My Bloody Valentine

Saint-Malo [La Route Du Rock, Fort De St Père] - vendredi 14 août 2009

La tête d'affiche de ce festival est très attendue par les fans et autres curieux spectateurs au Fort de St Père. Après le set de Tortoise les gens commencent déjà à installer des bouchons dans leurs oreilles, parce qu'évidemment la réputation de My Bloody Valentine a déjà fait son office et peut-être que l'installation de l'impressionnant mur d'amplis de Kevin Shields n'y est pas étrangère.
Pourtant quelques échos venus des coulisses se font sentir, le groupe bruitiste veut évidemment mettre le volume à fond et les programmateurs légèrement effrayés pour leur matériel palabrent sur les assurances à prendre.

Mais à 23h et des poussières ce ne sont pas quelques décibels de plus ou de moins qui feront la différence dans nos tympans. Au tout premier riff de guitare, histoire de tester la-dite sono, je ne peux m'empêcher de réprimer un grand juron, la petite déflagration sonore choque et ce malgré les protections que je porte, et je pense alors aux autres spectateurs aux oreilles vierges qui vont prendre cher ce soir.
Mais passée la première chanson certains en redemandent ! "Pas assez fort !" crie-t-on. En effet le technicien son fait des siennes et l'on verra continuellement entre les chansons Kevin Shields discuter avec lui. Je remarque même que le volume est légèrement baissé à chaque début de chanson tellement le groupe en remettait une couche.

Et quelle couche !
Un volume si puissant que je n'avais vu ça qu'une seule fois, avec un artiste noise de la scène japonaise. La saturation des guitares est constante, impressionne, les voix de Bilinda Butcher et Kevin Shields sont couvertes par les nappes et vagues sonores... Pourtant l'on reconnaît des chansons comme "Only Shallow" et l'on sourit. Les effets restent les mêmes pour peu qu'on y fasse attention, My Bloody Valentine choisit juste de déculper leur puissance par un bruitisme qui frôle l'indécence musicale. On peut tout à fait comprendre certains spectateurs déçus ou mécontents de ce traitement mais je trouve que cela restait dans leur esprit, dans leur univers musical. Là ou certains groupes cultes se reforment pour des raisons pécuniaires et n'offrent guère de performances transcendantes en live, My Bloody Valentine est là avec un concept qui leur est propre et n'en change pas quelques soit les pressions.
Les oreilles continuent de bourdonner tout au long du concert, certaines chansons sont plus dynamiques, plus rock que les autres, il n'y a pas que les ambiances dans le groupe il y a une energie sous-jacente qui se dégage. Mais l'on attend avec impatience le dénouement, le point final de cette expérience ; "Holocaust Session".

Le sol tremblait. Je pense avoir assez fait de concerts pour savoir que ce n'est pas si commun que cela. Le sol tremblait toujours. Durant plus d'un quart heure il n'a pas arrêté de trembler. Il n'y avait pas de musique à proprement parler, juste un bruit, un son développé par les instruments avec une telle puissance qu'on ne pouvait rien faire d'autre que rester scotché devant. C'était comme assister de manière auditive au décollage d'une fusée et c'était une première. Il fraudat d'ailleurs leur demander, aux ingénieurs de l'aérospatiale si c'est pareil, et leur faire écouter... Peut-être même qu'ils apprécieraient !

Avec le temps, My Bloody Valentine est peut-être passé sur scène d'un groupe shoegaze à un groupe noise tout en gardant son répertoire d'origine, cela peut déplaire mais heureusement pour moi j'en ai gardé une certaine satisfaction. Et même que je re-signerais bien pour une prochaine fois.


Très bon   16/20
par Kaliayev


  Setlist :

I Only Said
When You Sleep
You Never Should
(When You Wake) You're Still In A Dream
Cigarette In Your Bed
Come In Alone
Only Shallow
Thorn
Nothing Much To Lose
To Here Knows When
Slow
Soon
Feed Me With Your Kiss
You Made Me Realise


Proposez votre chronique !





Recherche avancée
En ligne
200 invités et 2 membres
Poukram
François Corda
Au hasard Balthazar
Sondages
Levé du mauvais pied, je suis plutôt "réac'n roll" : Ras-le-bol...