Boards Of Canada

Aquarius

Aquarius

 Label :     Skam 
 Sortie :    lundi 05 janvier 1998 
 Format :  Maxi / Vinyle   

"Aquarius" est l'un des plages les plus accessibles de Music Has The Right To Children, mais si elle s'apparente au moment tubesque de l'album, elle est aussi et surtout l'une des compositions les plus étranges et envoûtantes du duo jusqu'alors. Croisement instrumental shooté de hip-hop et de funk au ralenti soutenu par une ligne de basse au groove irrésistible, le morceau est en outre constitué de samples en complet décalage, à commencer par les voix. Trois voix, donc, qui se répondent en rythme, et qui redémarrent inlassablement en début de mesure. Une voix d'homme qui répète "Our Age" ou quelque chose comme ça, celle d'une femme qui lui répond "Our Age", et des voix superposées de la même gamine qui, tout en se multipliant, conclut par un "Yeeeaaaah, That's Right!". Au-dessus de cette atmosphère toute guillerette plane un parfum d'étrangeté et de malaise, comme si cette légèreté n'était qu'une publicité en phase terminale d'éffritage. Impossible de ne pas penser à la pochette de l'album qui va suivre et sur lequel figurera ce titre, à cette photo de famille privée de visage, et donc d'identité. Ce "dialogue" à trois voix, comme la famille, est déshumanisé, car privé d'objet auquel il se réfèrerait. Ainsi naît l'absurde, mais une absurdité inquiétante. Imaginez la vidéo fantasmée pour un tel morceau : La famille White est en vacances sur une plage ensoleillée, maman fait des mots croisés, et parce qu'elle s'emmerde elle se met à compter d'une voix d'hôtesse de l'air le nombre de personnes en train de cramer autour d'elle, s'emmêle tranquillement les pédales dans les chiffres et finit par aboutir à un non-sens qui ne semblera drôle et logique qu'aux français : "Sixty-ten". Titre d'un autre morceau de Music Has The Right To Children d'ailleurs. Comme quoi tout se rejoint, et la bizarre fascination du duo pour les chiffres ne prend toujours pas son sens.

Je ne passerai pas autant de temps sur la face B, juste pour dire un petit mot de ce "Chinook", qui ne représente pas vraiment Boards Of Canada, mais plutôt renvoie à une certaine violence rythmique proche des compos d'Aphex Twin vers 95. Sons crades de rigueur, ambiance survoltée et sombre, moment efficace.

Ce petit vinyl de deux titres est sorti peu de temps avant "Music Has The Right to Children", et sa version physique est très rare, car limitée à 500 copies. Au delà de sa valeur en tant qu'objet de collection, elle vaut le détour pour le plaisir d'écouter "Aquarius" avec le son vinyle, et pour découvrir un inédit franchement bien foutu.


Excellent !   18/20
par Sam lowry


Proposez votre chronique !







Recherche avancée
En ligne
182 invités et 0 membre
Au hasard Balthazar
Sondages
À quoi te fait penser le design actuel du site?