The Divine Comedy

Absent Friends

Absent Friends

 Label :     Parlophone 
 Sortie :    mardi 04 mai 2004 
 Format :  Album / CD   

Je dois bien l'avouer, je n'ai jamais eu vraiment de sympathie pour Neil Hannon et son personnage de dandy à 2 balles. Surtout au vu de ses amitiés franco-anglaises assez louches... Bon, on peut émettre l'idée que son duo avec Valérie Lemercier n'est q'une nouvelle preuve de la supériorité de l'humour anglais dans le monde. Mais sa collaboration avec l'horripilant Vincent Delerm est totalement incompréhensible et impardonnable. Vous comprendrez donc mon scepticisme face aux excellentes critiques que reçut Absent Friends dans la presse. Et pourtant...
Oui, pourtant je dois admettre que cet album est une merveille complète, du début à la fin. Probablement l'un des 10 meilleurs albums de cette décennie. Alors évidemment, si vous êtes un adepte forcené de death metal norvégien, vous devrais passer votre chemin car ici il n'est question que de pop symphonique majestueuse. Mais contrairement aux albums précédents de The Divine Comedy, l'orchestration souligne un climat plus chargé, souvent mélancolique, voir même sinistre. A l'image du diptyque sacré en milieu d'album : "The Wreck Of The Beautiful/Our Mutual Friend". Cette dernière chanson est un chef-d'oeuvre absolu qui provoquerait ne serait-ce qu'une once de tristesse chez tout être humain normalement constitué, et ce même chez un fan bourru de death metal norvégien (encore faut-il qu'il soit normalement constitué, ce qui est peu probable...).
Neil Hannon n'a pas oublié de distiller des émotions plus légères à l'image de l'entraînant et très crooner "Come Home Billy Bird". Le songwriter anglais donne également toujours dans la peinture de vignette humoristique, domaine où il excelle. "The Happy Goth" se moque ainsi élégamment d'une jeune gothique (une cible facile certes... tout comme le fan de death metal norvégien). A noter la présence à ses côtés de notre Yann Tiersen national qui vient jouer de l'accordéon sur "Sticks & Stones", une chanson qui ressemble étrangement à "Rosemary" de Scott Walker, influence fondamentale de Neil Hannon (Ceci expliquant peut-être cela...).
Au final, Absent Friends nous propose 11 pépites pop qui placent définitivement Neil Hannon au premier rang des songwriters de ce siècle. Et si comme moi, vous avez des a priori négatifs sur le bonhomme, jetez-vous sur Absent Friends afin d'oublier un instant ses quelques méfaits.


Exceptionnel ! !   19/20
par Sirius


Proposez votre chronique !







Recherche avancée
En ligne
87 invités et 0 membre
Au hasard Balthazar
Sondages
Les concours sur XSilence, vous en pensez quoi?