Bloc Party

Silent Alarm

Silent Alarm

 Label :     V2 
 Sortie :    lundi 14 février 2005 
 Format :  Album / CD   

Ce qui est bien avec les Anglais, c'est qu'ils réussissent à dénicher constamment leur nouveau 'super' groupe du moment, avec une régularité qui force le respect ! Alors si 2004 a été l'année Franz Ferdinand (OK, ils sont de Glasgow, mais bon, ne pinaillons pas non plus), on nous annonce déjà que 2005 sera celle de Bloc Party.

Précédé de quelques EPs sortis en 2004 et qui avaient fait remarquer le groupe, le premier album Silent Alarm arrive enfin en février 2005, avec semble t-il, l'ambitieuse idée de venir bousculer son monde. Dés "Like Eating Glass", on est mis en condition : chanson courte, pêchue, gonflée aux emphétamines, ça part vite, ça ne perd pas de temps, ça ne ménage pas son auditoire. Enchaînant avec le (déjà) connu "Helicopter", Bloc Party ne perd pas une miette de son énergie, impose des rythmiques martelées et cinglantes, et nous sert des refrains entêtants en veux-tu, en voilà, à l'image de "Positive Tension" par exemple.
Le single "Banquet" fait mouche au son de guitares simples mais efficaces, servies par un chant tellement robert-smithiesque qu'on croirait entendre les Cure dans une version remix pop-dance des années 2000.
Bloc Party fait du Bloc Party : un style tout à fait efficace, plaisant et énergique, dont les influences ne se cachent pas. "She's Hearing Voices" ou encore "Luno" sont fort agréables à l'écoute, il en va sans dire ...

Ceci étant admis, on ne criera cependant pas au génie avec ce premier opus, qui loin d'être de mauvaise facture, n'en est pas non plus réellement transcendant. Le quatuor impose un style qui est le sien, mais qui malheureusement s'essouffle un peu vite sur la longueur, faute d'être parfaitement original. Cette pop survitaminée et dansante, trouvera sans trop de difficultés son public, mais n'apporte rien de bien nouveau sous le soleil ...

Silent Alarm est un premier jet tout à fait honorable et méritoire, et sur lequel on peut se pencher avec intérêt. Bloc Party -dont on vante beaucoup les prestations live de-ci de-là (et dans ce registre, les petits anglais ne devraient logiquement pas faillir !)-, a sans aucun doute encore besoin de mûrir, de s'épanouïr et de canaliser son énergie afin d'évoluer vers quelque chose de peut-être, un peu plus ambitieux.
A suivre ...


Pas mal   13/20
par GirlfromMars


 Moyenne 14.13/20 

Proposez votre chronique !



Posté le 08 février 2005 à 12 h 19

Vous allez sans doute entendre par ci ou par là que ca y est, on est en présence du groupe de l'année, voire du siècle ... (impression qui durera 1 semaine, 1 mois maximum). Oui, mais on sait très bien que nous ne sommes qu'en février, qu'on vous avait dit pareil avec Franz Ferdinand l'an dernier ou encore avec The Stokes en des temps plus reculés. Oui oui oui des groupes du siècle, il en pleut tous les ans, voire tous les mois.

Vous allez entendre que rien n'a changé dans le paysage musical et que nous sommes dans une société où tout se recycle.
Oui, Bloc Party n'apporte rien de neuf ... juste du recyclage. Bloc Party est un copié-collé de The Cure comme on pourrait dire de même de Stellastar* avec les Pixies ou d'Interpol avec Joy Division.
Des rythmes qui font mouche, des riffs trop prévisibles. Chaque titre vous paraît frais. Oui, mais il ne fait que paraître ... Votre grand frère ou votre soeur dansait déjà sur ces rythmes il y a 15 ans.

"Silent Alarm" en lui même est dandinant. On ne peut pas le leur reprocher. Dès la première écoute, on est bluffé. Oui tout sonne bien, parfaitement. "Helicopter" est un titre ravageur, "Banquet" et sa batterie disco sont fait pour emballer. Jusqu'à "Compliments" et ses envolées de guitare, on est bluffé.
La voix de Kele Okereke n'est pas sans rapeler celle de Robert Smith. La guitare de Russell Lissack est pixiesque et on pourrait rajouter du Sonic-Youthisme dans la mayonnaise. C'est urgent, énergique, intense ... On ne peut pas être déçu en écoutant la première fois.

