Alice In Chains

Black Gives Way To Blue

Black Gives Way To Blue

 Label :     Virgin 
 Sortie :    mardi 29 septembre 2009 
 Format :  Album / CD   

L'annonce de la reformation d'Alice In Chains et de l'arrivée de Black Gives Way To Blue a eu de quoi effrayer. Ce groupe avait toujours été une créature bicéphale, le laboratoire d'un docteur Cantrell et d'un mister Staley. Chacun magnifiant les talents de l'autre pour aboutir à l'un des meilleurs groupes des années 90. Tableau presque parfait si on oublie une fin de décennie chaotique, et les interminables shoots qui finirent par emporter le corps décharné de Layne Staley après 5 ans de vie d'ermite.

Que devaient faire Cantrell, Kinney, et Inez après ce 4 avril 2002 ? Renoncer au plaisir de jouer ensemble les chansons qui ont façonnées 5 albums majeurs ? C'est ce qu'ils ont fait pendant près de 4 ans, avant de revenir timidement avec l'aide d'un certain William Duvall. Alors bien sûr en déchirant le blister de Black Gives Way To Blue, on se demande, comment cet outsider peut arriver à la cheville de son illustre prédécesseur, tant l'ombre de Staley est omniprésente. A l'écoute de l'album, on comprend qu'il est inutile de se demander si Duvall arrive à (sou)tenir la comparaison, ce dernier n'assure le chant que sur "Last Of My Kind", le reste des titres étant chanté par Cantrell, avec Duvall aux chœurs. On aura donc compris que le guitariste devient seul maître à bord d'Alice In Chains, avec la ferme intention de perpétuer l'héritage.

Venons-en au principal : les morceaux. On y retrouve les principales caracteristiques du groupe : lignes de voix entremêlées, et des parties de guitares sombres et distordues. Et force est de constater que ça fonctionne très bien, si on met de côté un faible "Your decision", qui, sans être déplaisant, aurait pu figurer sur le Boggey Depot de Jerry Cantrell. On trouve même quelques perles comme "Acid Bubble" ou "Private Hell" qui ne feraient pas tache sur un album d'Alice In Chains "traditionnel". Comprenez avec un Staley les deux mains agrippées au micro. Le seul titre signé par Cantrell et Duvall ("Last of my kind") offre même des relents "Faceliftiens", ce qui n'est pas fait pour déplaire aux fans de la première heure. Les autres titres du disque, "Check My Brain" et "A Looking In View" en tête sont d'une grande efficacité, et trouveraient aisément leur place aux côtés d'un "Dam That River" ou autre "Grind". Rien de plus soit, mais surtout rien de moins.

Alors que demander de plus ? Rester bloqué sur le fantôme de Layne Staley priverait l'auditeur d'un bon disque d'Alice In Chains, peut être moins magique qu'à l'accoutumée, mais d'une qualité indéniable. Reste maintenant à voir le groupe sur scène, et juger comment il interprète les morceaux classiques de son répertoire.

Alice est morte, vive Alice ?


Très bon   16/20
par Tomveil


 Moyenne 15.50/20 

Proposez votre chronique !



Posté le 24 décembre 2009 à 12 h 23

14 ans après l'album éponyme (le dernier album studio), AIC sort un nouvel album , et signe un retour improbable pas vraiment attendu puisque Layne Stayley nous a quitté.
Alors voilà, dans les bacs, il y a un nouvel AIC, fallait-il ne pas l'écouter puisque Layne n'étant plus là, Alice n'était plus (du moins pour moi).
Mais Alice ce n'était pas seulement Layne, c'était aussi cet incroyable guitariste qu'est Jerry Cantrell, et une section rythmique au combien efficace. Et eux ils sont toujours là, et ils savent toujours faire du Alice, ce cd en est la preuve.
Car finalement le nouveau chanteur William Duval ne chante clairement que sur "Last Of My Kind" (et s'en tire plutôt bien) le reste étant assuré par Mister Cantrell parfois entremêlé avec Duval.
A l'écoute c'est bien du Alice In Chains les riffs d'"All Secrets Known", " Check My Brain" ou encore "A Looking In View" pourraient figurer sur n'importe quel autre cd du groupe.
"Check My Brain" et "Looking In View" sont hyper-efficaces , guitares saturés à mort, ambiance sordide, solos stridents provenant d'outre tombe, batterie lourde et chant désinvolte. Le reste n'a pas à rougir non plus, "Acid Bubble" est une chanson bicéphale à la structure audacieuse, "Private Hell" une plage métal douce-amère, "Lesson Learned" un torrent de guitares stridentes et saturées, et "Last of My Kind" ressemble au AIC du début, pugnace et méchant.
Ajoutez 3 ballades, une excellente "When the sun rose again" , une bancale "Black Gives Way To blue" et une "Your Decision" lorgnant un peu trop vers Nutshell, pour enrober le tout.

AIC est mort, mais AIC semble renaitre ici, sous une nouvelle mouture , et sans renier son passé, et ça c'est quand meme pas mal.

Au pire, c'est un bon disque.
Bon   15/20







Recherche avancée
En ligne
171 invités et 1 membre :
Pab
Au hasard Balthazar
Sondages
Les téléchargements et vous...