Sébastien Tellier

Cannes [Festival Du Pantiero] - dimanche 10 août 2008

Septième édition pour le festival de Pantiero, à Cannes, et s´il faut reconnaître qu'il ne reste plus grand-chose du festival de rock indé des débuts, la programmation de ce festival désormais electro est chaque année irréprochable.
Comme à chaque fois, c´est un artiste jouant une musique apaisée qui ouvre la soirée. Alors que le soleil se couche, entre le port du Pantiero et la vieille ville du Suquet, Sébastien Tellier fait son entrée sous les acclamations du public, étonnement nombreux. Son allure est amusante, mélange de bobo et de clodo.
Le groupe entame "Kilometer", un de mes morceaux favoris du dernier album. Hmmm quel délice, le son live lui va parfaitement. Le synthé est assourdissant, la batterie et la basse sont pesantes. L´ambiance devient clairement sexuelle, renforcée par la fin d´été lascive de ce dimanche soir à Cannes (et oui, j´aime beaucoup ma Côte d´Azur!).
Juste après, Sébastien commence à dynamiter l´ambiance. Il se plaint d´abord de ne pas avoir pu prendre une suite au Martinez, son palace cannois préféré. Puis il annonce que la suite va être 'chiante' car jusqu´à la chanson suivante, il va nous raconter sa vie. Et là il nous gratifie de son humour absurde, puisque nous apprenons qu´il le fils illégitime d´une mère rongée par l´alcool ayant décidé de coucher avec un ver de terre (?). Il continue, verre de rosé à la main, en entamant un discours café du commerce, demandant au gouvernement de baisser les impôts, relancer, l´économie et virer les étrangers !
Le décor est planté de la plus belle des manières. Pendant une heure, on alterne entre humour décalé ( ‘Nous avons créé un groupe de chansonniers à vocation comique destiné à lutter contre la drogue') et très belles adaptations live du répertoire de Sébastien. Les morceaux de Sexuality sont vraiment intenses, très lascifs. "Fingers Of Steel" frôle le sublime, "Look" est le sommet de sensualité du set.
"Divine" accélère un peu le rythme. Elle est suivie des morceaux de Politics. "Ketchup vs Génocide" nous fait découvrir les talents de guitariste de Sébastien Tellier, et l´inévitable "Ritournelle" fait vibrer tous le public pendant plusieurs minutes.
Alors que le crépuscule s´est installé, Sébastien entame une fin de concert sublime. La longue introduction au piano de "L´amour et la violence" installe une ambiance grave, au bord de la rupture. "Sexual Sportswear", encore plus épique, procure une sorte de transe au public, tandis que Sébastien prend des poses lascives en feignant des orgasmes, ou encore en masturbant son micro. Vraiment très impressionnant. Pas de rappel, mais je pense que c´était mieux de finir ainsi.

Pendant une heure, Sébastien Tellier a installé une ambiance unique. Outre la tonalité sexuelle de ses morceaux, son humour et son charisme ont irradié le public. Tout le monde semblait aux aguets, conscient qu´une surprise sublime pouvait surgir à chaque instant. Et on n´a pas été déçu. J´avais rarement vu un public aussi captivé, fasciné.

À peine le temps de se remettre, que Yuksek, The Presets et SebastiAn nous feront danser jusqu´au bout de la nuit. Mais ça, ce sera pour un autre webzine...


Parfait   17/20
par Vamos


Proposez votre chronique !





Recherche avancée
En ligne
166 invités et 4 membres
Climbatize
Poukram
Chaurionde
Hpl
Au hasard Balthazar
Sondages
Combien dépensez vous par mois pour vos disques