Vous allez tout entendre sur ce groupe, on va tout dire, tout écrire de cet album ... Mais bon au final, dans un, deux, ou cinq ans, qu'en restera t-il ? Je demande à voir.

Je doute que dans le futur on puisse dire : "Ce groupe lambda a été influencé par Bloc Party".
Passable   11/20



Posté le 18 février 2005 à 11 h 11

Ecouter et juger Bloc Party, sans se soucier de cette foutue hype bien programmée et huilée par le business (buzz qui finalement ne fait que nourrir la mauvaise foi), sans cette foutue prison de plus en plus confinée du fumeux revival 80's, et sans cette foutue loterie qui veut qu'un groupe a le droit de ne pas révolutionner le rock et qu'un autre groupe n'a pas ce droit (et récolte la honte et le mépris).

"Silent Alarm" donc. Grande suite de titres imparables, de mélodies enlevées, de guitares qui claquent, de rythmes qui s'affolent. Un album diablement efficace et addictif, où les titres s'enchaînent avec une énergie folle.
C'est parfois brillant, c'est du bon rock qui bouillonne. Difficile de bouder son plaisir. D'autant qu'une chose surprend vraiment dans ce premier essai de Bloc Party : de l'ambition.
Essayer de laisser une empreinte, ne pas se cloisonner tout seul dans la longue liste des groupes rocks de l'année. On écoute l'album (et plus particulièrement toute la première moitié, vraiment impressionante) avec cette belle sensation de découvrir un groupe doué, qui n'a pas encore tout prouvé, et qui peut donc et veut surprendre, la preuve avec deux belles réussites pop : "Blue Light" et le superbe "This Is Modern Love.

Au diable le buzz, le business et le concours du <<trouver-le-plus-d'influences-de-Bloc-Party>
> !
"Silent Alarm" est-il original ? Non. Est-ce qu'on s'en fout ? Complètement.
"Silent Alarm" est-il un bon disque de rock ? La réponse est OUI, et même un très bon. Régalons nous !
Parfait   17/20



Posté le 05 mars 2005 à 04 h 22

Don't believe the hype?

