Broken Social Scene

Feel Good Lost

Feel Good Lost

 Label :     Noise Factory 
 Sortie :    dimanche 03 juin 2001 
 Format :  Album / CD  Vinyle   

On est 1999 et la scène de Toronto voit un nouveau groupe fleurir sur ses bancs : Broken Social Scene, né autour de Brendan Canning et Kevin Drew. Ces deux anciens membres de By Divine Right se mettent à leur compte et s'entourent de quelques amis musiciens pour mettre en formes leurs premiers essais à savoir Justin Peroff , Charles Spearin de Do Make Say Think mais aussi cofondateur de KC Accidental avec Kevin Drew, et Bill Priddle ancien Treble Charger.

Deux ans plus tard, Feel Good Lost apparaît discrètement et dévoile les suites de ce choc des genres, qui dépasse le propre entendement de chacun de ses acteurs. En douze titres, les cinq canadiens s'inspirent tous de ce qu'ils ont fait auparavant et diffusent un post rock atmosphérique évanescent et ambiant, tout en gardant une approche très expérimentale. Cette combinaison novatrice si parfaite et pourtant assez hétérogène est en ce sens incroyablement réussie. Dès "I Slept With The Bonhomme At The CBC" on a affaire à une effervescence de sonorités (comme ces voix sur "Stomach Song") et de couleurs radieuses. La pop y est baroque, gaie ("Alive In 85" et ses cuivres aux anges) voire carrément jouissive et prend un malin plaisir à nous exhiber des images paradisiaques de ce que donne une parfaite harmonie entre un ensemble de cordes flottant d'une densité duveteuse. Toujours plus intrépides, les artistes ne manquent pas d'incruster leurs compositions de nappes d'orgue aérienne sur "Passport Radio" ou d'un violon faussement novice sur "Moosbraker", avec une ambition toujours aussi esthétique et éthérée. Le résultat est sublime et ne flanche pas une seconde. Difficile de décrocher lorsqu'on est si bien accueillis et comblés.

Bien que "Guilty Cubicles" ou l'exceptionnelle dernière "Cranley's Gonna Make It", festival d'instruments, marquent les esprits de leur fraîcheur et leur exultation, ce premier disque est passé plutôt inaperçu. On retiendra cependant que cette rencontre inopinée est à l'origine d'une nouvelle musique et surtout d'une nouvelle façon de l'aborder. En effet, l'effectif a commencé à se compléter dès que les membres initiaux ont compris qu'il leur serait impossible de jouer à eux seuls leur album sur scène. Feel Good Lost ou comment un collectif est né...


Exceptionnel ! !   19/20
par TiComo La Fuera


  Note du rédacteur : Ce n'est qu'en février 2004 que le disque a été distribué aux Etats-Unis chez Arts & Crafts, et en 2007 qu'il fut pressé en vinyle sur ce même label.


Proposez votre chronique !







Recherche avancée
En ligne
92 invités et 0 membre
Au hasard Balthazar
Sondages
Selon vous, quel intérêt les side-projects offrent-ils au rock indé ?