Flotation Toy Warning

Bluffer's Guide To The Flight Deck

Bluffer's Guide To The Flight Deck

 Label :     Talitres 
 Sortie :    mardi 17 août 2004 
 Format :  Album / CD   

Découvert par hasard à la Route du Rock, Flotation Toy Warning fait partie de ces groupes qui deviennent instantanément des groupes amis, de ceux qui ne font pas de bruit, ne jouent pas la surenchère sonore pour convaincre, mais s'installent en douceur.

L'album, comme le concert, frappe par sa cohérence, bien qu'influencé par plusieurs genres très différents, de la musique religieuse à la pop et l'éléctronique. Mais loin de n'être qu'une accumulation stérile, les genres se fondent, jusqu'à se faire complètement oublier. Et c'est la que Bluffer's Guide... se révele, quand on oublie de quoi il est composé, pour se laisser aller à sa douceur et à sa beauté.
Après ce splendide premier album, les Flotation Toy Warning sont le groupe à guetter, tant leurs efforts scéniques et discographiques peuvent faire du bien à l'auditeur cynique qu'on est tous un peu.


Parfait   17/20
par Vince


  (Re)Sortie le 06 septembre 2004 de cet album, sur Pointy Records.


 Moyenne 17.88/20 

Proposez votre chronique !



Posté le 11 septembre 2004 à 19 h 06

C'est la chronique au-dessus qui a fini de me convaincre de me procurer cet album. Alors merci.

Ce qui frappe le plus dans cet album, c'est l'homogénéité. Souvent un premier album est la somme de nombreuses années de travail et a un côté un peu brouillon. Mais pour ce "Bluffer's Guide..." , les Flotation Toy Warning ont vraiment frappé un grand coup. Dès la première chanson, il nous emmène en voyage vers <<all the places I wish I could find>> comme ils disent. On se retrouve dans un endroit où Grandaddy ferait des duos avec les Flaming Lips, où Philleas Fog aurait décidé de quitter son ballon et de tester tous les moyens de transports imaginables.

Il y a un côté burlesque, voire littéraire. On a l'impression d'être au cœur d'un livre de Jules Verne ou dans un film de Tim Burton, lorsque qu'on ne sait pas ce qui se cache derrière la porte. De surprises en surprises, on entre dans l'univers riche de ce groupe atypique, chaque écoute dévoilant un nouveau détail, une nouvelle clef.

Ce qui frappe c'est que de cette foule de détails, les Flotation Toy Warning arrivent à présenter un album plein d'émotion, de finesse et de force en partie dû a la voix de Paul Carter. Une grande découverte et un groupe à suivre.
Excellent !   18/20



Posté le 17 janvier 2005 à 18 h 42

Un vendredi soir dans un bistro enfummé parisien.

Un groupe de femmes vêtues de robes courtes en soie, de gants blancs montant jusqu'au coudes et d'un chapeau rond et évasé tombant jusqu'aux sourcils accompagné de multiples colliers en perles très longs fument de longues cigarettes depuis leur fumoir en ivoire tout en buvant des alcools forts dans de petits verres en cristal.

Au fond de la salle un jeune dandy vetu d'un costume clair et de chaussure vernies chante, accompagné d'une drole de musique, gaie et enjouée.

Les clients parlent tout en écoutant d'une oreille attentive, intrigués par certains sons venus d'ailleurs.

En effet la musique utilise de droles de textures, comme si les bruits de la rue sortaient d'un instrument.
Un univers très spécial, enjoué et puis ce dandy à le don de faire rougir ces demoiselles qui ne peuvent s'empêcher de le fixer.
La voix est claire, les mélodies riantes.

On est heureux
On danse en buvant
La tête tourne à cause des alcools mais aussi de cette musique
On flirte

C'est la "belle époque"...
Parfait   17/20



Posté le 20 mai 2005 à 17 h 45

Depuis le dernier opus de Sparklehorse, j'attendais un successeur qui pourrait aller plus loin encore dans l'innocence et le merveilleux, dans la simplicité.