En ce début d'année 2005, les Britons ont remis ça. Les magazines NME et Mojo, les "papes" du rock au pays des pubs, ont à nouveau annoncé l'émergence de perles sensées incarner l'avenir du rock. L'heureux élu s'appelle donc Bloc Party. Heureux ? Peut-être pas tant que ça, parce que du coup l'effet de surprise n'est plus possible, les médias comme les amateurs de rock les attendant au tournant. Le plus souvent, en étant méchamment méfiants. D'abord, parce que révolutionner, sauver ou au moins faire avancer le rock, c'est pas une mince affaire. Ensuite, parce que le rock, sous couvert d'une histoire mouvementée, faite de révolte et de contre-réactions, est paradoxalement devenu un courant très conservateur. On ne touche pas aux références. S'en réclamer, c'est s'exposer à la vindicte populaire: "Au plagiat !" s'empressent de crier les puristes. Essayer de s'en affranchir est peut-être moins casse-gueule, mais l'exercice est réservé aux groupes promis à la légende. Pour résumé, la marge de manoeuvre d'un jeune groupe qui n'a rien demandé à personne et qui se retrouve projeté devant les spotlights aveuglants, la potence déjà dressée à proximité, est plus qu'infime.
C'est dire si le sort des quatre gars de Bloc Party est peu enviable -enfin, c'est relatif, le buzz créé autour d'eux leur assure un certain succès... le problème est de ne pas devenir un band has-been dès le deuxième album.
Que peut bien valoir leur album ?
Surprise, il est bon. Extrêmement plaisant, Silent Alarm réussit le tour de force de pouvoir plaire à l'auditeur radio occasionnel, amateur de jolies mélodies imparables -on pense alors aux morceaux comme "This Modern Love" ou les singles "Helicopter" et surtout "Banquet", mais également au connaisseur qui l'attendait au coin de la rue, le couteau entre les dents. Parce que non content de pouvoir sortir de façon déconcertante des mélodies accrocheuses, Bloc Party sait jouer avec les genres, avec ses influences. Le plaisir qu'ils ressentent est palpable. Bloc Party aime la musique, et s'amuse avec. Ainsi, certaines de leurs idoles sont plus que facilement identifiables: The Cure, Joy Division, Mogwai, The Smiths... Mais plutôt que de les pomper, ou de leur rendre des hommages maladroits, ils préfèrent une troisième voie, surprenante à chaque fois.
L'excellente "Price Of Gasoline" en est l'illustration parfaite. Quiconque a déjà entendu un album de The Cure est capable d'en reconnaître l'impact indéniable sur ce morceau. Mais Bloc Party est capable de ne pas s'enfermer dans sa culture, et c'est avec un grand étonnement qu'on assiste à un mélange hallucinant. Aux ambiances lancinantes de The Cure -les claviers en sont les témoins les plus parlants, mais le chant n'est pas en reste- le groupe se prend à rajouter des sonorités quasi-dub !
L'ensemble de l'album joue de cette particularité. Quand les guitares sont froides et mélodieuses, la basse et la batterie virevoltent légèrement. Et il y a cette voix, qui semble modulable à l'infini tant les registres balancés au fil des 13 chansons de l'album sont d'une grande hétérogénéïté. On écoute les yeux fermés, et des noms viennent à l'esprit, comme Robert Smith ou encore Ian Curtis... Ray Charles? Non, sûrement pas, pourquoi cette question ? Et bien parce que lorsqu'on rouvre les yeux, le jeune homme (25 ans) qui apparaît devant nous est plus proche d'un bluesman de la Nouvelle-Orléans que d'un dandy de Londres. Kele Okereke, c'est son nom, est aussi black que la pochette de son album est blanche. Et son look est imparable: lunettes et rastas courtes. Alors que son physique laisse supposer une voix chaude et pénétrante, il possède un timbre aigu et léger. A vrai dire, il est à l'image de son groupe: surprenant, là où on ne l'attend pas. Pourtant, il faut bien tempérer toute l'excitation autour de Bloc Party et de son Silent Alarm. L'album est bon, mais il serait difficile de lui donner plus de 15/20. Il y a comme un manque, un léger vide qui reste à remplir.
Mais ce n'est rien de grave. Ça n'enlève rien à la qualité du disque. Et surtout, ce n'est pas un défaut qui hypothèque totalement le futur du groupe, au contraire. Ça s'appelle la maturité. Parce qu'il ne faut pas l'oublier, Silent Alarm est un premier disque. Alors, oublions les délires et les méfiances paranoïaques. Bloc Party n'est pas le sauveur d'un rock qui se porte très bien comme ça. Ce n'est pas un vil copieur sans véritables idées.
C'est juste un jeune groupe bourré de talent dont on attendra le deuxième album avec impatience. Seulement là, les quatres gars seront attendus... au tournant. En attendant, il y a cet album. Et il est idéal pour se lever du bon pied le matin.
Sympa   14/20



Posté le 11 mars 2005 à 19 h 58

Ce disque m'a complètement scotché, c'est simple je l'écoute en boucle depuis 3 semaines. Evidemment certains diront que le côté The Cure se ressent trop dans la voix, mais bon ça sonne et puis c'est tout ! Il y a une bonne variation dans les titres, tantôt reposants tantôt dansants. Mais je trouve que le titre qui est le plus à part dans cet album est "She's Hearing Voices" qui fait aussi pensé à un The Faint avec un refrain terrible !
Les guitares se chevauchent, s'entremêlent, ce qui donne une bonne couleur. Bref un très bon album comme il devrait en sortir plus souvent !!
Excellent !   18/20



Posté le 14 mars 2005 à 20 h 56

Après une année 2004 faste avec les sorties de Banquet EP et d'un saupoudrage de singles bien calé et efficace, les 4 jeunes de Bloc Party sortent leur 1er album et on peut dire qu'ils n'ont pas perdu de leur efficacité. Très attendu par la critique et par leurs fans, Silent Alarm est un opus enthousiasmant, déconcertant de panache, de mélodies, peut-être facile mais diablement efficace comme des chansons tels que "Like Eating Glass", "Banquet" (bien entendu), "This Modern Love", "Price Of Gas" et "She's Hearing Voices"... Pour cette dernière, il y eu un remix par rapport à l'édition de Banquet EP et je trouve ça bien dommage ! Elle perd de son charme et de son "son" caverneux... La fin de l'album s'essoufle sensiblement, si par exemple Banquet EP n'avait jamais existé et le groupe aurait mis "The Marshalls Are Dead" et "The Answer" (ma chanson préférée) à la fin, cet album aurait été exceptionnel...
Très bon   16/20



