LCD Soundsystem

This Is Happening

This Is Happening

 Label :     DFA 
 Sortie :    lundi 17 mai 2010 
 Format :  Album / CD  Vinyle   

Que ce fut long, ces trois années d'attente, depuis le sublime Sound Of Silver. Il y a bien eu quelques remixes intéressants, un "Big Ideas" plutôt sympa et un "Bye Bye Bayou" suicidaire. Mais là, ça y est quoi! C'est le nouvel album, le dernier selon Murphy...
A la première écoute intégrale du machin, une chose frappe : James Murphy chante enfin réellement, décomplexé, sur de lui même. Bien sûr, il faut voir dans ses falsetti sur la corde raide une bonne dose d'humour et de second degré. Rien de nouveau chez le bonhomme...
On soupçonnait le James d'être un indécrottable geek, fan absolu de musique, génial copieur pour les uns, honteux voleurs pour les autres. La deuxième écoute, plus attentive, vient appuyer encore plus fort là où ça faisait déjà très mal. Je ne sais pas s'il faut voir dans ce jusqu'au-boutisme un ultime clin d'oeil du new-yorkais à tous ceux qui le taxent d'opportuniste, ou plus simplement, la dernière offrande d'un humble amateur de musique, fou d'amour et totalement dévoué à son art.
Du coup, tous ceux qui ont adoré les deux premiers efforts du groupe peuvent sauter les yeux fermés sur celui-ci, les autres ont tout intérêt à passer leur chemin.
Sous forte influence Bowie/Eno 77-83, les chansons sont quasiment toutes excellentes. Gageons que les peine à jouir trouveront encore des ressemblances, taxeront ce bon vieux Murphy de pâle copieur... Ils auront raison, il ne s'en cache même pas. Il faut seulement voir dans ces chansons très référencées le savoir-faire d'un artisan passionné, d'un érudit qui rend hommage aux glorieux anciens. Il suffit juste d'écouter ces chansons pour ce qu'elles sont : des petits plaisirs coupables qui se prennent pour des chefs d'oeuvre.
Un rapide tour du proprio s'impose : le single "Drunk Girls", sous perfusion "White Light/White Heat", fait son boulot, sans plus. Tout le monde aime "Heroes" de Bowie ? Bien sûr, James Murphy aussi. "All I Want" peut en attester, et de très belle manière. Ne vous inquiétez pas, Iggy est dans le coin aussi! Un nouveau "Nightclubbing" pour le millénaire ? "Somebody's Calling Me" pour tout le monde. Un "Pow Pow" plus classique, où le grand rouquin retente son phrasé à la "Losing My Edge". "One Touch" est très branchée Eno, qui s'en plaindra? "I Can Change" déborde de synthés vintage et le chant est plus que jamais assumé. Magnifique. "Home" vient conclure sublimement un album où les chansons dépassent presque toutes les six minutes.
Mais avant ça, LCD Soundsystem nous met la baffe intégrale. Murphy nous sort, en ouverture s'il vous plait, le track killer qui met toute la concurrence à genou. "Dance Yrself Clean", grandiose, magistrale, est une énorme claque. Les huit autres chansons auraient pu n'être que d'immondes choses, l'album m'eut paru génial. Ces neuf minutes sont du niveau des illustres "Losing My Edge", "Beat Connection" et autres "All My Friends". C'est dire...
Vous l'aurez compris, ce nouveau chapitre LCD n'apporte pas la révolution, tout ce que vous adoriez avant est là à nouveau. Mais quel bonheur !!! Ce disque tourne en boucle dans ma caisse depuis des semaines. Je ne m'en lasse pas. Et tant pis si c'est la dernière fois...


Excellent !   18/20
par Loc173


Proposez votre chronique !







Recherche avancée
En ligne
285 invités et 0 membre
Au hasard Balthazar
Sondages
Si tu ne pouvais en ressusciter qu'un ?


The Minutemen
Nirvana
Elliott Smith
Morphine
The Ramones
Joey Ramone
Jeff Buckley
Vic Chesnutt
Jay Reatard