"Bluffer's Guide..." fait partie de ces albums qui, quand vous les mettez sur les platines, coupent court à toute conversion, car ils sont faits pour être écoutés religieusement.
"Donald Pleasance", "Even Fantastica", autant de titres qui vous prennent par la main et vous emportent au-delà d'une barrière que la plupart des groupes n'atteigent jamais en 5 albums.
Une pure merveille !
Excellent !   18/20



Posté le 16 septembre 2005 à 12 h 08

Tout comme mes collègues ci-dessus, je ne tarirais pas d'éloges sur ce quintet génial !
Je les ai découvert à la Route du Rock ; alors bénévole, je servais au bar et d'un coup je me suis retrouvé complètement emporté par le lyrisme de ce groupe et la voix extraordinaire de son chanteur, tout en continuant à servir.
Une fois disponible à la vente, j'achète l'album. Et là rien à dire, une forme de pop baroque, douce, lyrique et décalée. Un mix entre le Regeneration de Divine Comedy, du Mercury Rev et ... de l'indéfinissable. On pourrait penser l'album sombre. Du tout ! Le groupe s'attache à préserver un humour décalé dans un cadre sonore nouveau et nostalgique (je le concède).
Courrez vite récupérer cet album, c'est une très bonne surprise !
Très bon   16/20



Posté le 19 janvier 2006 à 17 h 17

Il y a une beauté si particulière dans cette musique, presque irréaliste et qui semble indépassable. Une richesse mélodique qui semble infinie... Et une ambiance totalement enveloppante et émouvante du début à la fin. ça ne vous rappelle rien?

Et oui, évidemment comment ne pas penser au superbe voyage que nous avait offert Grandaddy en 2000 (The Sophtware Slump), et qui continue d'ailleurs à faire les beaux jours de nos vies, enfin de la mienne en l'occurrence. On peut également penser aux Flaming Lips ou encore aux Mercury Rev de la grande époque (Deserter's Songs).

Mais Flotation Toy Warning est bien plus qu'une simple accumulation d'influences, c'est un album qui a de la personnalité, qui dégage sa propre ambiance, celle qui fait que vos battements du coeur s'accélèrent, s'emballent... Dans un sens, le sentiment amoureux n'est pas très éloigné de l'ambiance de cet album. Mais contrairement aux sentiments amoureux, cet album ne vous détruit pas ou ne vous ronge pas, au contraire, il panse les plaies.

Totalement envoûtant, troublant, exceptionnel... Vous avez envie de crier aux gens dans la rue, dans le métro, de vite se dépêcher d'aller acheter cet album, pour eux, pour leur propre bonheur.
C'est un album qui donne envie d'être partagé, et qui donne en même temps l'envie de le garder juste pour soi, et de le protéger chèrement, comme un sal égoïste qui aimerait être heureux seul. L'album de tous les contrastes en somme.

Rien que les deux chansons "Popstar Researching Oblivion" et "Donald Pleasance" méritent amplement l'achat de cet album, mais si il n'y avait que ça... il n'y a absolument rien à jeter.

Les 10 chansons qui composent " Bluffer's Guide To The Flight Deck" sont tout bonnement indispensables.


Et cette sensation que j'aimerai garder tout au long de ma vie, un léger sentiment de tristesse et un bonheur intense. Jouissif tout simplement.
Exceptionnel ! !   19/20



Posté le 08 mai 2006 à 13 h 21

10 titres, 10 merveilles du pureté, de sensibilté, de légèreté. J'en fais trop ? Non je ne pense pas, il y a des albums comme ça, dans lequel il n'y a rien à jeter où l'on prend tout dans la gueule ou plutot dans les oreilles et où l'on se tait, on écoute, on apprécie, on s'imagine, et on s'incline devant tant de beauté. On pleure parfois des larmes de tristesse, ça fait du bien un peu de mélancolie, ça développe l'imaginaire (cf Jean-Paul Sartre "La nausée").
Perdez votre temps à écouter cet album.
Exceptionnel ! !   19/20



Posté le 09 octobre 2019 à 10 h 15

Voici typiquement un "objet musical non identifié", tant la musique de Flotation Toy Warning, groupe méconnu originaire de Londres, est intemporelle. Sur cet album intitulé Bluffer's Guide To The Flight Deck, elle évoque le superbe disque de Procol Harum "A salty dog" ainsi que les œuvres de Mercury Rev.

On se retrouve ici face à une ode à la rêverie et la flânerie qui s'insinue pernicieusement dans les oreilles de l'auditeur.

Tous les titres de cet opus semblent obsolètes, surannés mais la magie et le charme opèrent ; les synthés sont discrets et le chanteur vous envoute dès le premier titre.

Un disque indispensable aux curieux ou aux fans d'étrangetés.

Merci à la maison de disques française Talitres d'avoir déniché cette perle ; une pure merveille.

Le groupe, après un silence de treize ans, a paru un nouvel album en 2017, tout aussi mystérieux et subjuguant intitulé "The machine that made us".
Exceptionnel ! !   19/20







Recherche avancée
En ligne
321 invités et 2 membres
Nykobouk
R.i.p Auckward
Au hasard Balthazar
Sondages
Les Pochettes de disques, elles vous font quel effet ?