Franz Ferdinand

Franz Ferdinand

Franz Ferdinand

 Label :     Domino 
 Sortie :    mardi 17 février 2004 
 Format :  Album / CD  Vinyle   

L'illustration de la "Glaswegian gentry" incarnée par les quatre membres de Franz Ferdinand fait indiscutablement parler d'elle au Royaume-Uni. Avec leur premier opus sorti il y a juste deux semaines en Ecosse, ils cartonnent dans les charts, notamment grâce à leur second single "Take Me Out" incroyablement groovy et parfait pour le dance-floor (également parfait pour être chanté à tue-tête sous la douche, en cuisinant, dans le bus, peu importe mais sur un dance-floor c'est mieux...). Dans l'album, on retrouve des morceaux dans le même esprit comme le très bon track d'ouverture "Jacqueline", mais aussi "Michael", "Cheating On You (...yeah)" et "Darts Of Pleasure" que je trouve tellement bien que je le connaissais par cœur dès la première écoute (en plus les paroles sont géniales à entendre mais egalement droles à chanter). Certains morceaux tendent plus vers le funky comme "The Dark Of The Matinee" ou bien vers le eighties sound avec "Auf Achse", qui me plaît plutot pas mal d'ailleurs.
On sent qu'ils prennent du plaisir à jouer leur musique et cela se ressent pendant l'écoute. En somme, il s'agit d'un album de qualité, entraînant et sans prétention aucune. Mais goûtez-y, un p'tit voyage de 40 minutes avec Franz Ferdinand c'est bon pour la santé.
"You can feel my lips undress your eyes...(undress your eyes...)"


Parfait   17/20
par Luìs


 Moyenne 15.13/20 

Proposez votre chronique !



Posté le 28 mai 2004 à 20 h 57

Mon avis sur ce groupe reste encore partager : il se situe beaucoup dans un contexte très commercial, mais la musique sonne bien, avec un peu d'inovation pour la chanson la plus connue. Sympa le changement de rythme, mais à chaque fois que j'entends la voix du chanteur, je sens comme un sentiment de déjà entendu ... Je vais devoir faire des recherches dans mes archives (rire).
Mais pour donner un jugement critique, il faut atendre un nouvel album.
Sympa   14/20



Posté le 12 novembre 2004 à 20 h 57

Mais qu'est-ce qu'on peut bien leur trouver, à ces quatre écossais endimanchés ? C'est la question que je me pose encore après de nombreuses écoutes attentives.

Mis à part les sympathiques "Jacqueline", "Take Me Out" et "Auf Achse", le reste ne suscite chez moi qu'ennui et indifférence. Que recherchent ces quatre gars là ? Un esprit revival ? ...
Le revival ne vaut que si l'on transcende le genre, et ce ne sont pas cette guitare sixties aux mélodies ressassées, et cette section rythmique diso-rock périmée qui vont y parvenir (et je passe sur la voix pseudo classieuse). Peut-être recherchent-ils l'efficacité ? ... C'est vrai qu'on s'amuse un peu à l'écoute de "Jacqueline" ou de "Take Me Out", et on se surprendrait presque à dodeliner de la tête sur "Auf Achse". Mais le reste est triste comme un dimanche de pluie, d'autant plus que l'on perçoit quelques lueurs d'espoir de çi de là (comme sur l'intro de "Cheating On You", vite dépassée par son refrain nullissime).

Bref, je suis resté interrogé un bout de temps (j'ai quand même réussi à dormir, rassurez vous ...), et puis la vision s'est imposée, claire et précise : Franz Ferdinand, c'est juste le nouveau rock bourgeois, bien propret, parfait pour draguer en rallyes, avec costard-cravate et petits fours de rigueur ...
Désespérément vide.
Insipide   7/20



Posté le 19 novembre 2004 à 19 h 48

Cela faisait un petit bout de temps que dans la catégorie 'Rock sur-vitaminé' , la Grande Bretagne en était réduite à voir défiler sur ses platines des groupes ricains comme les Strokes, Les Whites Stripes ou encore The Rapture... Et puis voilà, la mère porteuse qui a tant éduqué nos tympans au décibels britanniques, s'est réveillée et a mis au monde dans un entrepôt d'Art déco de Glasgow ce qui restera sans doutes comme LE groupe de l'année 2004.

