Ty Segall

Lemons

Lemons

 Label :     Goner 
 Sortie :    mardi 14 juillet 2009 
 Format :  Album / CD  Vinyle   

26 minutes. 12 titres.

12 titres dans lesquels Ty & ses compères nous déversent ce rock tellement crade, tellement garage, qu'il rend forcément addict dès la première écoute.
La facilité n'enlève rien à l'énergie, avec cette satanée science de la mélodie imparable, cette rythmique qui ferait taper du pied à un myopathe (n'est ce pas Etienne ?).
"Johnny", "Can't Talk", des purs moments de bonheur, des micro capsules de moins de 2 minutes, une reprise du Captain Beefheart pour compléter l'affaire, et vous avez là un des disques les mieux troussés de 2009, dans le genre accessible, facile, qui plairait au plus grand nombre, sans tomber dans le mainstream...
Quelques instrumentaux de-ci de-là, des petites fleurs fêlées ("Rusted Dust"), mais c'est vraiment cette énergie, ce son qui parfois (allez-y, jetez moi la pierre) me fait penser à Nirvana (l'intro de "Die Tonight" par exemple), forcément, en live, un blondinet avec des cheveux dans la gueule, qui tabasse sa guitare...
Si Kurt avait été insouciant & heureux, il s'appellerait Ty Segall.
Mais faut pas déconner, c'est juste un p'tit mec qui s'est gavé de rock et roll, comme vous, comme nous, comme lui.
C'est déjà fini... Mais vu la productivité du type, il y a tellement d'autres titres à se mettre sous la dent.


Très bon   16/20
par X_Lok


Proposez votre chronique !







Recherche avancée
En ligne
101 invités et 1 membre :
R.i.p Auckward
Au hasard Balthazar
Sondages
Finalement, au vu des projets nés après leur désunion, vous êtes très content qu'ils aient splité:


At The Drive-In
Atari Teenage Riot
Big Black
Black Flag
Diabologum
Faith No More
Fu Manchu
The God Machine
The Murder City Devils
Refused