Björk

Homogenic

Homogenic

 Label :     Island 
 Sortie :    lundi 22 septembre 1997 
 Format :  Album / CD  Vinyle  K7 Audio   

C'est par Homogenic que l'univers Björk s'est ouvert à moi.
Putain de claque.
Cet album est fait pour parler au corps humain : cordes pour faire vibrer les nerfs, beats pour emballer le coeur, voix pour lisser peau, gonfler les poumons.

Chaque titre me fait changer d'état. Je passe d'une activité corporelle intense ("Bachelorette", "5 Years","Pluto" hallucinés), à un état lunaire, rocheux ("Unravel", "Immature", "All Is Full Of Love") où je reste juste pensif, dans les nuages ("Hunter" "All neon like").
Ici, on parle de nature puissante, de forces qui nous dépassent mais que l'on laisse nous pénétrer sans sourciller, d'amour, de passion, de violence ...

Cette demoiselle, sorte de petit lutin ravageur, a ouvert mon esprit sur d'autres horizons, m'a étourdie, époustouflée, touchée.
Que de talent...


Exceptionnel ! !   19/20
par Shiboome


 Moyenne 16.60/20 

Proposez votre chronique !



Posté le 14 juin 2005 à 19 h 01

"All Is Full Of Love" a été mon premier contact avec l'espace "Homogenic" de Björk. Impossible d'oublier cette chanson et le clip qui l'illustre. Face à ces deux Björk qui font l'amour, comment ne pas résister à la curiosité de découvrir l'univers entier de cet album ?

Les images robotiques-sexuelles ne correspondent pas uniquement au morceau qui clos l'album. C'est la démarche de Björk, après le succès des albums précédents, qui est explicitée à travers les rapports langoureux des automates.
L'Islandaise veut se retrouver avec elle-même, faire abstraction des futilités extérieures pour s'observer. "Homogenic" sonne comme une remise en question( "How Could I Be So Immature ?"), comme une volonté d'aller vers plus de simplicité et moins de tourments.
Pour nous également, c'est un véritable voyage intérieur et extérieur, c'est une invitation "dans" Björk et "dans" soi.

Constitué de sons originaux et très variés, "Homogenic" fixe le génie de la chanteuse. Sa voix sait se marier avec n'importe quel fond sonore. Posez-la juste sur des cordes édéniques ou sur des beats brutales pour constater cette adaptabilité incroyable.

"Homogenic", album homogène? Pas tant que ça. Mais qu'importe. Associer l'homogène à l'hétérogène, c'est le talent de Björk. Ne cherchons pas à réfuter, à critiquer.
N'essayons pas de résoudre un mystère. Evadons-nous avec lui. Ne pensons à rien. Ecoutons comme si nous étions en train de jouer dans une comédie musicale. Nous ne sommes pas nous.Nous nous libérons et nous nous trouvons grâce aux personnages.
Excellent !   18/20



Posté le 11 juillet 2005 à 17 h 07

Probablement le meilleur album de Björk, "Homogenic" est de ces disques dont on sait à l'avance qu'ils ne souffriront jamais de l'érosion du temps.

Mais lorsque l'on s'entoure de personnages talentueux comme Mark Bell (LFO), puisse-t-il en être autrement ? ...
Quelle entame magistrale qu'un "Hunter" au rythme survolté, magistralement dominé par l'Islandaise. Que dire aussi de "Bachelorette" où le mariage du piano et du violon s'apparente plus à un coup de génie qu'à une redite musicale. Comment ne pas succomber également aux relans "Pop" d'un "Alarm Call" tout en finesse ?

Qu'importe, on a ici un album qui porte admirablement bien son nom et dont la densité nous noie de bonheur à chaque écoute.
Intemporel ! ! !   20/20



Posté le 16 octobre 2005 à 13 h 54

Une electro pop bien rafraichissante quand on l'écoute pour la première fois, mais qui au bout d'un certain temps devient bien vite agaçant, et on ne ressent plus rien face à ce déluge de trouvailles qui devient vraiment lourd.
Le son est mélodique, la voix de Bjork est très belle mais on est facilement overbouqué par la surcharge des instruments et la voix de la 'divine chanteuse islandaise' comme si on ne pouvait plus la supporter...

Il en reste un album qui se doit d'etre écouter par toute personne se revendiquant comme amateur de pop, original dans sa création.
A ne surtout pas écouter en boucle, c'est à en être dégouté!!
Pas mal   13/20



Posté le 17 décembre 2005 à 01 h 27

Avant de devenir l'idole de la presse branchée, et avant que ses concerts ne se transforment en un repère mondain, Björk livra 3 albums de qualité variable mais à l'originalité indéniable. Homogenic peut se targuer d'un commencement magnifique ("Hunter", "Yoga", "Bachelorette") mais il n'atteint cependant pas l'imagination et la régularité de Debut. En fait, après une entrée en matière réussie, le milieu du disque marque une fameuse baisse de régime ("5 Years" et "Immature" notamment) puis retrouve un niveau correct sur la fin avec "Pluto", voire "All Is Full Of Love". Entre parenthèses, on soulignera le superbe clip réalisé à l'époque pour cette chanson. Bref, un disque qui vaut surtout pour ses singles, mais à qui il faut reconnaître un certain mérite, ne serait-ce que pour ses arrangements innovateurs à la fin des années 90.
Pas mal   13/20







Recherche avancée
En ligne
212 invités et 1 membre :
Fenouil
Au hasard Balthazar
Sondages
Tu as le droit d'effectuer un seul voyage spatio-temporel, où est-ce que tu vas ?