A la conférence de presse du festival des Eurokéennes qui vient de se dérouler (2-4 juillet), Alex Kapranos, chanteur et guitariste de Franz Ferdinand explique : "Il est facile d'écrire et de composer des chansons, le plus dur est de les arranger, de trouver un ton, d'enlever le superflu pour leur donner une vraie vie". C'est dit : C'est pas dans cet album que l'on va trouver fioritures et prises de têtes mélodiques !
Les Franz Ferdinand, à travers ce disque éponyme, sont de purs créatifs qui pensent d'abord en terme de son, avant de se poser le problème de la technique. Certains membres du groupe ne savaient même pas jouer d'un instrument un an avant la sortie de cet album ! (ça donne des idées hein ?!...)
Bon, venons-en aux faits : il serait impossible de lister le nombre d'inspirations musicales dont fait preuve cet album. A première vue, ça ne sent pas le neuf, et même vocalement les références pourraient être nombreuses. Seulement voilà, ça claque ! ... Tous les sons sont épurés au maximum, défilent à un rythme effréné et les morceaux, tout droits sortis de leur cave, s'enchaînent sans temps morts. Je vous le dis, ce disque c'est du Guronsan en barre pour votre discothèque !
Le thème récurent de l'album, on peut s'en douter, traite du relationnel amoureux qui nous anime tous, mais d'une manière identique à la prestation du groupe : sans fioritures.
Les textes sont simples, mais directes du style "Tu la vois, tu ne peux pas la toucher, Tu l'entends, tu ne peux pas la serrer, tu la veux tu ne peux pas l'avoir, elle ne te laissera pas faire, mais elle n'est pas si exceptionnelle, alors regarde ce que tu fais mec !" (traduction du refrain de "Auf Achse") ; ou encore "Elle a seulement cligné des yeux mais je l'ai vu, elle a seulement balancé ses cheveux mais je l'ai vu,[...] elle a seulement léché ses lèvres mais je l'ai vu, je dois lui dire ce soir ! ("Tell Her Tonight").
Les deux singles "Darts Of Pleasure" et le monstrueux "Take Me Out" font évidement partie de cet album.
Instrumentalement parlant, rien de nouveau, mais le mélange fait son effet et la mayonnaise prend dès le premier morceaux (<<Jaqueline>>, peut-être bien le meilleur). La guitare sautille à longueur de portée et la batterie galope pour la rattraper. Sur un tel rythme, la basse ne peut se permettre de faire la maligne, mais suit bien le rythme et lui donne même une subtile ambiance disco absolument délicieuse. Ca s'emballe, mais ça ne s'emmêle jamais les pinceaux.

Alex Kapranos explique : "Récemment, le mot Pop était devenu une insulte. L'industrie en a fait quelque chose de totalement manufacturé, alors que la Pop peut être audacieuse, tranchante. La Pop se situe au-delà des genres, elle peut intégrer le rock, la dance, le hip-hop, le folk, mais aussi des lectures, des conversations entre potes ... L'important est de formuler clairement quelque chose de subtil, de communiquer au plus grand nombre quelque chose de simple et de profond."
On retrouve d'ailleurs un peu ces propos dans le texte de "Jaqueline" : "Gregor était encore ivre, et disait viens, frappe-moi encore, et disait je suis tellement ivre que je me fiche que tu me tues, allez viens toi le faiblard, oui je suis vivant, oh oui je suis vivant !"

