Electrelane

Paris [La Plage Du Glaz'Art] - vendredi 22 juillet 2011

 Electrelane
Pleuvra? Pleuvra pas? Toute la journée cette question me taraude, scrutant les épais nuages à la recherche d'une éclaircie... Finalement le ciel a été clément, le sable bien humide tout de même, mais qu'importe!

J'arrive après la première partie, dommage, j'aurai bien voulu entendre ce que donne Mensch en live, ce sera pour la prochaine fois!
La feuille de match affichée près du bar indique "Electrelane : 20h30 - 22h" un vrai concert, pas un set de festival d'une cinquantaine de minute! Le temps de prendre un verre à la simili-paillotte, et je me dirige vers la scène, apercevant Verity & Mia caler leurs instruments.

Petit point capillaire indispensable, après ces quelques années d'absences:
Mia a toujours son petit carré, quoiqu'un peu plus clair peut être, plus féminine que jamais, Emma a les cheveux plus courts, mais garde toujours sa frange-mèche qu'elle remet en place après chaque morceau, Ros n'a pas changé, et Verity a laissé pousser ses cheveux comme au premier jour (enfin, comme au premier live auquel j'ai assisté plutôt, mon premier concert parisien, en octobre 2005, petite larme de nostalgie vite essuyée). Elle a donc abandonné pour mon plus grand contentement son 'petit carré Jeanne D'arc'.

On se croirait revenu 4 ans plus tôt, tant elles paraissent contentes de jouer, et heureuse que ce soit en plein jour, ayant rarement la possibilité de voir le public, comme nous l'avoue Ros dans un français plutôt bon.

Les déflagrations, des breaks, les montées d'Emma, tout est là, à nouveau, pour mon plus grand bonheur. Elles piochent dans leurs albums sans distinctions, un set énergique, électrique, (preuve en est le tonitruant "Eight Steps", joué en début de concert, qui voit Mia maltraiter sa guitare en lui frottant le manche contre l'ampli). Verity alterne entre ses nombreux synthés, sa guitare, sans oublier de chanter, de psalmodier des incantations en français ("Gone Under Sea") mais aussi, chose tellement espérée mais inattendu, elle reprend le saxo pour "Only One Thing Is Need", déluge sonore ultra reconnaissable avec son intro synthétique jouée dorénavant avec un micro-Korg.
Les titres s'enchaînent, presqu'une vingtaine en tout, quand au milieu du set arrive une reprise inédite, une version du tube "Smalltown Boy" de Bronski Beat, attaquée de façon bien mollassonne, mais qui finit heureusement d'une percutante manière.

Le seul bémol de ce concert fut sans doute l'écho quasi omniprésent sur la voix de Verity, à priori voulu, car l'ingé son paraissait très minutieux, très occupé aussi à fumer ses cigarettes et à dissuader un slammeur de monter sur scène. Quelques pains, quelques maladresses, qui rendirent ce concert encore plus savoureux.

Une reformation tant attendue, ayant assisté à leur dernier concert en 2007 (au Trabendo), sachant secrètement que cette séparation ne durerait qu'un temps. Espérons juste que ce n'est pas seulement pour une tournée estivale, qu'un album va voir le jour...Wait & See. Prochain rendez vous, à la mi-août, dans le Fort de Saint Père...


Excellent !   18/20
par X_Lok


   Setlist

Gone Under Sea
Bells
Two For Joy
Eight Steps
To The East
Birds
On Parade
This Deed
If Not Now, When?
Only One Thing Is Needed
Blue Stragger
Smalltown Boy (Bronski Beat Cover)
U.O.R
The Partisan (Leonard Cohen cover)
Long Dark
>>>>
I Want To Be The President
I'm On Fire (Bruce Springsteen Cover)



Photo par Sarah (© Sarah - http://www.le-hiboo.com/34428-electrelane-glazart- ... 22-07-2011 )


Proposez votre chronique !





Recherche avancée
En ligne
138 invités et 4 membres
Zebulon
CarolineNo
Pab
EmixaM
Au hasard Balthazar
Sondages
Dans la série "C'est (devenu) trop chiant, ne me parlez plus d'eux!", vous désignez:


The Arcade Fire
Arctic Monkeys
Baby Shambles
Clap Your Hands Say Yeah !
Dionysos
I Am X
Interpol
Mogwai
Placebo
Radiohead