King Crimson

Three Of Perfect Pair

Three Of Perfect Pair

 Label :     EG 
 Sortie :    juillet 1984 
 Format :  Album / CD  Vinyle  K7 Audio   

Il était difficilement concevable qu'en s'accompagnant d'Adrian Belew, King Crimson ne devienne pas bicéphal... Si le monolihise de Discipline le laissait difficilement entrevoir, la séparation entre morceaux pops et expérimentations échevelées était déjà plus évidente sur Beat.

Sur Three Of A Perfect Pair le concept est simple: une face pop une face anti-pop ! En effet l'album s'ouvre sur deux chansons imparables: "Three Of A Perfect Pair" avec son 6/8 et son noeud gordien de guitares qui passent comme une lettre à la poste, "Model Man", très Talking Heads (on le répète mais l'influence des New-Yorkais sur ce King Crimson là est essentielle). "Sleepless" s'ouvre sur une ligne de basse venue d'ailleurs: "simple", tribale, et peu à peu se déroule un morceau assez post-punk, mais toujours ces entrelacs de guitares hypnotiques...

La face B est moins familière, et tandis que Belew semblait regner en maitre sur la Face A, ici on passe du côté obscur est le Bob à lunettes reprend les choses en main et distille sa guitare incidieuse et ses soundscapes notamment sur un "Industry" d'anthologie, sombre, bouillonant, menaçant comme une nuée d'orage. Enfin pour finir un "Lark's Tongues In Aspic III" tout à fait dans cette lignée, et qui prouve à qui l'avait oubliée la virtuosité de Robert Fripp, et l'ambiance asphyxiante qui annoncera bien des groupes.

Derniers soubressauts avant un deuxième long hiver...


Excellent !   18/20
par Lolive


Proposez votre chronique !







Recherche avancée
En ligne
250 invités et 0 membre
Au hasard Balthazar
Sondages
On vient de te dire que le morceau que tu as encensé est l'œuvre du groupe que tu conchies le plus