Même si personne ne parlera de révolution, ce disque mélange toutes les vertus de l'adrénaline rock, des mélodies pop, et des déhanchements du disco et de l'électronique. Quand on pense qu'au départ, ils avaient songé à explorer l'électronique... Daft Punk s'est d'ailleurs empressé de remixer le tube planétaire de cet album "Take Me Out"...
Ah oui, une dernière chose : Pour ceux qui s'interrogent encore sur le nom du groupe et de l'album, vous prenez pas le tête, car si on lui pose la question, le groupe répond dans une interview accordée pour Le Mouv' : "lorsque l'on choisit un nom de groupe, c'est plutôt pour sa phonétique que pour son sens. Quand on parle des Beatles, on ne voit pas des petits insectes. On pense plus à leur musique."
A bon écouteur...
Excellent !   18/20



Posté le 22 novembre 2004 à 17 h 51

A la première écoute, il faut avouer que la guitare saturée et la voie nasillarde du chanteur sont quand même tres agréable à écouter. L'album est très homogène, tous les titres sont sympas.
J'ai ensuite été lassé de réécouter cet album, pas que je ne supporte plus la musique, mais je pense que c'est pas un truc a écouter en boucle, c'est tout...
J'ai ensuite été les voir en concert au Zénith de Paris, c'était génial, ils tiennent superbement bien la scène.

C'est un bon groupe, peut etre un peu classique, mais c'est agréable...
Sympa   14/20



Posté le 16 janvier 2005 à 03 h 03

Vous ne jouez de la guitare que depuis deux ans et vous voulez vous lancer dans l'univers sans pitié de la musique rock ? Pas de problème !!! C'est le pari qu'ont pris les membres du nouveau groupe écossais Franz Ferdinand et des dizaines de milliers d'albums vendus plus tard, le groupe reçoit la plus haute distinction britannique, soit le prix "Mercury", remit au meilleur album de l'année. Il faut dire que pour des néophytes leur talent a de quoi faire rougir bien des vieux routiers de la musique rock. Rappelant le son new-wave des années 70-80 (Blondie, The Cure) et situé quelque part entre The Strokes, The Killers et Hot Hot Heat, ce premier opus pourrait être placé sous l'étiquette non-conventionnelle de rock dansant. Armé de vieux synthétiseurs désuets et de guitares qui vous transportent littéralement sur une piste de dance, Franz Ferdinand pousse le style rock garage à une dimension beaucoup plus mélodique et riche côté sonorités. Une voix nonchalante et un batteur énergique (c'est le moins qu'on puisse dire) ajoutent au plaisir et projette Franz Ferdinand comme l'un des meilleurs disques de l'année.
Parfait   17/20



Posté le 18 janvier 2005 à 23 h 38

Premier album de ce nouveau groupe écossais. Leur sonorité rock garage fait tout de suite penser à The Strokes et ce étant la seule comparaison possible. Toutefois, la qualité sonore est beaucoup moins lo-fi et le chanteur a une voix bien plus claire. L'atout principal se trouve dans les riffs de guitare qui sont à la fois très mélodiques mais plus ou moins accessibles. L'ambiance et le rythme de chaque pièce forment un tout très homogène et restent fidèle au bon vieux rock simple mais combien efficace. Par contre, ce n'est pas suffisant pour surpasser les excellents The White Stripes: il manque ce petit côté tordu et agressif recherché. Côté écriture, les textes sont plus réfléchis et donc supérieurs à la moyenne de ceux des groupes du même genre. Bref, un groupe à surveiller de près dès la sortie de leur prochain disque.
Très bon   16/20



Posté le 13 juin 2005 à 20 h 43

1914, Sarajevo : Franz Ferdinand est assassiné.
2001, Glasgow : Franz Ferdinand renaît. Une renaissance qui sonne comme un pardon ? Ecoeuré d'avoir causé mort et tristesse, l'archiduc aurait-il désiré apporter joie et gaieté ?

Il a fait le bon choix en reposant ses espoirs et son esprit sur les 4 Ecossais. Qui mieux qu'eux, actuellement, savent nous faire danser et chanter avec si peu d'artifices ?
Franz Ferdinand sait rassurer les foules. La politique ? ... Très peu pour lui. La mode ? Il s'en moque. Il préfère les vieux blousons, les jeans coupe droite et le look gentil-garçon.
Vous vous appelez "Jacqueline" ? Tant mieux pour vous : ils feront l'éloge de ce prénom au lieu d'en rire. Des anges, des véritables anges.

