Paradise Lost

Draconian Times

Draconian Times

 Label :     Music For Nations 
 Sortie :    lundi 12 juin 1995 
 Format :  Album / CD  Vinyle   

Putain cette pochette ! Une des plus belles qui fût ! Le genre d'illustration qui ne peut qu'abriter un bon album. Bon, Icon aussi avait de la gueule, cela ne l'a pas empêché d'être tout bancal, ramolli du slip mais là, dès "Enchantment", tu sais que ce sera différent. Le chant est moins caricatural, les guitares jouent plus dans la sobriété en se focalisant sur les riffs et les rythmiques, oubliant les mélodies trop faciles du passé, bref, le groupe trouve sa vitesse de croisière : mélodies accrocheuses, presque "grand public", sans sombrer dans la ballade immonde (je ne vise personne, il y aurait trop de monde à abattre dans les 90's). Il faut se faire une raison : le Doom Death initial est enterré mais quand l'inspiration est là, les Anglais sont encore capables d'écrire des choses excellentes. Ce n'est pas que leur technique est faramineuse, ni même qu'ils possèdent le meilleur soliste au monde, c'est une question d'alchimie.
Cela dit, en 1995, je suis tout de même contraint de reconnaître que Paradise Lost est très en dessous des Tiamat, Anathema, My Dying Bride et consort. En effet, passé les premières bonnes minutes, l'album s'enlise. Il manque de peps. On retrouve dans Draconian Times les mêmes écueils que dans Icon : des titres construits de façon trop similaires qui finissent par plomber la dynamique d'ensemble. En fait, à ce stade, je n'ai qu'une hâte : que le groupe prenne son virage Electro. Vraiment, pour moi, nous sommes artistiquement là au creux de la vague. Il reste juste à savoir si One Second relèvera le niveau ?


Sympa   14/20
par Arno Vice


Proposez votre chronique !







Recherche avancée
En ligne
124 invités et 0 membre
Au hasard Balthazar
Sondages
Selon vous, quel intérêt les side-projects offrent-ils au rock indé ?