Laura Veirs

Paris [Maroquinerie] - mardi 28 février 2006

Laura Veirs
Mardi de février à la Maroquinerie. Une foule s'entasse devant l'entrée de la salle de concert. Surprise: je pensais que le public moyen de Laura Veirs avait 25 d'âge moyen. Plutôt genre étudiant caucasien en sciences ou en droit, situation affective floue, d'où cet engouement pour Laura, ex-scientifique qui porte si bien les lunettes. Et bien, je me suis trompé: ce que je vois, c'est beaucoup de filles et femmes, âge moyen autour de 30 ans. Des gens apparemment équilibrés.
Signe ou simple maladresse ? Je casse une branche de mes lunettes, quelques minutes après être rentré. Ces lunettes si distinctives du style de Laura Veirs.
Le concert, donc: Laura est en bout de tournée, un peu fatiguée. Elle est en plus seule sur scène avec sa guitare et ses pédales (où sont les musiciens de "Devil's Hootenanny" ?). On la sent absente, elle pense à autre chose. Habile, elle en joue en interrompant brusquement ses chansons pour parler d'autre chose. Elle filme la foule annonant "saucisson" pour remonter le moral de son copain producteur qui a eu un "bay day". Ludique. Mais un peu trop de pédale de sample à mon goût.
A mettre à son actif tout de même: l'impression de sincérité (même fatiguée) qu'elle dégage et le choix de la première partie: intéressante.
Un concert pas trop décevant donc.


Correct   12/20
par Martinez


Proposez votre chronique !





Recherche avancée
En ligne
212 invités et 2 membres
Zarathoustra
Jetjet
Au hasard Balthazar
Sondages
Selon vous, quel intérêt les side-projects offrent-ils au rock indé ?