Franz Ferdinand sourit. Son visage barbu est illuminé par les mélodies et le succès de ses quatre protégés. Là haut,lui aussi était emporté par le tubesque "Take me out" et exalté par le très dansant "Dark of the Matinee".

Il doit les remercier: beaucoup de personnes apprécient leur talent et fredonnent mécaniquement les paroles et les mélodies du groupe.
Mais maintenant que son âme peut reposer en paix sans les tourments du passé, que feront les Ecossais ? ...

A eux de nous prouver qu'ils peuvent grandir et nous épater encore. Qui sait, peut-être que le monde vibrera bientôt au son de leur musique et non plus au son des mitraillettes et des bombes.
Très bon   16/20



Posté le 18 juin 2005 à 09 h 03

C'est sûr, ces quatre gandins écossais ont un truc.
Un truc du style :

Recette hype 2004
Comme premier ingrédient, il vous faut des guitares bien incisives et tranchantes que vous vous serez procuré chez les meilleurs groupes de l'époque CBGB : Television, Talking heads. Attention : vous croiserez peut-être à l' étal vos concurrents de la hype new-yorkaise ( The Strokes ou The Rapture, par exemple ). Si c'est le cas, ne faites pas attention à eux, ne leur adressez même pas la parole.
Pendant que vous vous servez chez les Talking Heads, prenez-leur aussi leur rythmique si particulière, très ‘math-funk'. Vous la rendrez plus souple et dansante en la réchauffant à feu doux dans une sauce spéciale nommée ‘Orange juice', qui permet de lier en douceur le funk avec la pop sixties. Pour corser le tout, vous ajouterez aussi quelques grammes de Gang of four.
Quand le tout a pris consistance, assaisonnez avec des vocaux légèrement atonaux, à l'arôme new-wave prononcé. Une pincée de David Byrne, une autre de Robert Smith ou de Matt Johnson : à vous de doser selon votre envie ( et celle de votre public...).
Enfin, très important : servez chaud, avant que ça ne refroidisse et qu'une autre ‘next big thing' ne pointe le bout de son nez !


Je n'étais donc pas tout à fait dupe. Mais rien à faire : j'y ai rapidement pris goût, à leur sacré mélange. Tout a commencé avec "Take me out". Je l'ai écouté une fois, puis deux, puis trois. Après j'ai voulu me faire l'album en entier. Et là, avec "Jacqueline", "The dark of the matinee" ou "Auf achse", je suis rapidement devenu accro. J'ai commencé à m'en rendre compte lorsque je me suis surpris à mettre ce disque sur la platine, dès le matin, et à dodeliner bêtement de la tête en me rasant, au risque de me couper. Et quand je revenais stressé du boulot, c'était impossible de résister à la tentation de l'écouter pour la centième fois.
J'ai fini par en ressentir de la honte, à force. Mais maintenant, ça va mieux. Je commence enfin à décrocher, peu à peu.
Franz Ferdinand ? C'est promis : demain, j'arrête...
Parfait   17/20



Posté le 21 juillet 2005 à 19 h 29

Cet album est à ce que je vois très controversé, et cela reflète bien le sentiment que j'ai à la réécoute de ce premier Franz Ferdinand. J'ai eu un peu de retard au démarrage de la déferlante FF de l'été dernier, j'ai connu le groupe (excepté le single "Take Me Out" qui résonnait partout) lors du concert privé sur Inter. Le live était bon, une ambiance sale, lente et sereine. Alors je me suis dit que les FF méritaient le tapage fait autour d'eux. J'ai donc acheté le disque. Très bon mais déjà beaucoup plus frivole, beaucoup plus léger que le live, beaucoup plus pop, beaucoup plus radio... Mais je restais sur une touche positive, l'album ayant été un des disques de mon été.
Et la réécoute cette année, après avoir laissé retomber les apriori positifs et les influences extérieures, est décevante : c'est la légéreté et la banalité qui ressortent plus qu'autre chose. Un signe qui ne trompe pas : quand le CD termine, je n'ai pas envie de le relancer.. .Je ne remets pas en cause la qualité du groupe qui a évidemment un certain talent et qui a su frappé fort dès leur arrivée, mais tout ceci demande à être creusé, il manque un peu de métier et de recul...
Je n'ai pas dit non plus que ce CD était autre chose que 40 minutes de bonne musique.
Sympa   14/20



