The Black Angels

Death Song

Death Song

 Label :     Partisan 
 Sortie :    vendredi 21 avril 2017 
 Format :  Album / CD  Vinyle   

Durant les quatre années qui séparent ce Death Song et le précédent Indigo Meadow, The Black Angels n'ont pas été inactifs. Christian Bland a sorti son troisième album avec The Revelators, un split avec Chris Catalena And The Native Americans, Nate Ryan, qui est parti avant Indigo Meadow vers d'autres aventures (il a enregistré l'album de Old Testament avec Jason Simon de Dead Meadow notamment) il s'est fait remplacé par Jake Garcia, et Alex Maas a fait un p'tit tour en solo, nous faisant découvrir par la même occasion le Taishogoto, un bien étrange instrument.
Mais il était temps qu'ils se remettent à jouer ensemble, forts de ces expériences, pour nous offrir de Death Song, joli clin d'oeil quand on sait que le nom du groupe vient du titre du Velvet Underground, "The Black Angel's Death Song".

Aucun doute possible dès les premières secondes de "Currency", on sait où on est. Ce son, cette patte, la ferveur des premiers albums est de retour, une sorte de psychédélisme sombre, influencé par eux même. Après quatre albums, il n'est plus possible de sortir le namedropping propre à ces groupes du revival psyché du début 2000. Ils sont reconnaissables entre tous, droits dans leurs bottes toujours avec ces titres alambiqués, tout est à sa place.
Avec sa pochette propre à rendre dingue n'importe quel daltonien épileptique sous lsd (oui, il cumule le pauvre, mais ça peut arriver), Death Song est superbement produit, chaque instrument nous parvient, aucun ne se fait écraser par l'autre, même la voix d'Alex n'est pas en avant, elle se laisse volontiers déborder par les guitares & leurs effets, quand elle n'est pas presque seule, presque plaintive ("Half Believing"), ou grave sur "Estimate". Le groupe gère tout aussi les attaques qu'on se prend dans le coin de la tronche, pour mieux se faire embarquer par le flux sonore, provoquant des convulsions de plaisir chez l'auditeur habité. Comment résister à "Comanche Moon" & ses changements de rythmes emplis de vices, à l'attaque géniale de "Hunt Me Down", aux circonvolutions de "I Dreamt" ? The Black Angels se renouvellent tout en restant les mêmes, on les sent ivres d'expérimentations soniques & rythmiques, comme ce petit maracas sur "Hunt Me Down" à peine perceptible, mais une fois qu'on l'a chopé on n'entend plus que lui. C'est ce genre de petits détails, l'addition de chaque membre qui fait le son du groupe, et pas juste Christian Bland & Alex Maas comme on pourrait injustement le penser. Chaque titre mérite que l'on s'attarde dessus, le creuser jusqu'à percevoir les racines, en saisir les petits riens pour jouir pleinement de cet album. On se laisse porter par les différentes intentions développées, comme sur le véritable tube en puissance "Medecine" et son gimmick à l'orgue, le laboratoire expérimental qu'est "Death March" avec sa basse qui mène le sabbat.

Quelle meilleure manière de clôturer ce Death Song avec "Life Song", belle pirouette avec ce magnifique titre, presque inhabituel, conclusion parfaite pour un disque qui ne l'est pas moins. On l'aura attendu ce cinquième album, et le moins que l'on puisse dire, c'est qu'il est clairement à la hauteur. S'il vous séduira dès la première écoute, il vous enchantera un long moment, sans vous lasser, avec sa tracklist intelligemment construite, sans la moindre faute de goût.


Excellent !   18/20
par X_Lok


Proposez votre chronique !







Recherche avancée
En ligne
194 invités et 0 membre
Au hasard Balthazar
Sondages
Fermez les yeux, je vous dis "Musique", vous voyez :