Tom McRae

King Of Cards

King Of Cards

 Label :     V2 
 Sortie :    lundi 30 avril 2007 
 Format :  Album / CD   

C'est avec une certaine appréhension, mêlée d'excitation que j'attendais cet album. Face à la musique que nous a offert Tom McRae sur ses trois précédents albums on a toujours peur qu'il finisse par évoluer vers quelque chose de moins élaboré, type Jack Johnson, car il en est parfois assez proche. L'écoute de ce King Of Cards nous assure que ce n'est heureusement pas pour tout de suite.

Cet album garde pratiquement tous les ingrédients des précédents, présentant ainsi une musique le plus souvent mélancolique et très recherchée dans les arrangements, dans tout ce qui est en périphérie de la mélodie, avec par ailleurs une voix se rapprochant d'un Jeff Buckley, toutes proportions gardées. Si on est amateur de ce qu'a pu faire Tom McRae depuis ses débuts, on ne peut pas être déçu.

Après, à un second niveau, on peut voir des évolutions, des choses caractéristiques de cet album. Ainsi la première chose que j'ai notée, dès la première écoute est la présence sur quelques chansons, d'un style plus énergique, plus enjoué, principalement par les percussions, même si je dois avouer qu'après une dizaine d'écoutes, cette impression s'est plutôt estompée. Enfin bon, on pourrait quand même presque dire que le final de "Keep Your Picture Clear" dépotte pas mal (tout en restant de qualité). Il y a également le cas particulier de "Bright Lights" qui va certainement faire débat parmi ceux qui apprécient Tom McRae. Certains diront que c'est la meilleure qu'il n'ait jamais fait, d'autres qu'elle est complètement formatée radio et qu'elle n'a aucun intérèt. En tous cas je n'ai pas eu besoin de me renseigner pour savoir que ce serait le premier single, c'est évident à l'écoute. Personnellement je la trouve effectivement vraiment réussie et très efficace avec sa batterie gallopante, et même si je ne retrouve pas de chansons ressemblant à celle-ci dans la discographie du songwriter, il n'en reste pas moins que c'est du Tom McRae, et si ca peut le faire connaitre un peu plus, tant mieux.
Sinon on pourra citer "Houdini And The Girl" qui est également une chanson magnifique, avec une sonorité de piano vraiment magique, quasiment la même que dans la désormais très connue "Avril 14th" d'Aphex Twin, ainsi que "Keep Your Picture Clear", également très réussie.

Au Final donc, King Of Cards reste dans la lignée de ce qu'a déjà fait Tom McRae et est tout autant sinon plus que les précédents albums un véritable régal pour les oreilles, sans jamais une seule faute de gout.


Excellent !   18/20
par Simonesal


 Moyenne 11.67/20 

Proposez votre chronique !



Posté le 13 mai 2007 à 20 h 38

Sur ses précédents albums Tom McRae nous avait livré de vraies pépites intimistes, après 3 albums quasi parfaits, aux ambiances différentes, aux superbes textes, rien ne pouvait nous attendre à ce King Of Cards.

Car si auparavant Tom McRae semblait chanter en s'excusant de le faire, dans une pure intimité qui faisait sa magie, c'est à tout autre chose qu'on à le droit aujourd'hui, il semble avoir assumé ses angoisses, il a l'air beaucoup plus libre, plus heureux peut être et plutôt que de se renfermer vers des orchestrations discrètes, il nous assène son nouvel état d'esprit fièrement. On le remarque tout de suite sur le premier titre "Set The Story Straight" où une batterie très martiale ouvre l'album, Tom a su se donner les moyens cette fois d'exprimer avec fracas ses émotions intimes comme pour mieux les diffuser, on est très surpris, car ses textes sont encore d'une grande beauté mais cette fois très mal desservi par la musique qui mélange une dizaine d'instruments par morceaux, donnant pour le coup une orchestration lourdaude comme si le petit anglais avait voulut imiter Coldplay pour le meilleur avec "Keep Your Picture Clear" mais aussi pour le pire avec quasiment tout le reste de l'album. L'album se poursuit alors sans réelle (bonne) surprise, il faudra attendre la septième piste pour avoir un bon morceaux dans la veine de ces précédents albums, "On And On" beaucoup plus intimiste est le meilleur morceau de l'album, dans le même genre on peut aussi trouver "Deliver Me" mais le reste est toujours aussi propre et lisse, dégageant difficilement des émotions auxquels on à le droit de s'attendre avec Tom McRae, comme si finalement il a dit tout ce qu'il avait à dire et que continuer nous parait pathétique.

