Deus

My Sister = My Clock

My Sister = My Clock

 Label :     Island 
 Sortie :    avril 1995 
 Format :  Maxi / CD  Vinyle   

My Sister Is My Clock est le meilleur moyen de comprendre pourquoi la troupe d'Anvers s'est toujours revendiquée dans l'héritage du vénérable Captain Beefheart. Ils partagent le même goût du grand n'importe quoi arty qui, par un grand miracle (parfois un hasard avouons le) donne des mélodies, voire de vraies perles. Cet album sonne le début d'une période où le Groupe, après le succès belge de Worst Case Scenario, est noyé dans une grande confusion au milieu de side projects en tout genre (citons l'excellent Kiss My Jazz, ou apparaisse un peu tous les membres passés et futurs du Groupe sauf Barman).

Tout s'oppose ici à la carrière plus ‘commerciale' (toute proportion gardée) que le groupe entreprendra après cet enregistrement : ici il n'y a qu'une plage de 25 mn où se succèdent des voix chantant en respirant de l'hélium, des martelages de piano, des cloches, toutes sortes de guitares désaccordées, des boites à rythme saturées, un accompagnement cacophonique de flûte à bec, des jouets, quelques larsens à droite à gauche, des samples en tout genre comprenant un conte en ukrainien, un monologue d'ivrogne espagnol et pour finir une comptine chantée par la nièce de Rudy Trouvé.

Pretencious wanking ? (Branlette prétentieuse, ce que d'aucun avait dit à l'époque). Oui, peut-être, mais le résultat est tout simplement génial d'inventivité.


Excellent !   18/20
par LaMeuleAViande


 Moyenne 19.00/20 

Proposez votre chronique !



Posté le 21 janvier 2011 à 19 h 37

My Sister = My Clock serait d'abord sorti en édition limitée avant de connaître une sortie plus générale sous la pression des fans. Alors manifeste de l'underground anversois à l'incroyable créativité ? Foutage de gueule généralisé ? Personnellement j'opte pour la première possibilité tant ce disque fou m'a marqué d'une façon irrémédiable. On connaissait depuis Worst Case Scenario le penchant de dEUS pour les expérimentations. Un autre pas, plus grand encore, est franchi ici. En fait on ne peut sans doute même pas aller plus loin tant le groupe belge semble ici inventer un nouveau langage musical. Collages géniaux de voix et de mélodies surprenantes et belles émergeant de la cacophonie générale. Il ne me semble pas qu'un jour un groupe de rock ait poussé aussi loin le rock foutraque en ayant sorti une telle merveille. Bien sûr mieux vaut éviter d'écouter l'album d'une traite après avoir consommé des substances illicites, le risque de bad trip en serait alors renforcé. A la fin de ces 25 minutes jubilatoires, juste après la petite comptine, une voix d'ivrogne espagnol nous lance un "gracias", comme pour nous remercier d'avoir fait l'expérience. Peu après Rudy Trouvé et l'androgyne Stef Carlens quitteront le navire. Plus jamais (à l'exception de In A Bar Under The Sea), la troupe d'Anvers ne tutoiera le génie de My Sister = My Clock.
Intemporel ! ! !   20/20







Recherche avancée
En ligne
179 invités et 0 membre
Au hasard Balthazar
Sondages
Combien dépensez vous par mois pour vos disques