Jean Louis Murat

Paris [La Maroquinerie] - mercredi 10 septembre 2014

"Tu sais bien que personne n'en a pour son argent", dernière phrase ou presque de ce concert de notre Bacri préféré de la chanson française.

Pourtant, on espère en avoir pour notre argent. C'est qu'il est attendu au tournant le Jean-Louis, lui qui semble revenir à son meilleur avec ces derniers albums (Grand Lièvre, Toboggan) et un Babel à venir annoncé comme très grand.
A l'heure de prendre sa place, on ne sait pas grand chose de ce nouvel album de Murat. Tout juste qu'il sera double, avec le Delano Orchestra. Peu de choses filtrent donc, en tout et pour tout un enregistrement sonore live de "Chacun Vendrait Des Grives" et une vidéo de "J'ai Fréquenté La Beauté". De bonne augure, mais ça demande à être confirmé.
Basons-nous donc sur les faits : son dernier double album n'est autre que Lillith, et la dernière fois qu'il a convié un groupe, c'était Calexico pour Mustango. Le haut du panier dans la discographie du bonhomme.
Validé, on y va.

Pas de première partie, le Delano Orchestra arrive sur scène en premier, laissant la plus grande ovation pour un Jean-Louis Murat qui se placera sur la gauche de la scène, manière sans doute de partager l'affiche avec son groupe. D'emblée, s'installe une ambiance lancinante, rappelant les grandes heures de feu Kat Onoma, étirée, avec violoncelle, trompette, clavier, mais pourtant bien rock, chaque instrument à sa place. Au fil des chansons, Murat chante son Auvergne comme Morrissey ou Lou Reed peuvent évoquer respectivement Manchester et New York. Moins glauque que ses lointains collègues, mais on sent le même attachement à sa région.

Comme à chaque tournée, Murat s'attache à jouer en grande majorité son dernier album, dans des versions qu'on devine différentes de ce que nous pourrons entendre dans quelques semaines sur disque, voire sur scène, tant on sait que le rythme de chaque chanson peut dépendre de l'humeur du soir. en témoigne cette version de "Chacun Vendrait Des Grives", différente de celle des Francofolies qui trainait sur la toile, mais toujours aussi magnifique.

"Frelons d'Asie", "Michigan", "Chacun Vendrait Des Grives, "Blues Du Cygne", autant de grands moments, et encore il faut bien s'arrêter... Mais Murat semble de nouveau au sommet, et aime son groupe, a envie de le mettre en avant, comme lors de ces 3 fois pendant le concert ("Seawater", "Paloma","Summer"), où il leur laissera la place à son groupe, passages pas déplaisants, qui permettent de redescendre doucement entre les denses et orageux nouveaux morceaux de Babel.

Le rappel commence par des chansons plus "accessibles", avec "L'au-delà", le plus gros tube si l'on peut dire de Murat, repris par le public, puis 3 inédits supplémentaires, dont le single "J'ai Fréquenté La Beauté", parce qu'il fallait un single, comme dirait son auteur.
A la fin du magnifique "Long John", nous croyons en avoir pour notre compte, mais c'est là que Murat et son groupe décident de dégainer l'arme fatale, celle qui finira de marquer les esprits, "Mujade Ribe". Du patois auvergnat qui veut dire "l'orage arrive" selon Jean-Louis. C'est pas faute d'avoir prévenu, et pourtant, ce n'est pas d'orage mais bien de déluge dont il sera question, tant ces 10 grosses minutes emporteront tout sur leur passage, Murat le premier, s'époumonant comme jamais lors du final. A 60 ans passés, il nous livre peut-être bien sa plus grande chanson et surtout une incroyable interprétation que seule la scène permet. Le concert étant dans le cadre des Pias Nites, l'espoir demeure d'en avoir un jour une commercialisation, partielle ou complète, mais le monde doit avoir accès à cette version de "Mujade Ribe". Pour les générations futures, pour tous ceux qui expliquent à longueur de journée que le rock français n'est rien à côté de ce que peuvent nous sortir les amateurs de thé ou de hamburgers. Enfin s'il y a un Dieu ou une sorte de justice en ce bas monde, comme disait Freddie Mercury.

"Tu sais bien que personne n'en a pour son argent". Mon cul oui, ce sont les nuls qui disent ça. Ne laissez pas les autres prendre leur pied à votre place.


Exceptionnel ! !   19/20
par Francislalanne


  SetList

Qu'est-ce Qu'au Fond Du Coeur
Les Ronces
Seawater
Col De Diane
Michigan
Paloma
Frelons D'Asie
Extraordinaire Voodoo
Summer
Chacun Vendrait Des Grives
Blues Du Cygne

L'au-delà
Vallée Des Merveilles
J'ai Fréquenté La Beauté
Long John
Mujade Ribe


Proposez votre chronique !





Recherche avancée
En ligne
216 invités et 4 membres
X_Wazoo
El rodeo
X_Lok
R.i.p Auckward
Au hasard Balthazar
Sondages
À quoi te fait penser le design actuel du site?