The Arcade Fire

Marseille [Le Dôme] - mercredi 24 novembre 2010

Après avoir raté lamentablement Arcade Fire aux arènes de Nîmes pour cause de snobisme anti-hype primaire, puis à Rock en Seine pour cause de rapatriement d'urgence au bout d'un jour de festival, c'est bien décidé à en découdre que je suis parti à Marseille.
Étant familier de la salle, je me doute que le son sera pourri.
Étant familier des vidéos lives du groupe, je sais que prestation du groupe sera habitée et intense, ce compensera largement la faiblesse du son.

Malgré une première partie improbable et franchement pas terrible, c'est le cœur ému que je tranche à travers la foule pour aller me caler en pleine fosse.

Alors, je voudrai clarifier mes attentes face à ce concert.
Quand on va voir Arcade Fire, on s'attend à des 'Ooooooh', des 'Aaaaaaah', et autres 'No Go!' enflammés du public.
On se dit que le spectacle tiens autant de l'audience que du groupe et que c'est cette sorte de ferveur qui donne corps à cette réputation scénique.

Mais pas à Marseille, non.

Je pense -et pourtant c'était pas mon premier concert, pas le pire groupe, pas les plus mauvaises conditions- que c'est le plus mauvais public que j'ai vu de ma vie.

"Ready To Start" lance les hostilités suivi de près par un "Month Of May" massif. Le son est pas si terrible que ça, le groupe est d'emblée possédé, ça s'annonce terrible, avec mes potes on 'jump' de partout, jeune loups sauvages que nous sommes.
Mais nous sommes bien les seuls.
Petite accalmie sur deux titres, puis "Laika" démarre, Perry et Butler (l'autre) à fond, nous aussi eeeeeeeett... c'est tout.
"No Cars Go"? pffffffffffffffft... les larmes aux yeux - j'en fait souvent trop, oui - emporté dans le final épique de la chanson, le soufflé retombe pourtant quand je vois un mec manger du pop corn deux rangs devant moi en pleine fosse et que le mec à coté envoie des sms.

Du coup on arrête les mouvements trop large et on danse gentiment.
Mais le con de derrière me dit qu'il aimerai bien voir le concert tranquille.
À partir de là on a laissé tomber la communion et on s'est fait notre ambiance entre nous, le gros naze avait qu'à bouger.
Car en soi, le concert en lui même était excellent.
Le groupe, les lights, les projections, la setlist, j'ai vu ce que j'étais venu voir et j'en garde un TRÈS bon souvenir et j'ai la ferme intention -et les places qui l'attestent- de prendre ma revanche cet été avec eux.

Quand Régine Chassagne nous dit que ça lui tenait à cœur de jouer à Marseille parce que c'est la première ville qu'elle à vu de l'Europe dans sa jeunesse, elle à dû être vachement déçue de l'accueil, la pauvre.
Déjà que le Dôme était fermé à moitié fautes de places vendues... Après on s'étonne que les groupes bougent pas en Province... Mais bref... Donc pour résumer, si je vous recommande fortement Arcade Fire, je vous déconseille le Dôme. Élue pour de bon pire salle de France.


Très bon   16/20
par Zorneye


  Setlist :

Ready to Start
Month of May
Neighborhood #1 (Tunnels)
Rococo
Neighborhood #2 (Laika)
No Cars Go
Haïti
Sprawl II (Mountains Beyond Mountains)
Une année sans lumière
The Suburbs
The Suburbs (Continued)
Suburban War
Intervention
We Used to Wait
Neighborhood #3 (Power Out)
Rebellion (Lies)
>>>>>
Keep the Car Running
Wake Up


Proposez votre chronique !





Recherche avancée
En ligne
102 invités et 0 membre
Au hasard Balthazar
Sondages
À quoi te fait penser le design actuel du site?