No One Is Innocent

Utopia

Utopia

 Label :     Island 
 Sortie :    lundi 02 février 1998 
 Format :  Album / CD  Vinyle   

A sa sortie cet album fit l'effet d'une bombe dans le paysage du rock français, à juste titre. Et quand on cherche ce qui c'est enregistré de mieux en France, on passe forcément sur Utopia.
D'entré "Invisible" promet le meilleur. Musique ultra-énergique, invitation irrésistible au pogo et super entrainant. Ce qui le distingue de la suite et de son incroyable noirceur.
Le rythme infernal est maintenu sur fond de discours ultra politisé, pas très poli et atisé. De nombreux appels à la révolution à la lutte contre la dictature rampante. On note la participation de Dantec dont on devrait ne jamais oublier cette incroyable participation plutôt que de discuter éternellement sur ses prises de position politique. Il reste avant tout un auteur incroyable. Il pond la un véritable chef-d'œuvre avec "Nomenklatura".
Les textes sont justement toujours percutants, pas toujours facile à suivre:

"Si on la fait pour du pétrole
La guerre n'est pas inutile
Dommage que les livres de Sarajevo
Ne se livraient pas en barils"

Des textes hurlés d'une voix urgente, puissante, engagée, désespérée. Sur fond d'indus, de guitares saturés et de sample électro, aucun repos n'est accordé à l'auditeur.

Bref, Utopia n'est pas fait pour se reposer. Mais putain, quelle claque !!


Parfait   17/20
par Mozz


 Moyenne 18.00/20 

Proposez votre chronique !



Posté le 21 octobre 2006 à 10 h 02

Dès la première impression sonore des morceaux d'Utopia en live, la claque fut revigorante.

No One Is Innocent, armé d'un nouveau guitariste, a généré un deuxième album martial et radical. Quand la bande de la cassette glisse sur la tête de lecture de la stéréo, les enceintes crachent comme un soulèvement général à la face du monde. Découvrir l'écrivain à la plume redoutable qu'est Maurice G.Dantec a été le bénéfice inattendu de ce disque toujours aussi captivant, en phase à un monde courant vers sa post-humanité.

PS : "Neuromatrix" est un bijou imparable de trip techno-magique, avec des textes extraits du roman "Les Racines Du Mal".
Exceptionnel ! !   19/20



Posté le 29 octobre 2006 à 17 h 09

Des morceaux passés au hachoir par des riffs qui n'en finissent plus de nous asphyxier les oreilles. Une voix grinçante, volcanique, qui éructe des visions d'une fin du monde toute proche. Extrêmement brutal, bien plus que le 1er opus passable à force de trop lorgner du côté de R.A.T.M. plutôt que de trouver sa voie. C'est pour moi, et pour d'autres, le meilleur album de rock un tant soit peu violent de ces 15 dernières années. En tout cas de France. Tout est à la fois efficace et suintant d'originalité. C'est pas du métal, c'est pas du hard-rock, c'est pas de l'indus. C'est No One. Injustement boudé par le public, album définitif d'un groupe vraiment malade qui splittera juste après, ce disque fait très mal.
'Si vous pensez que les Lakers ne sont qu'une bande d'anarchistes prêts à tout mettre à feu et à sang parce que ça les amusent, vous vous trompez du tout au tout. Nous sommes bien pire que ça...'
On retourne voir Bambi ?
Intemporel ! ! !   20/20



Posté le 08 avril 2007 à 10 h 41

Cet album consacre No One Is Inncocent avec toute son agressivité qui fit sa réputation, sa marque de fabrique. Avec ses accents métal et ses textes engagés No One délivre un album puissant et efficace.
Utopia est efficace avec des guitares qui crachent un son simple et agressif comme sur la chanson "Chile" ou "2 People". La plupart des chansons sont rapides avec un son lourd qui donne ce son métal comme sur "Women". D'ou le pouvoir incendiaire de cet album.
Mais cet album comporte aussi des plages plus lentes comme "Plus Lentes" pour accentuer le message de la chanson à haute teneur politique ou la chanson "Autobahn Babies" qui sonne un peu plus electro et qui laisse une part belle aux instruments. La voix du chanteur et leader Kmar est toujours aussi agressive et distille des textes en français ou en anglais portant sur le monde actuel.
Cet album comporte une originalité avec la reprise de textes du poète Maurice Dantec qui sont parlés dans les chansons. Cette initiative n'est pas mauvaise, dommage que les textes ne soient pas très bons ('le cerveau est une interface neurologique').
En résumé un album très bon qui est un peu gâché par quelques textes. Mais un album fidèle au No One engagé distillant un son agressif et résolument métal.
Très bon   16/20







Recherche avancée
En ligne
320 invités et 0 membre
Au hasard Balthazar
Sondages
On vient de te dire que le morceau que tu as encensé est l'œuvre du groupe que tu conchies le plus