My Bloody Valentine

Paris [Bataclan] - mercredi 05 juin 2013

Bill Hicks disait en substance dans un de ses sketchs "Si vous pensez que les drogues n'ont rien fait de bon pour nous, faites-moi plaisir. Rentrez chez vous et brûlez toute votre collection de disques. Car ces musiciens qui ont faite cette musique géniale qui a amélioré votre vie étaient complètement défoncés."

Quand je suis entré dans le bataclan pour mon premier concert de My Bloody Valentine, au milieu d'une première partie française hipster poussive, je ne me doutais pas que cette phrase allait resurgir aussi fortement dans mon esprit. Comme de nombreux fans d'indé, j'ai plusieurs écoutes de Loveless et Isn't Anything à mon actif, j'ai même jeté une oreille au dernier album, mais ma connaissance du groupe est loin d'être exhaustive. J'étais plus là par curiosité.
Autre chose, qui m'avait décidé à venir malgré un prix prohibitif, c'est qu'on m'avait maintes fois comparé les concerts de My Bloody Valentine avec ceux de Dinosaur Jr, ce qui pour moi est un argument de poids. Si mes exigences en matière de setlist étaient donc limitées, j'avais placé la barre très haute niveau qualité, m'attendant au mieux à être sympathiquement blasé, dans le registre "bien joué Kevin Shields, mais bon, on ne peut pas tous être J. Mascis."

J'avais même pris la précaution de mettre des boules quiès pour ne pas trop souffrir du déluge sonore annoncé. Début du set par une chanson de Loveless, "I Only Said", et je ne trouve pas vraiment l'impact recherché. Tiens, c'est Kevin Shields, qui chante sur celle-ci? J'ai toujours cru que c'était Bilinda Butcher...On n'entend pas trop la voix. Bon, allez, je vais retirer les boules quiès histoire de voir. Et là...Je suis rentré dans un autre monde. Quelle son puissant! Je serais peut-être sourd le lendemain, mais là j'allais en profiter.

"When You Sleep" finit de me mettre dans l'ambiance, et on en était qu'à la deuxième chanson du concert ! Je me laissai alors petit à petit perdre dans ces morceaux tour à tour planants, psychédéliques, énergiques, mais toujours envoûtants. Le clou de l'expérience musicale et visuelle est venu de "Wonder 2", un morceau du dernier album qui m'avait pourtant laissé plutôt froid à l'écoute, avec sa boucle hypnotique et le jeu de lumières et d'images, on entre en transe pour toute la durée, avant d'être réveillé par un "Soon" qui fleure bon le rappel. Et là, surprise, au lieu de s'arrêter, le groupe enchaîne encore sur 2 titres. Quand "You Made Me Realise" se transforme en bordel noisy pendant plusieurs minutes, je me dis qu'en terme de clôture, c'est toujours efficace, mais que ça ne vaut pas les délires de Sonic Youth au top de leur forme. Et voilà que la batterie fait un appel et le morceau repart pour s'achever avec le concert. Kevin, Belinda et leurs compagnes ne reviendront plus ce soir.

Pas de rappel, donc, mais j'ai quand même fini le concert ravi, avec le regret de ne pas retrouver cette puissance dans les albums, aussi bons soient-ils. Pour le coup, c'est exactement comme Dinosaur Jr, on aimerait pouvoir les emporter dans une petite boite pour pouvoir revivre à loisir ces concerts, mais ils sont presque incapturables (les DVD live récents s'en tirent honnêtement, mais c'est toujours en dessous) et c'est peut-être ça qui fait la beauté de la chose.

La musique de My Bloody Valentine est l'une des preuves que la drogue a fait de grandes choses pour l'humanité.


Excellent !   18/20
par Blackcondorguy


  Setlist

I Only Said
When You Sleep
New You
You Never Should
Honey Power
Cigarette in Your Bed
Only Tomorrow
Come in Alone
Only Shallow
Thorn
Nothing Much to Lose
Who Sees You
To Here Knows When
Wonder 2
Soon
Feed Me With Your Kiss
You Made Me Realise


Proposez votre chronique !





Recherche avancée
En ligne
109 invités et 0 membre
Au hasard Balthazar
Sondages
Slammez-vous pendant les concerts ?