Black Rebel Motorcycle Club

New York - Etats Unis d'Amérique [The Fillmore] - mardi 05 août 2008

 Black Rebel Motorcycle Club
Cette soirée du 5 Août 2008 aura eu pour moi quelques airs de gros baptême en terres inconnues. Et je pèse mes mots : le Black Rebel Motorcycle Club à l'affiche du Fillmore de New York pour clôturer un long voyage sur le nouveau continent, rien que ça! Une petite virée urbaine et quelques flirts avec les grattes ciel plus tard, me voilà nez à nez face à une longue et dense file d'attente. Une popularité sans appel, apparemment rendue par un public plutôt disparate: des emos, des gothiques, des asiatiques en tout genre, des jeunes, des vieux, des pépètes accompagnés de ces indémodables vieilles groupies dégueulasses avides de rockers suants, et j'en passe... C'est une fois ce petit monde bien rassemblé et bien rassasié que nos deux rebelles accompagnés de leur nouvelle batteuse se pointent sur scène. Une entrée et une mise en scène carrément décoiffantes pour ne pas dire baroques. Le public, alors enterré sous un torrent de flashs bien aveuglants et de grognements de cylindrées, n'a de là plus à attendre une seule seconde pour être plongé la tête première dans un torrent garage rock. "666 Conducer" impose en guise de mise en bouche des riffs toujours plus denses et écrasants, et alourdit par la même occasion une ambiance déjà étouffante : il fait de plus en plus chaud, et il semble y avoir de plus en plus de monde. Le concert va de ce point de départ (apparemment téléphoné d'après les initiés) se résumer à d'habiles ballottements entre tueries à violents coups de gros riffs et temps morts au puissant anesthésique que peuvent être leurs folk songs mélancoliques. Un concert orchestré par une prestation très professionnelle, pour un public parfois ingrat voire surprenant. Quand celui-ci ne dépense pas son énergie en divers pogos pourtant sévèrement réprimandé par certains, il saisit occasions et opportunités pour faire part à leurs deux héros une admiration complètement délirante. A un point où l'on pourrait se demander si ça pourrait ne pas se finir à la mutilation générale si l'offrande de chairs humaines était encore quelque chose d'inscrit dans nos mœurs (A en croire l'adoration de ce gars qui aura déboulé sur scène et exécuté ses quelques prières aux pieds d'un Peter vraiment navré). C'est après 2 bonnes heures de show avalées d'un trait que le concert se finalise autour de Rob et de sa guitare acoustique, devant les portes du Fillmore jalonnées d'imposants buildings et de beaucoup de groupies lambdas un peu collantes, pour la traditionnelle acoustique session... Mais franchement, franchement, on a beau badiner sur la tournure un peu "plèbe" qu'aura récemment prise la carrière du groupe, un concert de BRMC - qu'on les adore ou qu'on les déteste - ça révèle quand même quelque chose de frais, de carrément dantesque. Si les disques sont d'ores et déjà des must have, il n'est plus à rappeler que leurs lives sont indéniablement des must have seen.


Très bon   16/20
par TheWayYouSmiled


  Photo par l'auteur


Proposez votre chronique !





Recherche avancée
En ligne
97 invités et 0 membre
Au hasard Balthazar
Sondages
Tu as le droit d'effectuer un seul voyage spatio-temporel, où est-ce que tu vas ?