Supergrass

Londres - Royaume-Uni [O2 Brixton Academy] - jeudi 10 juin 2010

Bon ben voilà, c'est fini, avant d'atteindre ces 18 ans, l'âge adulte leur aurait-il tant fait peur ? Ces morveux qui pondaient ces perles pop à chaque nouvel album avaient jusque là plutôt bien sû garder le mordant de leurs débuts auraient-ils eu peur de murir?

En préambule du concert, quelques petits films, soit d'animation ("Charley Says"), soit de prévention routière ("Be smart, be safe", avec Kevin Keegan en guest), probablement des choses qu'ils ont vu dans leur jeunesse.

Puis 1 petite minute d'images d'archives en studio et de clips période Diamond Hoo Haa. Le ton est donné : le concert sera dans un mode retour dans le temps, à raison de 4 chansons par album. Commençons donc par le dernier album en date. Une entrée en matière plutôt énergique. Musicalement, rien à dire, tout le monde est en place, mais dans son coin. Côté répertoire, pas grand-chose à reprocher non plus. Une bonne entrée en matière.

Au tour de Road To Rouen,que je regrette de voir arriver si vite, surtout "St Petersburg", tant j'aime cet album, mais qu'importe, je sais qu'il y a de bonnes choses qui m'attendent après, D'autant que "Fin", merveille de ballade, est au programme.

Vient ensuite Life On Other Planets, et la montée en puissance continue, notamment sur "Breacon Beacons", et surtout "Grace", premier gros temps fort de la soirée.

A partir du "X-ray album", l'ambiance monte très fortement, dans le public, et même si parfois on sent le groupe en mode automatique, chaque chanson est acclamée et reprise par le public. "Moving" bien sûr, mais également "Mary", et bien évidemment "Pumping On Your Stereo" Les 2/3 du concert sont passés, et on mesure déjà l'étendue du répertoire du trio. Et leur capacité à les rendre anodines, et quand on voit l'énergie et la technique qu'ils peuvent déployer sur scène, notamment la section rythmique, ils réussissent aisément le fameux précepte de toute bonne chanson pop : faire croire que c'est simple (que ça le soit ou non).

Avant dernier album, In It For The Money. Toujours plus crescendo, mention spéciale, comme on pouvait s'y attendre à "Richard III" et "Sun Hits The Sky". Si on peut sentir une réeelle complicité entre Gaz Coombes et Danny Goffey, Mick Quinn reste quand à lui bien à l'écart.

Et puis l'apothéose, dès les premières images d'archives de la période I Should Coco, tout le monde siffle, applaudit, trépigne, impatient d'en découdre avec ces chansons que tout trentenaire a en tête. On commence donc doucement par "She's So Lose", Mais dès "Mansize Rooster", tout le monde devient inarétable, ça bouge, ça chante. Encore plus sur "Strange Ones" et le dantesque "Lenny".

Le rappel, comme on pouvait s'y attendre, sera composé de l'éternel "Alright" (un bon de 15 ans an arrière, et contrairement à moi, la chanson n'a pas pris une ride), avant de finir par leur toute première chanson, qui provoquera l'hystérie collective : "Caught By The Fuzz", repris en chœur par toute la fosse. Tout le monde se rassemble sur scène pour saluer le public, en sueur, et s'en va. S'en est donc fini. Retour en 2010. La fin d'une époque pour pas mal d'entre nous. Il ne reste plus qu'à leur souhaiter bonne chance pour la suite.

Oh et puis merde, on s'en fout de tout ça, qu'ils échouent dans leurs projets perso, qu'ils deviennent pauvres, et qu'ils se reforment, et vite.


Très bon   16/20
par Francislalanne


  Setlist :Diamond Hoo Ha Man
Bad Blood
Outside
Rebel In You
Tales of Endurance (parts 4, 5 & 6)
St Petersburg
Fin
Kiss of Life
Breacon Beacons
Rush Hour Soul
Funniest Thing
Grace
Moving
Mary
Eon
Pumping on Your Stereo
In It For The Money
Richard III
Late In The Day
Sun Hits The Sky
She's So Loose
Mansize Rooster
Strange Ones
Lenny
>>>
Alright
Caught By The Fuzz


Proposez votre chronique !





Recherche avancée
En ligne
387 invités et 0 membre
Au hasard Balthazar
Sondages
Dans quelle tranche d'âge vous situez-vous ?