Posté le 09 août 2005 à 20 h 14

Je dois avouer que je me suis procuré cet album depuis peu (2 mois).
J'avais déjà entendu parler de ce groupe, et ils obtenaient d'ailleurs un franc succés, leur album se vendant par centaines de milliers.
Ce qui m'a le plus étonné, c'est que ce groupe était sur un label indépendant (Domino). Du rock indépendant et qui se glisse dans le top 10 de la musique populaire, seul les anglais savent le faire ! (quand verra t-on ça avec un goupe français du même type ?!)

En l'écoutant, j'ai d'ailleurs eu une bonne surprise. Dès "Jacqueline", on est embarqué dans une ambiance que l'on ne quitte pas : "Tell Her Tonight", "Take Me Out" (pourtant single commercial), "The Dark Of The Matinée", "Auf Achse" ... sont tous de très bons titres, entraînants et pleins d'énergie. On voit passer ces 5 morceaux ! Et oui ! Comme quoi parfois de la musique dansante peut être parfois très intéressante musicalement. Du pur rock n' roll moderne. Tout cela est mené tambour battant, avec une basse ultra présente.
Et puis arrive "Cheating On You", et là petit bémol, ce morceau certes, a une bonne intro mais ne vole pas très haut ; " This Fire" est tout de même appréciable avec son petit riff répétitf, mais la chanson s'essoufle rapidement.
"Dart Of Pleasure" n'est pas désagréable non plus, mais ne présente pas d'interêt particulier. Heureusement "Michael" vient sauver la fin de l'album d'un banalité passagère. Ce morceau comporte encore une pêche indéscriptible, toujour à gros coup de basses, de petits riffs omniprésents et d'un chanteur surexcité (c'est pas péjoratif). Les deux derniers morceaux restent passables, ni bons, ni mauvais.

On a donc affaire à un album de rock n'roll dansant, c'est sans doute pour cela qu'il plait aussi aux masses ! Au début, on lui mettrait 20 avec enthousiasme ; puis on se lasse un peu, on relativise et on se dit que c'est simplement un bon album. Je dois dire très agréable à l'écoute.
Cette formule ne marchera que cette fois-ci. Franz Ferdinand a interêt de changer de cap sur son style musique, car elle risque de se retrouver face à un mur, c'est-à-dire dans la même situation que Coldplay, ou Oasis durant de longues années.
Auront- ils le même pouvoir créatif que Radiohead ?
Bon   15/20



Posté le 16 août 2005 à 16 h 59

Le premier avis n'est pas forcément le meilleur. L'écoute que j'ai fait de cet album en est la preuve : "Mouais, bof, encore un groupe qui surfe sur la hype" me suis-je dit.
Puis je me suis surpris à chantonner les mélodies, battre du pied sur "This Fire", entonner le riff de "Take Me Out" ... Au fur et à mesure des écoutes, ce disque se révèle très bon, sans être révolutionnaire, mais il est idéal pour remuer le popotin sur de la bonne musique. Parce que le rock, c'est aussi ça des fois.
Très bon   16/20



Posté le 03 octobre 2005 à 22 h 05

Un album truffé de tubes, voila ce que nous offre la troupe d'Alex Kapranos. Entre rock à guitares et brit-pop, le groupe cartonne et pond un album dansant et entraînant. Les singles potentiels sont légion : "Jacqueline", "Tell Her Tonight", "Take Me Out", bref tout l'album car je viens de m'apercevoir que tous méritaient d'être cités dans cette catégorie. L'Ecosse peut "se la raconter" ; elle avait Idlewild, Sons And Daughters, elle a maintenant Franz Ferdinand. Des débuts fracassants !
Parfait   17/20



Posté le 21 octobre 2005 à 08 h 07

La dynastie des Ferdinand n'aurait pas disparue au 19ème siècle comme le prétendent ici et là les livres d'Histoires. Ces derniers auraient même un besoin de se faire sérieusement dépoussiérer. Car, nous venons de trouver les descendants du dernier empereur autrichien assassiné en 1914, au nombre de quatre, paraît-il, venus d'un patelin d'Ecosse. Quoi ? Les descendants sont écossais ??? Et en plus, ces quatre-là prétendent à qui veut l'entendre de redorer le blason d'une pop britannique dépassée par le rock venu d'outre-atlantique. La résistance ne fait que commencer.