Posté le 04 avril 2005 à 02 h 17

Bon alors c'est au tour de Bloc Party d'être sous les feux de la rampe et prendre le relais du flambeau du renouveau rock'n roll.
Lourde tâche, mais on se fiche un peu (beaucoup) de savoir si oui ou non ils sont le nouveau 'meilleur groupe' du moment. Ce qui est sûr, c'est que Bloc Party me semble être un groupe plutôt authentique et honnête.
Alors oui, bien sûr, ça sent le Cure des années 80 à plein nez.
Alors oui, l'intro de "Like Eating Glass" fait énormément penser au "Love Will Tear Us Apart" de Joy Division.
Alors oui, la voix du chanteur Kele Oreke ressemble a celle de Robert Smith.
Alors oui, la pochette froide et dépouillée rappelle le design des pochettes du Cure periode Faith et Seventeen Seconds.
Mais tout compte fait, je préfère voir des gosses dans la rue mettre Silent Alarm dans leur lecteur CD, que n'importe quelle autre daube polluante qui garnissent les devantures des fnac et autres virgin megastores.
Bloc Party, sûrement pas le grand groupe qui va révolutionner le monde musical, mais juste une formation qui fait la jonction entre eighties et aujourd'hui entre une génération qui dansait sur "A Forest", et une jeunesse qui danse aujourd'hui sur l'entetant "This Modern Love".
Sympa   14/20



Posté le 06 avril 2005 à 17 h 10

J'avais entendu parler de Bloc Party bien avant d'écouter leur musique. Une révélation de ces derniers mois, un groupe prometteur, une voix à la Robert Smith, un mari trouvant ce groupe très bien. Il ne m'en fallait pas moins pour me donner l'envie de voir d'un peu plus près ce que cela pouvait donner. A la première écoute: j'ai été un peu déçue, je n'ai pas eu la révélation, j'ai trouvé cela plaisant sans vraiment découvrir une grande révolution du genre, la voix du chanteur est agréable, certes, mais de là à en faire un clone de Robert Smith, mouais !

J'ai laissé passer du temps puis je l'ai réécouté, là j'ai commencé à mieux apprécier la totalité de l'album. En effet, sur certains passages (sur "Blue Light"), je dois reconnaître une forte ressemblance entre le timbre de Kele Okereke et celui du chanteur de The Cure.
Pour moi il s'agit d'un album sympathique à écouter avec des morceaux efficaces comme "Helicopter", "Banquet", "Pionneers" et surtout pour moi "This Modern Love".
Bon   15/20



Posté le 08 avril 2005 à 19 h 44

Alors que le nom de Bloc Party est sur toutes les lèvres en ce début 2005, on voit enfin débouler leur premier effort, "Silent Alarm". Passé cet oxymore qui ferait passer le groupe comme le nouveau rejeton prétentieux du rock briton en quête de la "next big thing" depuis maintenant quelques temps (cf. Franz Ferdinand), penchons-nous sur ce qui nous intéresse : la musique.

Oui, Bloc Party reprend les recettes bien éculées du rock indé teinté new wave des années 80, de The Cure à Joy Division ("Positive Tension", lancinante et tendue), mais ce sans se départir de sa propre identité.
Oui, la voix de Kele Okereke rappelle furieusement le Robert Smith des débuts, mais force est de constater que les londoniens possèdent un sens aigu de la mélodie (en témoigne le refrain de "Like Eating Glass", aérien et entêtant).
Oui, Bloc Party ne passera peut-être pas le cap du trimestre, mais on aurait franchement tort de se priver de ce disque, véritable bouffée de fraîcheur, qui au final se révèle plein de tubes en puissance ("Helicopter", "Banquet" ...) et de morceaux plus intimistes, bien qu'inégaux ("Luno", "Compliments").
Et pour la suite, comme le dit l'adage, qui vivra verra ...
Bon   15/20



Posté le 08 avril 2005 à 20 h 55

Bon ce ne sera jamais que la 35ème chronique de plus sur Silent Alarm, mais je tenais a donner mon avis, moi aussi.

