Iggy Pop

Préliminaires

Préliminaires

 Label :     Astralwerks 
 Sortie :    lundi 25 mai 2009 
 Format :  Album / CD  Vinyle   

Il est peut-être temps de rappeler qu'Iggy Pop n'a jamais été un dieu vivant. C'est vrai il y a eu les Stooges et quelques bons albums en solo, mais de là à parler de réussite totale...

L'Iguane se fait vieux, et après un quatrième Stooges à s'éventrer à l'éclat de verre d'une 33 Export (l'arme du pauvre) et le décès de feu l'incandescent Ron Asheton, on peut comprendre qu'Iggy Pop ait eu envie de changer d'air. Il disait en avoir marre au bout de tant de temps de ces guitares rugissantes.
Quoi de mieux alors qu'un retour à la tranquillité, à l'album solo perdu sur son île ? Le grand Pop effectue sa mue, et parmi l'océan des possibles il sélectionne l'aventure jazz ! Après tout, pourquoi pas !

Mais là où ça se gâte c'est que la bête calmée semble aussi vivante qu'un grand lion sous anesthésiant et qu'on finit bien vite par s'ennuyer alors même que l'album commence ! Iggy Pop entame les "Les Feuilles Mortes" (une reprise de 40) en français dans le texte et ça calme. Les 5 premiers morceaux vont être de la plus grande souffrance, à intérioriser difficilement. Le chant est sans énergie, mort comme les feuilles, et les musiques d'accompagnement ne sont qu'un ersatz de jazz. Pop à défaut d'imiter les plus grands du genre endort et se fait aussi intéressant que de la variété française. Il montre aussi qu'il n'a pas de grande voix et qu'il lui vaut mieux crier pour se faire bien entendre.
A ma grande surprise cette catastrophe va prendre une nouvelle tournure et de bonnes choses vont apparaître. Certes, ce n'est pas brillant, et les paroles insipides et naïves inspirées par l'écrivain de SF raté et névrosé Michel Houellebecq n'aident pas. Pourtant, La Possibilité D'une Île est l'occasion de reprendre du poil de la bête : "Nice To Be Dead" fait revenir quelques énervements de la guitare et il est bien agréable d'écouter l'Iguane raconter ses histoires sur "Party Time", "He's Dead / She's Alive" ou la très bizarre "A Machine For Loving". La musique s'emballe un peu, on n'attendait que ça, mais...

L'album finit à plat comme il a commencé. Pour autant, Iggy Pop a le mérite de se diversifier, de chercher le changement et si quelques morceaux ont en eux du positif il vaudrait mieux oublier ces Préliminaires et passer enfin à l'Acte. La libido en berne. Hopelessly.


Sans intérêt   8/20
par UpToTheSkies


Proposez votre chronique !







Recherche avancée
En ligne
168 invités et 0 membre
Au hasard Balthazar
Sondages
Si je vous dis beauté féminine vous me répondez ?


Elysian Fields
Emily Haines
Emiliana Torrini
PJ Harvey
Mazzy Star
Blonde Redhead
Cat Power
Peaches