Elliott Smith

XO

XO

 Label :     Dreamworks 
 Sortie :    mardi 25 août 1998 
 Format :  Album / CD   

Elliot Smith "XO"... Comment chroniquer un disque qui vous a sauvé la vie ? Comment le laisser abandonné alors qu'Elliot est mort ? Bref, je m'essaie... qu'on me pardonne...
Grâce au succès de Good Will Hunting, Elliott déboule chez Dreamworks, qui à l'époque fait un début étonnant. Ils sortent aussi le "Beautiful Freak" de Eels... pas mal pour une major. Mais je m'égare... Elliott en pleine grâce signe le meilleur album de tous les temps. Certains trouveront que c'est abuser, mais que dire d'autre d'un disque dont chaque mélodie, chaque phrase vous transpercent et emportent à ce point. Même le tracklisting est génial, l'album se concluant par "Everybody Cares Everybody Understands" puis "I Didn't Understand"....
Au-delà de la beauté déchirée des chansons, hymnes aux loosers et à la douceur de descendre, on sent poindre de la révolte, de l'envie, de la beauté qui brûlent et explosent sous l'apparente résignation d'un "Oh Well Okay" ou "I Didn't Understand", "Baby Britain" ou le combat contre l'alcool qui nous ronge, "Waltz #2" ou l'amour malgré tout et "Pitseleh"... Des phrases résonneront toujours sur les parois étriquées de mon occiput: "I'm never gonna know you know but I am gonna love you anyhow"; ou "God makes problems just to see what you can stand before you do as the devil pleases, and give up the things you love"... Et on sait qu'il n'abandonnera pas, on sait qu'il ne nous a pas abandonnés. J'ai eu la chance d'échanger 3 mots avec lui à cette époque. Il était ses chansons... et ses chansons sont toujours là dans un coin de ma tête, pour me rappeler qu'il y a un truc valable, une beauté possible, après le reste... Que dire d'autre que "I Didn't Understand"... et que j'espère jamais comprendre...


Intemporel ! ! !   20/20
par To7


 Moyenne 19.25/20 

Proposez votre chronique !



Posté le 10 décembre 2004 à 16 h 57

Il y a des disques que l'on écoute par simple curiosité, avec l'intime conviction que leur avenir sur la platine est compté. Et puis il y a ceux qui nous touchent profondément, ceux qui semblent déjà familiers au bout de deux écoutes, mettant en musique certains de nos souvenirs et émotions. Des disques qui deviennent rapidement très personnels, et que l'on ne se sent pas prêts d'abandonner si vite...

Alors, un heureux hasard fait que l'on peut être amené à tomber sur ce "XO" du regretté Elliott Smith, dont le charisme, la profondeur de sa musique, et la disparition brutale ne seraient pas sans rappeler un certain Jeff Buckley... Mais au delà d'une simple comparaison qui n'a pas lieu d'être, le songwriter en question a su nous faire apprécier son propre univers, riche d'un héritage pop britannique, mais ayant tout de même une vraie personnalité. Car Elliott Smith, tout au long d'une vie pas toujours brillante, dévouait son entière existence à la musique. Le résultat, ce sont ces merveilles telles que "Sweet Adeline", "Baby Britain", "Bled White", ou, en fait, toute autre chanson de l'album susceptible de nous avoir marqué...

Au détour de quatorze titres, il a l'art et la manière de poser une voix unique, empreinte de noirceur et flirtant délicieusement avec la mélancolie, sur des arrangements d'une grande finesse. Heureusement, jamais ceux-ci ne penchent vers le "mielleux", plus occupés qu'il sont à nous bercer dans des ambiances tantôt entraînantes, tantôt intimistes. Il y a en effet une idée de la sobriété chez Elliott Smith, qui pour nous toucher dans le mille, sait aller à l'essentiel de ses morceaux, sans aucun artifice inutile. Les mélodies déployées par cette alchimie voix-guitare/voix-piano sont autant de repères auxquels on s'accroche, et qui ne font que confirmer l'excellence du disque.

Original, entraînant, tout en étant diversifié, il est le parfait exemple de ce que doit être un disque pop-rock mené par un songwriter.
Excellent !   18/20



Posté le 18 mars 2005 à 18 h 35

Cet album signe pour Elliott Smith le passage de la production assez minimaliste des albums "Elliott Smith" et "Either/Or", à celle plus élaborée de "Figure 8", mais aussi du pessimisme le plus ardent exprimé dans ses précédents albums à des chansons plus légères, en témoignent "Independance Day" ou "Sweet Adeline" par exemple.

Cependant, cet album est beaucoup plus. Tout d'abord, c'est un chef-d'oeuvre. Que ce soit par le songwriting auquel nous ont habitués les précédents opus, les ambiances des chansons très variées tout en étant homgènes, Elliott Smith nous offre là un disque hautement recommandable, et peut-être le meilleur, avec "Figure 8" pour aborder cet artiste exceptionnel et désabusé qu'était Elliott Smith.
Exceptionnel ! !   19/20



Posté le 01 octobre 2008 à 19 h 22

Pour la première fois de sa carrière solo, Elliott Smith bénéficie d'un budget suffisamment conséquent pour tenter un disque densément produit et arrangé. Sûrement fallait-il en passer par là après trois magnifiques albums dépouillés, qui lui ont permis de faire le tour de la question avec un brio évident.
Se présente donc cette fois-ci un tout nouveau challenge : réussir dans l'exercice de la grosse production. Des claviers récurrents, une batterie plus présente, des harmonies vocales relativement nombreuses et même quelques cordes sont donc de la partie pour soutenir ce XO, qui semble parfaitement armé pour frapper un grand coup. Les inquiétudes pouvaient toutefois se résumer en cette simple question : ce déferlement d'arrangements allait-il noyer le songwriting d'un artiste qui avait fait d'un minimalisme déchiré sa marque de fabrique ? La réponse est non. Cent fois non.
XO est un coup de maître, l'album d'une vie. Il explore une palette d'émotions admirable, du poignant "Waltz #1" au léger et entraînant "Baby Britain" en passant par l'irrésistible "Bottle Up And Explode", morceau proprement divin à faire pâlir n'importe quel mélodiste en herbe sur cette planète, et ce toujours avec une justesse absolue.
Elliott Smith continue de se livrer corps et âme dans des chansons toujours aussi profondément intimes et touchantes, chose que cette production que l'on pouvait craindre un brin ostentatoire ne réfreine donc en rien.
Que dire de plus si ce n'est que ce disque est une sorte de petit miracle, plus varié que ses précédentes livraisons, et qu'il fait indéniablement partie de ce que le Pop-rock a vu naître de plus grand ? Pas grand chose. J'ajouterais juste un "merci" des plus sincères, parce que cet album m'a changé et comptera toute ma vie. Et je sais ne pas être le seul dans ce cas.
Intemporel ! ! !   20/20







Recherche avancée
En ligne
74 invités et 0 membre
Au hasard Balthazar
Sondages
Les téléchargements et vous...