Une grosse déception pour un artiste qui nous avait auparavant enchanté avec ses chansons, mais qui aujourd'hui semble avoir perdu tout son charme.
Pas terrible   9/20



Posté le 05 juillet 2007 à 17 h 35

Alors comme ça, Tom McRae c'est fini ? La magie aurait (presque) disparu ?
On savait pourtant qu'il fallait se méfier des premières écoutes de ce King Of Cards ; son précédent All Maps Welcome avait de quoi dérouter aux premiers abords, car plus touffu, moins sec que ses deux premiers chefs d'oeuvre. Mais la beauté était finalement au rendez-vous, si l'on prenait la peine de passer la porte du 'nouveau' Tom McRae, aux arrangements riches et fiers de l'être.

On sait aussi, et ce depuis le début de sa carrière, que le jeune homme joue avec le feu : sa voix a toujours fleurté avec le lyrisme bon marché, ses mélodies ont toujours été à la frontière de la facilité. Mais tous ces pièges communs, l'anglais les a toujours évités avec brio, pour ne laisser à son auditoire qu'une forme de sensibilité bien particulière, dégagée de tout sentiment exacerbé. Jamais le moindre pathos n'a effleuré ses compositions, et c'est ce qui lui avait réussi jusqu'à présent. Mais jusqu'à présent seulement.

Car King Of Cards est bien un semi échec. Et curieusement, ce n'est pas dans les trappes sus nommées que McRae a chu, mais dans d'autres travers. Pourtant l'album commence bien. Enfin, dans la douleur, comme pour All Maps Welcome, mais finalement bien. Car une fois de plus, il est difficile de s'attacher au départ à ces nombreux arrangements (percussions, cordes etc.). Mais une bonne chanson reste une bonne chanson.
Et "Set The Story Straight", d'abord plate, se révèle prenante, voire épique. De même, "Bright Lights" a beau rebuter à la première écoute par son piano facile, il n'en reste pas moins un beau morceau de bravoure pop. "Got Suitcase, Got Regrets", lui, renoue avec le charme des premiers disques; et "Keep The Picture Clear", le meilleur morceau de l'album, est admirablement construit, et brille par son final bruitiste (qui l'eut cru ?).

Le vrai problème c'est le reste. A savoir, un manque de vitalité incroyable, des arpèges inexpressifs dont on ne pensait pas qu'ils pourraient sortir un jour des doigts d'un tel songwriter ("Houdini And The Girl"). Tom McRae ne pêche même pas par une prétendue volonté de plaire à tout prix, ce qu'on a pu lui reprocher sur All Maps Welcome, ni même par excès d'arrangements pompeux. Il échoue là où il a toujours réussi, c'est à dire sur le plan mélodique pur, où l'on ne trouve ici qu'un vide intersidéral.

Tom McRae aborde une mutation inquiétante : il est en train de passer du statut de songwriter fameux à celui de folker anecdotique. Le tour de passe-passe devient urgent : à lui donc de nous prouver que le titre de son dernier album n'est pas usurpé.
Sans intérêt   8/20







Recherche avancée
En ligne
167 invités et 1 membre :
X_Wazoo
Au hasard Balthazar
Sondages
Selon vous, quel intérêt les side-projects offrent-ils au rock indé ?