quand ma vie déraille ("Zurich is stained", "Here"), je l'écoute quand il fait beau ("Summer Babe", "Loretta's Scars"), je l'écoute en passant l'aspirateur ("Conduit For Sale"), je l'écoute dans les bouchons ("Perfume-V"). Slanted & Enchanted est un disque intelligent, riche, doué, brillant, humble et terriblement inspiré. Violent & nonchalant, sale & enchanté. Il est ce que le rock indé devrait être.
Intemporel ! ! !   20/20



Posté le 07 avril 2006 à 10 h 04

Que dire de plus sur cet album désormais culte dans le genre ? Je me le suis mis ce matin-même dans mon balladeur, "Summer Babe" reste aussi frais qu'à sa première écoute, "In The Mouth A Desert" et "Two States" me filent toujours autant la patate, "Here" et " Trigger Cut " me rendent toujours aussi nostalgique.... bref, beaucoup de mes émotions y passent et cela à tous les coups !!
Slanted & Enchanted à également ouvert la route (les yeux ?) à denombreux groupe (et à moi même d'ailleurs!!) dans la façon de concevoir la musique...
Intemporel ! ! !   20/20



Posté le 10 avril 2006 à 17 h 45

Le grand cirque de Pavement a commencé en 1992. Une année qui a vu différents courants émerger: noisy (My Bloody Valentine), grunge (Nirvana) et lo-fi (Sebadoh). Pavement appartient au dernier courant.

Cousins de Sonic Youth pour leur capacité à maltraiter leurs guitares afin d'en sortir des sonorités venues d'ailleurs et des Pixies pour leur côté je-m'en-foutiste, les Pavement sont une parfaite synthèse des deux groupes indés du début des années 90.

Alors en 1992, la bande de Stephen Malkmus n'y va pas par quatre chemins sur ce premier album: "Rock is fun", tel est leur credo. Ce disque est une avalanche de tubes intemporels.

La voix nonchalante de Malkmus sur des titres comme "Trigger Cut", "In the mouth a desert", "Zurich is stained" impose au groupe sa marque de fabrique : une coolitude à toute épreuve. A l'époque de l'arrogance pathétique des Gun's & Roses, un groupe qui ne se prenait pas au sérieux comme Pavement jetait un sacré pavé dans la mare nauséabonde du rock. Ecoutez pour vous en convaincre l'hilarant "Two states".

Enfin, le jouissif "Perfume-V" et son alternance entre calme et énervé et l'étourdissant "Jackals, false grails" sont à ranger dans le rayon des meilleures compos du groupe.

Pour ma part, j'ai écouté cet album des centaines de fois et je ne m'en lasse toujours pas. Ecouter Pavement, c'est comme replonger dans un passé pas si lointain où on pouvait faire du rock avec deux bouts de ficelles pendant que Jordy trustait le top 50...
Intemporel ! ! !   20/20



Posté le 12 juillet 2007 à 20 h 06

First album pour ce Pavement, et bien, on n'en a guère la sensation à l'écoute. En effet, on y ressent déjà un style très personnel, très authentique, et très sûr de lui, on y joue comme bon nous semble et cela nous semble bon (excellent à vrai dire !!), à nous auditeurs...
Et cela malgré de forte inspirations, à la fois Punk, Grunge, etc. Cela n'handicape pourtant pas la musique mais contribue paradoxalement à son authenticité, ce qui en fait une particularité non négligeable au sein de l'album.

"Summer Babe" est un morceau particulièrement efficace et plus que sympathique, surtout en début d'album comme c'est le cas. La voix est lente et monotone presque tout le long de la piste ce qui contribue à son ambiance. La musique qui la couvre est assez plate, exceptée pour la seconde guitare qui crie en second plan. De sa simplicité se dégage légère et subtile chaleur, ce seuil d'album est en quelques sorte l'échauffement idéal pour préparer la suite...
"Trigger Cut" est toujours dans la même optique mais apporte quand même une touche d'espérance, une lueur d'espoir, faible mais suffisante pour se réchauffer d'avantage...
"No Life Singed Her" est le retour de flamme inopiné, en effet ce morceau vient radicalement troubler les deux mélodies précédentes. Beaucoup plus punk, tendant parfois façon "Iggy Pop" en ce qui concerne la voix.
"In The Mouth A Desert" est le feu à point, la mélodie initiale vous fait croire à une suite en balade et puis surprise ! La basse et une des guitares grognent agréablement tandis que la batterie claque lentement mais sûrement et que la guitare restante crie passionnément. Morceau phare peut-être, à ne pas rater sûrement !
"Conduit For Sale !" à ne pas rater non plus, ambiance plus punk également.
"Zurich Is Stained" chapeau bas en tous les cas pour ce morceau apaisant et mélodique, malheureusement la fin arrive trop vite et il nous faut la réécouter pour se replonger au plus vite dans son ambiance de feu éphémère...
Et nous retiendrons également d'autres titres inoubliables comme "Loretta's Scars", un "Here" tristement beau, ou encore le punk "Two states" et une fin d'album tout aussi glorieuse et variée !!

A posséder !!
Exceptionnel ! !   19/20



Posté le 23 décembre 2008 à 13 h 32

Tout simplement parfait du début à la fin, quatorze fantastiques titres allant de la petite ballade ("Here", "Zurich Is Stained") au titre punk par excellence ("No Life Singed Her"). Un album dont on ne se lasse jamais, tous les morceaux s'enchaînent parfaitement. Des titres comme "Summer Babe", "Trigger Cut" ou "In The Mouth Of A Desert" sont de potentiels tubes, mais Pavement est resté dans l'ombre tout le long de son existence, c'est ce qui rend ce groupe fascinant. Dans cet album nous trouvons un son saturé d'une grande classe, Slanted & Enchanted reste la référence de Pavement malgré le très haut niveau de ses deux successeurs (Crooked Rain, Crooked Rain et Wowee Zowee) Il sera réédité de façon mémorable en 2002 avec des faces B et autres Lives ou Peel Sessions.
Intemporel ! ! !   20/20



Posté le 17 septembre 2012 à 01 h 59

Selon moi, c'est le meilleur Pavement. Frais, sans prétention, sincère, drôle, émouvant. Le groupe ne se prend pas la tête puis signe le must du lo-fi. De bout en bout parfait et a mon sens, difficilement détrônable dans son genre.

"Summer Babe" est l'hymne slacker par excellence, du pur pavement. "Triggur Cut" et son refrain cool. Le punk bordelique de "No Life Singed Her", la ballade décontracte de "Zurich Is Stained", la nonchalance de "In The Mouth A Desert" (un sommet), un "Here" touchant et extrêmement sincère...
Le secret de la magie Pavement émane définitivement de la voix de Stephen Malkmus. Je n'imagine pas quelqu'un d'autre chanter à sa place. Ça voix suavement décalée m'emporte toujours dans ses filets.

Lorsque j'ai découvert Slanted & Enchanted, je me suis empressé d'acheter le reste de leur discographie, également indispensable. Mais le son sale et débridé de celui-ci le rend particulièrement attachant. Bref aucune faute de goût sur ce disque.
Intemporel ! ! !   20/20







Recherche avancée
En ligne
53 invités et 0 membre
Au hasard Balthazar
Sondages
On vient de te dire que le morceau que tu as encensé est l'œuvre du groupe que tu conchies le plus