Sigh

Hangman's Hymn

Hangman's Hymn

 Label :     The End 
 Sortie :    mardi 12 juin 2007 
 Format :  Album / CD   

S'il s'avère difficile de dire du mal de ces Japonais, il n'est pas plus évident d'en dire du bien. Ils ont pourtant fière allure ces hymnes du pendu et le titre d'ouverture, "Introitus / Kyrie" augure de belles choses : ça va vite, dans un genre black symphonique à la Cradle Of Filth (C.O.F. pour les intimes) de la grande époque (soit jusqu'à "Cruelty And The Beast" selon moi) très bien orchestré et maîtrisé mais, hélas, on perd bien trop rapidement de vue le fait que Sigh est justement un groupe de black-metal.
Car quand on est comme moi et que l'on aime bien qu'à la fin d'un album de métal noir (ou de mort metal), il y ait quelques traces louches dans les coins et une vague odeur de pourriture, on ne peut qu'être déçu par ce genre d'œuvres où tout sonne bien trop propre. Et que l'on ne me dise pas que le côté orchestral nécessite justement une production irréprochable car j'aurais mal à mon In The Nightside Eclipse. Bien sûr, Hangman's Hymn sait se montrer accrocheur, avec des refrains puissants ("Me-Devil") ou des purs passages de saine hystérie ("Dies Irae / The Master Malice") mais Sigh en fait tellement des caisses qu'on sature très rapidement (au cinquième morceau me concernant) et je ne comprends pas que des Japonais, pourtant fins cuisiniers, puissent proposer des compositions aussi indigestes.
En revanche, si l'on est amateur de heavy à l'ancienne école anglaise, de solos classieux ou que l'on cherche à s'encanailler sans prendre trop de risques auditifs, Sigh est une bonne pioche d'autant que l'artwork est réellement beau et que, en termes de crédibilité, il est encore possible de se promener dans la rue vêtu d'un de leurs t-shirts (ce qui n'est plus le cas pour C.O.F. soit dit en passant). Sinon, tout l'album est du même tonneau, frolant parfois la caricature (le gimmick de "Death With Dishonor" étant digne d'une comédie musicale d'Elie Chouraqui). Les titres s'enchaînent sans passion, ne procurent aucun frisson et peuvent au mieux égayer une soirée de jeux de rôles. À votre bon cœur en somme...


Passable   11/20
par Arno Vice


Proposez votre chronique !







Recherche avancée
En ligne
156 invités et 0 membre
Au hasard Balthazar
Sondages
On vient de te dire que le morceau que tu as encensé est l'œuvre du groupe que tu conchies le plus