Primus

Green Naugahyde

Green Naugahyde

 Label :     Prawn Song 
 Sortie :    mardi 13 septembre 2011 
 Format :  Album / CD  Vinyle   

Douze années ! Douze années que Primus n'avait pas pondu de ses véritables petites bizarreries que d'aucun se sont risqué à appeler un "album de rock normal". Et encore, Antipop n'avait pas convaincu tout le monde par son côté "Primus and friends" altérant sa patte/pâte (huhu!), entre un petit encas hermétique et un disque de remodelage (huhu! bis) un peu fastoche. Ce jusqu'à diriger Claypool vers une soi-disant carrière solo expérimentale bien plus irritante que stimulante. Green Naughahyde est donc davantage à rapprocher du Brown Album, par son contenu comme son humilité... En mieux...
Comme toute bande de glands qui s'est absentée suffisamment longtemps pour réapparaître dans un univers sonore ayant depuis changé en partie grâce à elle, on pouvait s'attendre à un album à la remorque. Et si Primus reprend bel et bien tous les ingrédients qui ont fait la saveur et l'épaisseur de sa formule de savant fou, son aspect intemporel fait qu'il n'est à aucun moment à la ramasse. C'en est habile au point de paraître bipolaire, car justement au nez et à la barbe du Claypool solo des années 2000... Débauche de riffs cartoons, de titres tordus, d'effets inventifs ou jouissifs, d'exécutions de vrais musiciens... De quoi prouver que cette musique reste moderne et difficilement émulable. Même les petits malins funky d'Incubus ont rendu depuis longtemps le butin qu'ils avaient pillé pour passer à du rock bien plus casual destiné à la ringardise...
Ici, ça shebam-pow-blop-wizze dans tous les sens, la mécanique fait des étincelles, les coups de crayons fluos en collent pleins les mirettes, et la pâte à modeler sculpte des formes tendancieuses. Toute cette profusion créative est trempée dans une cuvette de chiottes aux allures de fontaine de jouvence... On redécouvre alors un rock organique expérimental gavé sans être gavant, alimenté par une configuration de trio épuré à l'énergie étonnante. On est saisit par l'impression qu'après une si longue absence, tout empoussiéré et quasiment laissé à l'abandon sur la grande étagère des références rock, un groupe tout frais nommé Primus avait tout à prouver. Comme sortis de nulle part, d'une force amusante et d'un élan d'enthousiasme communicatif, voilà un retour aux affaires comme on en voit peu...


Parfait   17/20
par X_YoB


Proposez votre chronique !







Recherche avancée
En ligne
449 invités et 0 membre
Au hasard Balthazar
Sondages
Si je vous dis beauté féminine vous me répondez ?


Elysian Fields
Emily Haines
Emiliana Torrini
PJ Harvey
Mazzy Star
Blonde Redhead
Cat Power
Peaches