Puressence

Puressence

Puressence

 Label :     Atlantic 
 Sortie :    lundi 08 avril 1996 
 Format :  Album / CD  K7 Audio   

On ne mesure pas assez l'impact et l'importance d'un nom de groupe et d'une pochette de disque, dans l'absolu il s'agissait il y a encore quelques années de fantasmer devant les bacs des disquaires et se jeter parfois à l'eau, sur une simple intuition, comprenez donc dégainer le larfeuille !!
Depuis l'explosion du format mp3 et le téléchargement sauvage, le contenant est relégué au second rang au profit du contenu, ce qui ne saurait pas être une mauvaise chose au final si le marché actuel du rock n'était pas contaminé par le virus du rock jetable !
Pas besoin de tortiller du cul pour chier droit, l'idée que je souhaite péniblement mettre en avant ici ou plutôt la question qui me titille la quequette est la suivante : Pouvons nous acheter un disque sans l'avoir écouté ? Pouvons nous encore aujourd'hui claquer son blé et parier sur une intuition, un feeling avec le nom d'un groupe ou encore une pochette ?

La réponse appartient à chacun (bah ouais j'allais pas parler pour les autres !!), concernant Puressence, c'est exactement ce qui s'est produit un samedi d'automne 1996 dans une enseigne bien connue, j'ai craqué sur ce disque perdu dans le catégorie "rock", par intuition, par goût du risque... par connerie, parce que j'avais envie d'être surpris, je me suis laissé tenté par la pochette évocatrice de cette joie de vivre du nord de l'Angleterre, certainement pleine d'endroits désaffectés et humides, teintés de rouille, au climat froid et pluvieux, chouette !! Qu'est-ce qui a poussé ces gars là à s'appeler Puressence ? Une essence pure ? Une origine de pureté ? On verra bien !!!

Le lecteur de ma légendaire 106 kid a ce jour là vécu un des plus grands moments de son existence (ex aequo avec le la fois ou on a voulu y introduire du Ace Of Base ou encore y mettre de la Budweiser!!), ce qui en a découlé a dépassé mes attentes, ce qui est sorti des enceintes fut tout simplement divin, le crescendo ahurissant de "Near Distance" a tout simplement envahit l'espace et le temps, qui s'arrête un instant, l'émotion vient peu à peu s'installer pour être percutée par une puissance électrique distillée avec parcimonie, tout cela bien policé par une production assez froide mais harmonieuse, et puis il y a cette voix, putain de voix, sacré putain de voix... Impossible de définir sur le coup si cette voix androgyne d'une pureté incroyable est celle d'un homme ou d'une femme tant la sensibilité et la force s'y confrontent sans arrêt, c'est bluffant, rien à voir avec tout ce qui peut se faire du côté de Manchester à l'époque tous styles confondus !

Difficile de définir aussi un style à la musique de Puressence, elle se joue d'elle-même, la qualité de chaque titre est bluffant, tantôt naïfs ("Casting Lazy Shadows"), tantôt Power Pop directe "Traffic Jam In Memory Lane", j'en suis convaincu, ce groupe transforme ce qui est à priori repoussant en quelque chose de beau et d'envoûtant, d'atmosphérique!

J'adore les surprises, j'aime quand des pin up à poil sortent d'un paquet cadeau géant le jour de mon anniversaire, ce disuqe est une surprise,j'ai aimé, j'aime Puressence et cela même pendant la grande vague déferlante du milieu des années 90, qui n'a pas laissé grande place à certains groupes comme celui-ci, au bénéfice d'un Oasis mais je vous l'accorde, mettre des têtes de bites ersatz des défunts Beatles sur des pochettes de disque, c'est beaucoup vendeur... D'ailleurs quelles gueules ils ont les Mancuniens de Puressence ??


Quand l'obscurité nous éclaircit!
Rock'n'roll !


Excellent !   18/20
par Interpolian


Proposez votre chronique !







Recherche avancée
En ligne
202 invités et 1 membre :
Poukram
Au hasard Balthazar
Sondages
Où habitez vous ?