A.S Dragon

Va Chercher La Police

Va Chercher La Police

 Label :     Tricatel 
 Sortie :    mardi 10 mai 2005 
 Format :  Album / CD   

Avec Va Chercher La Police, A.S Dragon ne nous propose rien d'autre qu'un disque de pop, ce que souligne d'ailleurs Patrick Eudeline (voilà au moins un point sur lequel nous sommes d'accord !); "pop" dans le sens le plus large et le plus noble du terme: à savoir des couplets entraînants annonçant des refrains, finalement très simples, mais efficaces, des accélérations bien senties et salutaires... le tout bénéficiant de la touche "Tricatel".

Servi par une production irréprochable (et même trop lisse et trop propre ?), A.S. Dragon semble avec ce second album vouloir justifier tous les espoirs que l'écurie Tricatel porte à leur égard et qui fait d'eux, à l'heure actuelle, le groupe phare du label de Burgalat. Partisan d'un son de guitare mordant et accrocheur, le quintet français dévoile ici un sens mélodique indéniable employé au service de refrains tantôt fédérateurs tantôt plus calmes et doux. Soutenu par l'efficace single "Comme Je Suis", A.S Dragon semble être "condamné" à connaître un succès moins confidentiel que pour leur précédent Spanked.
Si la majorité des compositions de Va Chercher La Police baigne au sein d'une fraîcheur transpirante, certains titres se révèlent beaucoup moins excitants. Ainsi, "Seules A Paris", par exemple, suscite plus l'ennui que l'exaltation, et "Naufrages De L'Ombre", qui se veut vaguement vaporeux et atmosphérique, s'expose à provoquer l'éveil d'un embarras encombrant.

Ce second album d'A.S Dragon s'inscrit au final parfaitement dans le sillon pop creusé par Tricatel, mais on ne peut pourtant s'empêcher de penser que le groupe français aurait tout à gagner à bénéficier d'un son plus sale, plus urgent, moins réfléchi... plus "rock" en somme !


Passable   11/20
par X_Jpbowersock


 Moyenne 15.00/20 

Proposez votre chronique !



Posté le 24 juin 2005 à 18 h 45

Le quintette venu de Paris prend de l'ampleur et son envol avec Va Chercher La Police, un album qui lui permet de poser son style et sa nouvelle personnalité attachante. Heureusement, il se distingue de Spanked tant dans la qualité des morceaux que dans leur originalité.

Spanked, c'était en effet, un condensé simplement "pas mal" du talent du groupe, un talent surtout submergé par la quantité d'influences qui pesait sur leur tête de musiciens. Les Stranglers, Iggy Pop, les Cure sont évidemment présents -impossible de s'en laver totalement- mais juste en arrière-plan, de façon très légère, quasi indiscernable.
Va Chercher La Police est une surprise bien trouvée, rien que par son titre. Qui, après avoir écouté leur première production rugissante, après avoir assisté à leurs concerts virulents pouvait s'attendre à une telle apparition de mélodies résolument pop, de doux claviers et d'une tendance électronique enivrante ? Personne. Peut-être que même eux ne pensaient pas arriver jusqu'ici.
Le tournant n'est vraiment pas rude; le virage est bien pris, à vitesse modérée. Pas de quoi alerter la police. Aucune faute à sanctionner en perspective. Au contraire.

Les chansons sont travaillées, soignées, comportent des textes très littéraires, très poétiques, plus implicites. Plus Françaises.
Même si A.S. Dragon a opté pour un nouveau son, plus joyeux, il reste beaucoup de sa violence dans les mots et beaucoup d'esprit féminin dans les lignes. Il suffit d'écouter avec attention les paroles de Natasha (qui s'est entourée également de l'écrivain Virginie Despentes et d'Elisabeth Barillé pour l'écriture) afin de constater le degré d'hystérie,de furie et de tristesse qui règne au sein de la musique d'A.S. Dragon ("Je suis morte au petit jour" , "Morte").
Va Chercher La Police apporte un trouble indescriptible, probablement dû au jeu d'oppositions entre l'apparent et le suggéré. A chaque fois que l'on croit tenir dans ses mains le caractère d'A.S. Dragon, on le perd, il nous échappe, comme une poignée de sable. Natasha, adopte une ambivalence certaine qui apporte notamment un mystère séduisant autour du quintette. Malgré cela, leur composition sait également nous faire danser, nous faire rêver, comme si la brutalité n'avait jamais été.

Va Chercher La Police a donc un côté face et un côté pile équivalents, qui permettent à A.S. Dragon de continuer dans cette lignée basée sur le paradoxe et l'incertitude.

Admiration et fierté sont les émotions que j'ai ressenties en sortant le disque de ma chaîne et en le rangeant précieusement dans sa boîte. A.S. Dragon est une perle décapante à ne pas bousculer. Une petite perle qui apportera beaucoup à la musique hexagonale.

Si Natasha est, elle, "sur le fil, caméléon" ("Comme Je Suis"), nous, nous avons dans nos mains le fil d'Ariane nous permettant de trouver quelque chose à quoi accrocher nos espoirs.
Très bon   16/20



Posté le 07 juillet 2006 à 11 h 31

Le second album de AS Dragon est beaucoup plus calme et posé. Plus pop que rock en fait. Et ce malgré certains passages plutôt furieux ("Morte", "l'Alchifumiste"). Ceci est dû notamment à la mise en avant des synthés et à la mise en retrait corrélative des guitares ("Plastic Hooker", "I Wanna Be Your Doll").

C'est donc un changement de cap pour le groupe qui dévoile ses penchants eighties. Mais heureusement les travers de cette époque sont évités, la batterie est toujours aussi tranchante et efficace ("Corrine"). Ceci donne donc un disque assez différent du premier même si les paroles, l'un des nombreux points forts du groupe, sont toujours à la limite du poétique/incompréhensible et du réalisme/terre-à-terre ("Seules A Paris", "Cloue-moi Au Ciel").

Le groupe a donc délayé son rock au point d'aboutir à un son pop, exercice casse-gueule dont ils se tirent avec réussite.
Excellent !   18/20







Recherche avancée
En ligne
468 invités et 0 membre
Au hasard Balthazar
Sondages
On vient de te dire que le morceau que tu as encensé est l'œuvre du groupe que tu conchies le plus