Pour comprendre le phénomène, resituons-nous dans le contexte actuel de la musique binaire. La Brit-pop, depuis la disparition de ses dinosaures (Oasis, Pulp, Suede...) se cherchait un second souffle, emportée et dépassée par la vague rock'n'roll dévastatrice venue d'outre-atlantique de ces groupes en ze (ze White Stripes, ze Strokes, ze Datsuns, ze Raveonnettes, ze Libertines...). Alors, le Royaume-Uni, cette île fourmillant de dizaines, de centaines, de milliers de groupes, fils plus ou moins dignes des Beatles (au hasard, les Smiths, les Stone Roses, Happy Mondays, New Order...) allait-elle se laisser faire sans mot dire ? Qu'il est loin le temps où c'était elle qui, avec ses tribus de Beatles, de Kinks, de Stones dictait la marche à suivre à la planète entière. Les temps changent comme diraient certains et désormais ce serait au Royaume Uni de souffrir.

Mais voilà, tel le sphinx qui renaît de ses cendres, l'île de Morrissey a trouvé ses sauveurs. Quatre jeunes garçons qui ont décidé de prendre le maquis et d'organiser la résistance contre l'envahisseur américain. Leur QG serait basé en Ecosse, recentrant le monde de la pop sur Glascow, chipant au passage le monopole à cette bonne vieille cité de Manchester. Les frères Galagher doivent enrager, eux qui s'autoproclamaient les nouveaux Beatles. C'était il y a une éternité. La fratrie terrible de Manchester doit s'y faire. La Brit-pop n'existe plus, place à la Scotish-pop !!! Nous n'irons plus danser à Manchester mais à Glascow avec ses kilts et ... Franz Ferdinand.

Mais, parlons maintenant de leur musique. Sûr, ces quatre jeunes écossais ont du talent, beaucoup de talent. On pourrait même les comparer aux Beatles époque "Please, Please Me". Le disque commence tout doucement avec les premières secondes de "Jacqueline" (là encore, un clin d'oeil aux Beatles, qui avaient intitulé un de leurs tubes "Michelle"). Détrompez-vous !! Ces quelques secondes de calme seront les seules de l'album. Comme si Franz Ferdinand avait voulu tromper son auditoire pour mieux le surprendre par la suite. Car, un album capable d'enchaîner les tubes imparables comme "Tell Her Tonight", "Take Me Out", "The Dark Of The Matinée" et "Michael" mérite le plus grand respect et la plus grande admiration.

Leur musique est contagieuse et frénétique. Elle agit sans qu'on ne puisse s'en rendre compte sur l'organisme en poussant l'auditeur sur la piste de danse. Celui-ci ne peut s'empêcher alors d'effectuer des mouvements de hanches et de sauter jusqu'au plafond. Toute résistance est inutile. Et parions que la chanson "Michael" est assurée de faire un carton dans les boites gays, si ce n'est déjà fait.

Comme tout bon groupe de pop, les Franz Ferdinand ont basé leur musique sur des compositions simples techniquement. Les mélodies sont faciles à retenir et entêtantes. Mais ce qui les distingue d'autres groupes, c'est l'entrain et la joie communicatives qu'ils mettent à interpréter leur chansons. L'auditeur ne peut qu'être sous le charme. D'ailleurs, Alex Kapranos, le leader de la formation, ne l'a jamais caché. Leur but était de faire danser les filles dans les soirées. Comme les Beatles, première époque ...

