Vic Chesnutt

Rouen [Sainte Croix Des Pelletiers] - vendredi 16 novembre 2007

L'arrivée de Vic Chesnutt sur le label en vogue Constellation fut décidément très positive. D'abord elle lui a permit de nous offrir cette année le superbe album North Star Deserter ; et de se faire connaître un peu mieux du public français, car même si il avait acquit une certaine notoriété dans le milieu des années 90, on n'entendait quasiment plus parler de lui ici depuis quelques années. Si bien que l'on n'espérait plus vraiment une tournée à travers l'hexagone. J'ai d'ailleurs l'impression qu'une bonne partie du public présent ce soir dans l'église Sainte Croix des Pelletiers ne connaît pas vraiment Vic Chesnutt (on entend avant d'entrer dans la salle des "il parait qu'il est paraplégique"), mais que ce sont les musiciens qui l'accompagnent qui ont attirés tant de monde. Il est évident que de voir une partie des membres de Godspeed You! Black Emperor et A Silver Mt. Zion avec en prime Guy Picciotto - le guitariste du groupe culte de post-hardocre Fugazi - dans un tel lieu est très alléchant.

Vic entre en scène coiffé d'un bonnet, se munit de sa guitare ¾ avec une simple corde en guise de courroie, puis met un petit moment à s'installer devant son micro, déplaçant son fauteuil roulant de quelques centimètres à gauche, puis à droite, puis en arrière, puis à gauche... avant de trouver sa place.
Sa prestance et son charisme s'impose dès ses premières notes de chant, sa voix timide mais qui ne manque pourtant pas de puissance est magistrale et prend encore plus d'ampleur que sur disque. Il débute avec "Everything I Say" suivie par "You Are Never Alone", certainement les deux titres les plus accrocheurs de "North Star Deserter", dont la totalité sera jouée ce soir. Les musiciens l'accompagnant semblent admiratifs, et mettent leur talent au service de ce petit bonhomme tourmenté qui dégage une présence unique. La violoniste fait également les chœurs sur bon nombre de chansons, le bassiste - contrebassiste ne quitte pas Chesnutt des yeux, guettant le moindre mouvement de sa main droite recroquevillée sur la caisse de sa guitare ; Efrim Menuck le guitariste et fondateur de GY!BE apparaît beaucoup plus absent, statique et tourné vers la batterie on n'apercevra que rarement son visage caché derrière sa tignasse. Picciotto semble prendre un immense plaisir à jouer et profite de l'instant, frottant, caressant, tiraillant le manche et les cordes de sa Rickenbacker en s'agitant sur sa chaise. Je regrette néanmoins quelques longueurs apportées par ces vagues de guitares aux tonalités un peu "trop Godspeed" à mon goût, ainsi qu'une batterie quelques fois trop pesante, mais le son est de très bonne qualité.
Entre chaque chansons Vic Chesnutt prend son temps, s'adresse au public avec humour, présente ses chansons, repositionne sans cesse son fauteuil et ne peut s'empêcher de chantonner. Peu avant la fin il nous annonce qu'il ne fera pas de rappel. Cependant à l'issue du concert les applaudissements sont tellement chaleureux qu'il reviendra quand même pour nous offrir deux titres seul sur scène, un grand moment où l'on retrouve l'intensité et le charme du folk minimaliste et torturé de ses premiers albums. Guy Picciotto quittera d'ailleurs la loge pour venir l'admirer sur le côté de la scène.

Fascinant et touchant, Vic Chesnutt a montré ce soir qu'il fait bien parti des songwriters américains les plus brillants et attachants... Et avec des concerts d'une telle intensité ça va finir par se savoir !


Parfait   17/20
par Sonicjulio


Proposez votre chronique !





Recherche avancée
En ligne
65 invités et 2 membres
Ublot
El rodeo
Au hasard Balthazar
Sondages
Dans quelle tranche d'âge vous situez-vous ?