Bonobo

Dial M For Monkey

Dial M For Monkey

 Label :     Ninja Tune 
 Sortie :    mardi 17 juin 2003 
 Format :  Album / CD  Vinyle   

Sans aucun doute prodige de l'écurie Ninja avec son camarade Kid Koala, Bonobo propose un downtempo riche, précis et racé. Dial M For Monkey succède à Animal Magic, pas moins excitant. Pour résumer rapidement sa musique, il pourrait être le compromis entre Amon Tobin et Boards Of Canada.
Simon Green excelle dans la tâche du mix fluide (voir son mix "Solid Steel"), et mélange les bases de trip-hop avec une pointe de jazz, le tout groovy à souhait.
Tout au long des 9 titres qui composent l'album, l'exploit de Bonobo est d'entretenir une espèce de tension, comme si sa musique était composée sur le fil. Il a le talent de nous entraîner dans différentes ambiances, un peu comme une longue ballade avec lui, tout au long de son album. Le travail mélodique du mix reste de grande facture, tandis que sa technique reste de haut niveau ("Pick Up", "Flutter", "Nocturary" resteront des indispensables !).
Sans grands changements vis à vis de son prédécesseur, Dial M for Monkey proposera quand même un bon CD d''abstract/downtempo' avec beats et mélodie ultra efficace, teinté de mélancolie.
Une bonne porte d'entrée au catalogue très fourni du label Ninja.


Très bon   16/20
par Reznor


 Moyenne 16.50/20 

Proposez votre chronique !



Posté le 02 août 2007 à 15 h 27

Annoncé, grâce à sa pochette à fenêtres, comme un successeur logique à Animal Magic, Dial M For Monkey ne mérite pas en réalité d'être l'objet d'une telle comparaison. Pas radicalement moins bon, ce deuxième vrai album semble simplement s'adresser à d'autres humeurs, à d'autres émotions... Alors que son tout premier opus distillait des atmosphères très intimistes, très prudentes voire réellement mélancoliques, Dial M For Monkey se contente de partager, grâce à une toute petite dizaine de compositions, quelques banalités du registre trip-hop. Des compositions aux airs parfois un peu faciles, ce qui facilitent bien souvent grandement l'accès au genre (disque d'ailleurs vivement conseillé pour se lancer dans Bonobo), mais également un tout petit nombre de perles égarées. Ainsi, par exemple, "Noctuary" apaise dès les tout premiers instants, grâce à une simple lignée de beats assommantes, et "D Song" propose des sonorités (pourtant évidentes) de rythmique totalement novatrices. Toujours quelques élans de génie indéniables ici et là donc, pour un disque globalement un poil moins bon que le précédent.
Mais bon, ne crachons pas dans la soupe trop vite : hautement recommandé de toutes manières.
Parfait   17/20







Recherche avancée
En ligne
130 invités et 1 membre :
Blackcondorguy
Au hasard Balthazar
Sondages
Fermez les yeux, je vous dis "Musique", vous voyez :