Alors, un album capable d'attirer la sympathie d'une critique éxigeante, des radios commerciales, et de faire danser les gens, voilà qui était un pari risqué. Pari gagné pour Franz Ferdinand et haut la main !!!
Intemporel ! ! !   20/20



Posté le 25 décembre 2005 à 21 h 20

Je ne comprend pas les commentaires des dernières chroniques critiquant le premier album du groupe Franz Ferdinand... Bien sur chacun a la liberté d'exprimer ses idées mais é l'heure d'aujourd'hui, être rock n'est pas porter un jean noir troué et un t-shirt délavé des ramones, tellement minable que vous oseriez même pas mettre pour sortir le les poubelles... Leur style est superbe, ils s'habillent d'une manière remarquable, leurs concerts sont exceptionnels et leur musique remarquable... Venons en à ce fameux album... à la première écoute la musique de Franz Ferdinand est bien sur différente de ce qui se fait de nos jours... bien sur la tonalité des chansons qui s'enchaînent tel une compilation de singles a un air de rétro... Mais pourquoi critiquer ?
Le nombre de prix et récompenses détrônés par le groupe vient prouver une chose évidente, le cd est bon a tout sauf à jeter dans la cuvette de wc publics... "Take Me Out" est déjà bien connu car passée a longueur de journée sur les différentes bandes FM, mais l'essentiel de l'album ne réside évidemment pas dans ce seul tube... A vrai dire l'intégralité des textes est prenante et tous mériteraient d'être numéro des charts...
"This Fire", "Michael", "Jaqueline", sont autant de chansons qui élèvent le groupe a un niveau bien supérieur à beaucoup de choses qui se font à l'heure actuelle... Alors la prochaine fois avant de juger un CD sur une ou deux écoutes, regardez ce qui s'est déjà fait, et allez acheter différents albums de la prétendue période à laquelle ils seraient censés appartenir...
Il est cependant vrai que les comparer aux Duran Duran, il fallait le faire, c'était même très subtil... Mais peut être pour se permettre cela aurait-il fallu d'abord entendre ne serait-ce qu'une chanson d'eux...
Excellent !   18/20



Posté le 08 février 2006 à 19 h 55

A voir le battage médiatique infligé à la sortie du premier album de ce groupe, une question me hanta, mais qu'ont-ils de plus que les autres ? Pourquoi eux? L'Ecosse sort chaque année des albums d'exceptions qui passent presque inaperçus, et c'est eux qui sont propulsés dans les médias... soit.
Par conséquent, on les voit partout avant de les entendre. Ils sont quatre, assez laids, habillés très chic, coiffés très propre, un peu maniérés et clament haut et fort qu'ils veulent marquer l'histoire de la pop comme le malheureux Ferdinand a marqué l'histoire du monde en son temps. Soit...
Alors écoutons ça... le single, "Take Me Out", c'est déjà entendu cent fois, mais au fond, c'est assez efficace. Ecoutons alors le reste de cet album éponyme. C'est déjà entendu cent fois, mais à force, ça n'est plus efficace du tout, ça en devient même extraordinairement pompant. Ils essaient tantôt de nous faire rire, tantôt de nous émouvoir ou encore de nous faire danser, mais rien y fait, l'effet ne marche pas. Ah si, des fois on rit, mais pas pour de bonnes raisons. La voix de Kapranos est assez banale dans le style 'so british', et le tout fait mollasson, et pour faire danser les filles, on a vu mieux.

J'ai donc beaucoup de mal à comprendre ce qu'ils ont qui plait à tant de gens, qu'est-ce qui peut faire danser dans leur disco-rock ennuyeux? Pourquoi eux, alors qu'on a tous dans nos ludothèque nettement plus réjouissant. Tant pis, les mystères du marketing et des tactiques mercantiles ne m'effleurent toujours pas, peut-être un jour, je comprendrai pourquoi le médiocre plait plus que le bon... En attendant, il fallait bien que l'Ecosse nous lâche quelque chose de passable, ils ne pouvaient pas toujours frôler l'excellence.
A éviter   6/20







Recherche avancée
En ligne
225 invités et 2 membres
Pab
R.i.p Auckward
Au hasard Balthazar
Sondages
Dans l'idée d'une playlist thématique mais néanmoins hebdomadaire, vous préférez :