Paradise Lost

Believe In Nothing

Believe In Nothing

 Label :     EMI 
 Sortie :    lundi 26 février 2001 
 Format :  Album / CD  Vinyle   

Il n'y avait aucune raison pour Paradise Lost change son fusil d'épaule après Host, déjà parce que, de mémoire, l'album avait reçu un accueil plutôt favorable de la part des journaux gothiques et Electro de l'époque (D-Side et Elegy notamment), ensuite parce que la récente signature avec EMI après de longues années passées chez Music For Nations laissait présager que les Anglais avaient tout le soutien de leur maison de disque. Du coup, Believe in Nothing reprend les choses là où elles avaient été laissées deux ans plus tôt mais avec un niveau de maturité accru. C'est-à-dire que si l'on retrouve bien dans cet album les sonorités synthétiques qui forgent désormais l'identité de Paradise Lost, l'équilibre avec les guitares est bien meilleur, de même que les mélodies, moins répétitives que par le passé. Believe in Nothing est donc supérieur en tout à son prédécesseur, qui ne contenait pas des perles telles que le morceau d'ouverture "I Am Nothing" ou "Look at Me Now" et qui, sur la longueur, manquait quelque peu de dynamisme.
Bon, c'est vrai que désormais la formation serait parfois en mesure d'animer un anniversaire d'adolescents rockers mais, derrière ces mélodies limpides, force est de reconnaître le mérite de la richesse des arrangements, plus subtils et plus profonds que par le passé, notamment en ce qui concerne l'utilisation des cordes.
C'est quand même la spécificité de Paradise Lost de n'avoir pas viré, par facilité, vers le Métal Industriel pour satisfaire ses envies de synthétiseur mais plutôt d'avoir opté pour un Métal Synth-Pop qui se bonifie avec le temps, Believe in Nothing restant encore aujourd'hui un grand album.
Franchement, ce nouveau look leur va comme un gant.


Parfait   17/20
par Arno Vice


Proposez votre chronique !







Recherche avancée
En ligne
106 invités et 1 membre :
NicoTag
Au hasard Balthazar
Sondages
Selon vous, quel intérêt les side-projects offrent-ils au rock indé ?