Massive Attack

Lille [Zenith Arena] - samedi 14 novembre 2009

Peut-être est-ce en raison du match décisif entre l'Irlande et la France qui se déroule au même moment, mais le Zénith de Lille n'est qu'à moitié rempli pour la venue de Massive Attack alors qu'on est un samedi. Les gradins sont en grande partie fermés et la fosse mettra du temps à se remplir. Au final, nous seront quand même environ 4000 pour accueillir le plus célèbre des groupes de trip-hop. Sans nouvel album dans les bacs et une absence plutôt longue, ce n'est déjà pas si mal après tout.

21h15, les Anglais investissent la scène. Le décor est le même que l'année dernière avec une espèce de mur en arrière plan qui diffuse des images et autres messages. On appréciera le fait que les dits messages soient traduits en français. Ils évoquent souvent le thème de la liberté sous toutes ses formes avec beaucoup de citations venant de philosophes, politiciens et autres écrivains. Les Bristoliens se lanceront sur des terrains un peu casse gueule avec des messages types "Sarkozy, champion du pipeau", etc. Les dérives du monde moderne sont également dénoncées lorsque des prix commencent à défiler indiquant (par exemple) l'argent nécessaire à une famille kényane pour se nourrir pendant une semaine contrastant avec les sommes démesurées dépensées par je ne sais quel émir du Quatar dans un yacht géant ou encore l'étendue des dettes accumulées par Lehman Brothers.
Côté éclairage, c'est plutôt classe avec des changements sur chaque titre pour un rendu visuel très convaincant et en adéquation avec la musique des anglais.
On s'y attendait mais de nombreux nouveaux morceaux seront joués ce soir. Alors même si on ne va se plaindre d'écouter du nouveau matériel, il faut bien admettre qu'il est moins évident de rentrer dans un concert où les chansons nous sont inconnues. Clairement, le décalage tournée/sortie du nouvel album est un peu préjudiciable. Pour autant, nous aurons pu apprécier l'excellent "16 Seeter" chanté par le vieux reggaeman Horace Andy: son chant à la fois lancinant et groovy contraste avec une partie instrumentale puissante. Alors qu'on imaginerait presque le vieil homme se faire balayer par le déluge de décibels qui l'accompagne, c'est en fait un parfait équilibre qui s'instaure. Un cran en dessous mais tout de même très bon, on évoquera "Marakesh" qui clôturait le premier rappel. Après un début un peu mou, le titre prend de l'ampleur et monte crescendo de manière impressionnante. Et puis il y aura également quelques titres du tout récent Splitting The Atom dont le morceau éponyme sera le plus convaincant et apprécié par le public. On regrettera par contre l'absence de l'excellent "Pray For Rain", dommage...
Ce soir, et comme sur toute cette tournée européenne, Massive Attack est accompagné par plusieurs guests: Horace Andy donc qui contribuera d'ailleurs à une belle version du tube "Angel". Mais également Martina Topley Bird, qui viendra pousser la chansonnette vêtue d'un affreux kimono. Sa contribution sera malheureusement moins convaincante à l'image de son interprétation de "Teardrop" qui n'aura pas fait sensation. En revanche, Yolanda Quarty (qui ressemble à une chanteuse de gospel dans tout son cliché) fera l'unanimité sur les deux titres de Blue Lines qu'elle viendra interpréter.
Si cet "apport extérieur" est en soi appréciable (et reflète bien la volonté du groupe de collaborer avec d'autres artistes), il aura quand même pour double effet d'instaurer un faux-rythme assez dommageable au concert et d'éclipser un peu trop Daddy G qui aura surtout fait de la figuration ce soir.
Au début du 2e rappel, ce dernier vient quand même nous apprendre que la France a gagné en Irlande. 3D nous remercie d'avoir écouté attentivement les nouveaux morceaux, puis démarre le grand classique et inoubliable "Karmacoma" qui vient boucler 1h45 de concert.

Si l'on ne peut que regretter le retard pris par le nouveau disque, Massive Attack nous aura cependant conforté dans notre impatience à écouter ce nouvel effort. Devant un public attentif, connaisseur et qui ne dégainera pas (Ô joie) son portable à la première occasion, le combo de Bristol nous aura livré une prestation carrée (coup de chapeau aux deux batteurs qui jouent en même temps) mais alternant étrangement intensité et coups de mou. Qu'à cela ne tienne, on a vu suffisamment de bonnes choses ce soir pour nous persuader que Massive Attack reste une référence absolue dans son domaine. Le nouvel opus, prévu pour début 2010, devrait nous le confirmer.


Bon   15/20
par Billyjoe


  Setlist:
Bulletproof Love
Hartcliffe Star
Babel
16 Seeter
Risingson
Red Light
Future Proof
Teardrop
Psyche
Mezzanine
Angel
Safe From Harm
Inertia Creeps
>>>
Splitting The Atom
Unfinished Sympathy
Marakesh
>>>
Karmacoma


Proposez votre chronique !





Recherche avancée
En ligne
167 invités et 0 membre
Au hasard Balthazar
Sondages
Les Pochettes de disques, elles vous font quel effet ?