Apres une dizaine d'écoutes de l'album, je peux dire que c'est ce que j'ai entendu de mieux dans le rock depuis bien longtemps, moi qui avait deserté ce genre ces derniers temps pour des contrées plus world ou electro.
Bloc Party m'a en quelque sorte réconcilié avec une scène musicale qui m'inspirait de plus en plus de mépris. En laissant de coté le phénomène d'encensement et de 'désencement' du groupe, -car c'est bien connu il est d'aussi bon ton de louer un groupe à la mode que de cracher dessus-, et en se concentrant uniquement sur l'aspect musical, il faut reconnaître qu'il émane de ce premier disque une spontaneité, une sincerité et une énergie remarquable.
Loin de snober ces auditeurs en leurs proposant une quelquonque musique soit disant intellecte, les 13 ('porte chance') morceaux vont à l'essentiel en étant pour la grande majorité d'entre eux très plaisants et agréables à écouter, tous nimbés d'une nostalgie dévastatrice, qui rappelle le meilleur du rock 80's, sans jamais le singer.
Excellent !   18/20



Posté le 14 mai 2005 à 16 h 41

Si je devais résumer mon sentiment général à l'écoute de l'album par un mot ce serait : efficacité. En effet, ce disque n'est certes pas révolutionnaire, mais il est diablement efficace !

Les titres s'enchaînent parfaitement, les mélodies sont fluides et entraînantes (entêtantes parfois). La pop est bien huilée, les guitares cinglantes, et le chant très revivifiant. C'est frais, ça s'écoute facilement, et là on peut se demander si la lassitude va surgir au bout de 3 ou 4 écoutes ; et bien non ! La fraicheur est longue durée avec Bloc Party !

"Silent Alarm" est très bon premier album. C'est vrai, c'est pas très recherché, c'est pop et ça plait à un public large, et là j'ai envie de dire : "et alors ?". Donc faites comme moi, ne boudez pas votre plaisir !
Très bon   16/20



Posté le 20 juin 2005 à 13 h 12

Emballé dans une pochette sobre :voilà comment se présente "Silent Alarm".
Attendu, très attendu, cet album des 4 jeunes Anglais avait été considéré bien avant sa sortie comme un chef d'oeuvre. Normal, les EP qui l'ont précédé, sont d'une qualité rare.
Trop attendu ? Sûrement.

La consistance de leur musique est irréprochable, il y a tout pour plaire. Une voix très maîtrisée et exhaltante, capable d'exprimer énervement et mélancolie ; des rythmes tantôt entraînants, tantôt reposants, un charisme évident, qui se ressent sur chaque piste.
Evidemment, tout est bien fait, sans fausse note. C'est justement ça le problème : les prises de risque manquent. On se perd et on s'ennuie dans des ballades qui deviennent simplement douceâtres au fil des écoutes. Leur fadeur met du coup, en avant les 3 morceaux que l'on connaissait déjà et qui sont incontestablement la matière grise de l'album.

Fausse alerte, pas assez silencieuse : Bloc Party n'est pas un prodige. C'est encore un groupe trop pris dans ses influences musicales. Les fantômes des Cure et de Sonic Youth, planent sur les accords et sur le chant de "Silent Alarm" de manière trop poussée.

Bloc Party est porteur d'espoir malgré tout : ce premier album est comme la blancheur de son emballage sur laquelle le groupe écrira sa suite et sa (peut-être) future singularité.
Correct   12/20



Posté le 03 juillet 2005 à 20 h 38

Premier album de Bloc Party, est déjà on annonce ce groupe comme la révélation de l'année.
Certes cet album est très bon, mais pas excellentissimement génial ...
C'est donc qu'on entre dans cet album par le très bon et très rapide "Like Eating Glass" qui enchaîne avec "Helicopter" très rapid,e avec un riff diablement efficace et dansant, le meilleur morceau de l'album je pense. "Positive Tension" ralentit un iota le rythme, même si à la fin ça s'emballe. "Banquet", 1er single de l'album, reste toujours aussi dansant.

On échappe pas aux ballades, heureusement pas trop mièvres, telles que "This Modern Love" ,"Little Thoughts"ou"Blue Light" qui sont en réalité de forts belles chansons. On regrettera un chouia la voix de Keke Okerele pas trop adaptée pour ca.
On continue et, à part ces ballades, Bloc Party nous ressert toujours le même plat, c'est a dire les mêmes chansons dansantes, ce qui devient lassant au bout d'un moment.
A trop peu de moments, on sentira le groupe changer de format, telles que sur le synthé de "Prince Of Gas" ou les touche electro sur "Plans".

