Primus

Paris [Trianon] - vendredi 12 juin 2015

Pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué? Grande question qui semble tarauder Les Claypool depuis ses débuts, du moins dans la musique.

Claypool donc, leader et incroyable bassiste du Primus concocte depuis 25 ans maintenant des bizarreries attachantes et diablement tenaces, tels les cafards de Oggy (une fois qu'on les a en tête, difficile de s'en débarrasser), mais auxquelles il peut parfois manquer un peu de mélodies.
Le concert commence donc fort, très fort, et même probablement trop. En territoire conquis d'avance, le groupe glisse des solos dans tous les morceaux, quitte à les faire durer. S'ils sont plutôt agréables, c'est pourtant quand les 3 maltraitent leurs instruments en même temps que la réputation scénique de Primus prend forme.
Et à mesure que les minutes passent, ces déferlantes collectives sont ce que je retiens le plus, avec pour sommets "Wynona's Big Brown Beaver" et "My Name Is Mud".

S'ensuit la fausse bonne idée. Non content de reprendre la BO de Charlie Et La Chocolaterie sur disque dans une version certes rock mais avec moins de relief que celle de Danny Elfman, le groupe propose de rejouer l'intégralité sur scène, accompagné d'un violoncelliste et d'un xylophoniste. Les musiciens additionnels sont au niveau du groupe, ce qui n'est pas peu dire. Mais que faire avec d'une BO aussi molle, avec pourtant des images du film de Mel Stuart, un décor avec friandises géantes, des membres du groupe déguisé, et quelques apparitions d'Oompa Loompa (et il faut bien le dire un petit film assez génial où ils se sont filmés dans la journée devant de célèbres monuments parisiens)... Pas grand chose hélas, on s'ennuie, on attend poliment que ça passe, avec un sentiment de gâchis quand on s'imagine le groupe pourrait piocher dans son propre répertoire.

Le rappel arrive. Enfin! Et l'attente n'aura pas été vaine, tant il est difficile de faire plus explosif que "Too Many Puppies" et "Here Come The Bastards". Enfin me concernant, il est hélas trop tard ou presque. Certes, ça fait plaisir, surtout "Too Many Puppies", mais la partie Chocolaterie a eu raison de mon attention.
Le reste du public, constitué en majorité d'habitué du groupe et quant à lui chauffé à blanc par ce final explosif, réclamera avec enthousiasme un second rappel. En vain. Sans doute eux savaient ce que vaut vraiment le trio sur scène.

En rentrant, je croise Jean Roucas dans le métro. Et je me prends à regretter qu'il ne soit pas venu nous gratifier de quelques uns de ses légendaires "grouik grouik" pendant la 2ème partie. Cruelles espérances.


Pas mal   13/20
par Francislalanne


  Setlist :

Those Damned Blue-Collar Tweekers
Last Salmon Man
Wynona's Big Brown Beaver
American Life
Over the Falls
Lee Van Cleef
My Name Is Mud
Jerry Was a Race Car Driver

Primus and the Chocolate Factory with the Fungi Ensemble :
Hello Wonkites
Candy Man
Cheer Up Charlie
Golden Ticket
Lermaninoff
Pure Imagination
Oompa Augustus
Semi-Wondrous Boat Ride
Oompa Violet
I Want It Now
Oompa Veruca
Wonkmobile
Oompa TV
Farewell Wonkites
>>>>
Too Many Puppies
Here Come the Bastards


Proposez votre chronique !





Recherche avancée
En ligne
152 invités et 1 membre :
Pab
Au hasard Balthazar
Sondages
Si tu ne pouvais en ressusciter qu'un ?


The Minutemen
Nirvana
Elliott Smith
Morphine
The Ramones
Joey Ramone
Jeff Buckley
Vic Chesnutt
Jay Reatard