The Afghan Whigs

Black Love

Black Love

 Label :     Elektra 
 Sortie :    mardi 12 mars 1996 
 Format :  Album / CD   

Dans les années 90, les Afghan Whigs sortirent au moins 2 grands disques : Gentlemen en 1993 et Black Love en 1996. Ce dernier est très bien écrit, sans faute particulière, et bénéficie de quelques chansons exceptionnelles.

On peut notamment citer un "Going To Town" d'envergure qui nous rappelle à quel point Greg Dulli, dans ses bons jours, était un des meilleurs songwritters de l'époque. De même, le single "Honky's Ladder" est particulièrement incisif, et les guitares très présentes donnent au titre une atmosphère ici davantage poisseuse. "Summer's Kiss" persévère avec succès sur la voie rock des deux titres précédemment décrits.
Avec "Double Day" et "Blame", on se retrouve dans des passages d'un roman noir où la colère, l'alcool, et le mensonge développent leur influence respective. Deux belles réussites démontrant l'étendue du répertoire des Américains, avec des accords qui accrochent immédiatement.
L'album ouvre également ses portes à des titres plus calmes comme les très beaux "Night By Candlelight" et "Faded" (qui clôture le disque) dans lesquels les violons, voire un orgue, viennent accompagner l'émotion contenue dans la voix de Dulli. De même, "Step Into the Light" rappelle les influences soul du groupe.

Les Afghan Whigs n'ont probablement pas eu la reconnaissance qu'ils méritaient durant leur carrière ; il reste donc quelques disques comme ce Black Love pour découvrir -ou redécouvrir- leur talent ...


Très bon   16/20
par Wolrel


 Moyenne 18.00/20 

Proposez votre chronique !



Posté le 05 janvier 2009 à 22 h 52

Je me souviens d'une phrase de la critique des Inrocks à l'époque: "Ce ne sont pas les Afghan Whigs et ce n'est pas leur 4ème album."
Et c'est vrai que cet album est un diamant noir inégalé (de très loin) dans leur discographie.
La production est magnifique; la musique se met en place progressivement, les instruments se rajoutant les uns aux autres, formant un mur du son impressionnant. La (les) guitare(s) est omniprésente, avec très souvent une ligne de guitare continue dans les accalmies qui maintient la tension d'un bout à l'autre de l'album. La rythmique terriblement efficace est souvent d'inspiration soul. Enfin, la voix de Greg Dulli, intense, qui chante avec ses tripes et son coeur, et qui chante faux! Et cette voix décalée, comme écorchée, est un apport immense au charme et à la beauté de cet album!
Toutes les chansons sont magnifiques, et chacun aura ses petites préférences. A mes oreilles et à mes tripes, il y a une chanson qui arrive encore à se hisser au dessus de toutes ces merveilles, c'est Bulletproof; il faut écouter le final où Greg hurle de toute son âme "LOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOVE!!!!!!!!!" suivi du mur d'instruments, tous joués à fond... proprement immense.

Cet album forme un tout, comme des séquences d'un polar. C'est le disque le plus inusable que j'ai écouté jusqu'ici; je n'ai quasiment écouté que lui, des centaines de fois, pendant des mois sans m'en lasser.

Comparé à leur album précédent et suivant je ne vois que "My Curse" de Gentlemen, et 2-3 chansons de 1965 qui arrivent à une telle beauté (dans des styles un peu différents).

Je mets 20/20 pour l'intemporalité mais pas pour la perfection car la perfection n'existe pas (ou l'inverse, ce qui revient au même...).
Intemporel ! ! !   20/20







Recherche avancée
En ligne
255 invités et 0 membre
Au hasard Balthazar
Sondages
Si je vous dis beauté féminine vous me répondez ?


Elysian Fields
Emily Haines
Emiliana Torrini
PJ Harvey
Mazzy Star
Blonde Redhead
Cat Power
Peaches