Voila un album dont j'écouterais 3 ou 4 chansons à la suite mais pas tout l'album. Si l'on prend chaque chanson isolément, cela donne un très bon tout.
Espérons que le deuxième sera plus diversifié.
Très bon   16/20



Posté le 10 octobre 2005 à 16 h 12

Faisez gaffe aux nouvelles sensations les gens ! (mode syndiqué en marche)!
Bloc Party, ou l'histoire d'une bande de copains boutonneux partis à l'assaut des charts européens avec un album très inégal.
Avant d'avoir scotché toute l'Europe avec son "Helicopter" (qui volait à mi-hauteur mais à distance raisonnable de mes oreilles chastes), les quatres rejetons de la couronne ont pu tester les petites perles nerveuses de Silent Alarm lors de la tournée Européenne d'Interpol et mesurer l'impact de leurs futurs tubes ("Banquet", "She's Hearing Voice") efficaces sur scène mais rendus quasiment stériles sur cet album qui sonne creux !
L'énergie de Bloc Party s'est perdue dans cet album mi-figue mi-raisin qui manque cruellement de charisme, de charme et d'autorité, la production ne rend pas service aux maigres compositions du groupes, oui il faut le dire, Silent Alarm fait partie de la famille de tous ces groupes qui pondent un album avec trois ou quatre bombes et comblent le reste avec du tout-venant, ce qui du reste me parait pitoyable bien que surement dicté par la loi du business et la volonté des maisons de disques à battre le fer pendant qu'il est chaud !
Malgré tout et bien que manquant de maturité, Silent Alarm tire son épingle du jeu et bénéficie de l'engouement de la presse pour les standards resucés du moment, c'est en quelque sorte l'arbre qui cache la forêt car en creusant un peu, on trouve en Bloc Party un groupe quelconque qui lui aussi revendique sa part de popularité dans le mouvement revival car il s'agit bien là d'un revival rock power pop faussement dépouillé avec le 'petit plus' de nonchalance qui leur donne un air coooool !
En conclusion ce Silent Alarm porte bien son nom et pour cerner l'objet, on dira que c'est un peu L'Auberge Espagnole dans le fond et le Péril Jeune dans la forme, c'est sympa avec les chips et les hamburgers mais ça passe moins bien avec la bière (c'est gentil quoi !)
Souhaitons au groupe de passer l'hiver et de résister à la pression des mecs qui vont faire comme eux en ressortant leurs blouses de TP pour faire 'jeunz' et branché, rendez vous compte, les Franz Ferdinand passent déjà pour des vieux cons.
Parions que la prochaine sensation s'appellera Kleenex, tous à vos mouchoirs, Bloc Party est déja mort!
Pas terrible   9/20



Posté le 06 février 2007 à 15 h 00

Certains diront de Bloc Party qu'il est un des groupes qui sauvent le rock, qui fait du rock terriblement sexy, qu'il allie à la fois énergie et new wave, qu'il relance la Curemania... C'est aller un peu vite sur ce groupe qui a connu un énorme buzz à la sortie de son single "Banquet" et qui effectivement promettait la lune à ce groupe.

Hélas, non, Bloc Party ne sera jamais un grand groupe de rock, cet album est raté et on pariera que leur nouvel album ne va pas non plus convaincre les headbangers et autres rockeurs..

Pourquoi ? Les morceaux sont franchement complexes, on reconnait ici et là des influences diverses, de Wire à XTC, mais il faut vraiment reconnaître qu'ils ont voulu un peu trop se la jouer en faisant de cet opus un exercice de style vraiment décevant.
A la limite, ce sont les remixes qui donnent le plus envie de bouger la tête et d'apprécier certains morceaux.
La légereté n'est pas le maitre mot chez Bloc Party, ils préfereront la confusion des genres et le brouhaha.
Bloc Party est un groupe hype et le restera sans doute, par la virtuosité de ces musiciens issus d'un quartier très bourgeois de Londres, cloisonné à un clan d'aficionados qui apprécient quand le rock est cérébral, quand il endort ou quand il se prend au sérieux.

Malgré toute la sympathie que je peux avoir pour le chanteur, qui a des textes intelligents, reconnaissons que Bloc Party ne sera jamais à la hauteur des espérances suscitées par les critiques de la presse spécialisée.
Sans intérêt   8/20







Recherche avancée
En ligne
93 invités et 1 membre :
Jetjet
Au hasard Balthazar
Sondages
Pour toi, la réponse à la grande question sur la Vie, l'Univers et le Reste est :