Electrelane

Paris [Elysée Montmartre] - vendredi 07 octobre 2005

 Electrelane
Qu'est ce que ça donne 4 jeunettes sur scène, avec leur pop bizarre, métronomique, teintée d'un peu de lyrisme bon genre et de charme anglais dans le genre tea time avec un nuage de lait ?

Ca donne Electrelane, dans un Elysée Montmartre rétréci pour l'occasion. Et finalement ça envoi la poudre, avec quelques bemols.
Les premieres parties tout d'abord, mauvaises, dans le genre imposée par le tourneur, rien à faire là. La femme de Bashung et son guitariste (très fort lui) pour quelques semi noirceurs accousti-distordues. Manque un truc. En duo "Berlin", fort dispensable également, utilisant samples d'un walkman, avec les bips bips au passage, et moult pains durant leur electro bof prestation. Heureusement, on est pas venu pour eux.

Et voilà nos quatre mignonnes qui commencent à balancer sévère. Peut-être que les premières parties n'étaient là que pour mettre en abyme le manque de talent ... et la vrai folie douce qui habite ces demoiselles. Car de talent, elles n'en manquent pas, et leurs morceaux soufflent le frais dans les tympans. Accélérations et breaks, martèlement et plongées, riffs et rythmiques en exergue, et une voix dense à souhait. D'ailleurs cette chanteuse, pianiste, guitariste et saxophoniste est le métronome du groupe. Tout le monde est tourné vers elle pour les changements, et c'est elle qui se tape les plus belles envolées. Les sons sorties du piano font avec la rythmique post-Indochine et la guitare tapée un mélange maîtrisé et tout à fait fondant. On balance la tête dès la 2ème mesure.

Répertoire du dernier album, et surtout du plus péchu à mon goût The Power Out. Avec "Take The Bit Between Your Teeth" en dernière chanson du set et "On Parade" en rappel. Mention spéciale à la demoiselle guitariste, qu'on sent bouillir au fur et à mesure des morceaux : si elle ne se lâche pas encore complètement, de grands shows se profilent.
Les distorsions sorties et les rythmiques tapageuses sont impeccables, l'ambiance nous aurait presque survoltés si le public parisien, visiblement conquis, n'était pas resté si statique. Sans parler de la grande endive devant moi, trop occupé à prendre des photos pour profiter de la musique. Prendre des photos de concert ? Non, plutôt non.

En attendant, vive les petites anglaises ; d'ici peu elles nous mettront par terre !


Bon   15/20
par Spasme


Proposez votre chronique !





Recherche avancée
En ligne
157 invités et 3 membres
Pab
Blackcondorguy
Jacky Chiles
Au hasard Balthazar
Sondages
Slammez-vous pendant les concerts ?