The Church

Forget Yourself

Forget Yourself

 Label :     Cooking Vinyl 
 Sortie :    mardi 03 février 2004 
 Format :  Album / CD   

Forget Yourself est le 13e album de The Church. Les Australiens ont eu le temps de s'éloigner de leur post-punk originel mâtiné de rock psychédélique et de pop sixties, qui en faisait l'un des groupes les plus passionnants des années 80. La fougue juvénile, la brillance des guitares et des mélodies, le jingle jangle, sont oubliés depuis une éternité.
Le groupe a depuis très longtemps cessé de courir après le succès. Succès qu'ils frôlèrent en 1988 avec leur célèbre hit (utilisé dans plusieurs films) "Under The Milky Way". Ils se contentent de leur statut de groupe culte. Ou plutôt, ils font ce qu'ils ont envie de faire. Et le label indépendant anglais Cooking Vinyl le leur permet. Combien de groupes peuvent se targuer d'une telle indépendance artistique et d'une telle absence d'ambition commerciale après une si longue existence ?
Alors bien sûr, le groupe, comme sur les trois albums précédents, n'accouche pas d'un chef-d'œuvre, d'un nouveau Priest=Aura (1992) qu'on aura attendu en vain depuis tant d'années. Mais le groupe a su imposer et garder un nouveau style, plus tourné vers les 60's, et, surtout, les 70's. La photo au verso de l'album aurait d'ailleurs tout aussi bien figurer sur une pochette de disque de 1974. L'identité et le son du groupe sont bien assurés, même si la nostalgie – assumée – y a sa place.
Forget Yourself est plus homogène que ses trois prédécesseurs, aucun morceau faible mais aucun qui se détache vraiment. Plus dense aussi, moins étiré, moins climatique, avec des guitares plus rock. Le laps de temps depuis la sortie du dernier album est d'ailleurs court, et on devine que celui-ci a été enregistré dans une urgence relative. Toutefois, le ton est presque aussi apaisé que sur les trois précédents opus, et repose davantage sur des ambiances que sur de vraies chansons. Du moins, on ne trouvera pas sur Forget Yourself de chansons à l'évidence pop que l'on apprécie et retient immédiatement. Les couleurs ne sont plus vives, elles sont passées, sinon ternes. La fraicheur de la jeunesse a laissé place au charme de la maturité. La musique du groupe ne déchaîne plus la passion, mais est rassurante et se laisse aimer sur le long terme.


Sympa   14/20
par Gaylord


Proposez votre chronique !







Recherche avancée
En ligne
271 invités et 2 membres
Toitouvrant
Interpolian
Au hasard Balthazar
Sondages
Levé du mauvais pied, je suis plutôt "réac'n roll" : Ras-le-bol...